Alain Ballay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ballay (homonymie).

Alain Ballay
Illustration.
Fonctions
Député français

(1 an, 3 mois et 16 jours)
Élection [n 1]
Circonscription 1re de la Corrèze
Législature XIVe
Groupe politique SER
Prédécesseur Sophie Dessus
Successeur Christophe Jerretie
Dixième vice-président du conseil général de la Corrèze

(3 ans, 10 mois et 4 jours)
Élection
Président Gérard Bonnet
Prédécesseur Bernard Combes
Successeur Poste supprimé
Conseiller général de la Corrèze

(4 ans et 2 jours)
Élection
Circonscription Canton d'Eygurande
Prédécesseur Pierre Chevalier
Successeur Canton supprimé
Biographie
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Besançon (Doubs)
Nationalité Française
Parti politique PS (2003-2011 puis depuis 2016)
Profession Directeur d'un service de soins
Chargé de mission
Artisan menuisier

Alain Ballay, né le à Besançon, est un homme politique français, député de la 1re circonscription de la Corrèze (2016-2017).

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après une « carrière dans le secteur hospitalier dans le Doubs »[1], il devient directeur du service de soins du centre hospitalier (CH) La Cellette du Pays d'Eygurande en 2000, puis chargé de mission pour la création d'une unité pour malades difficiles (UMD). À 55 ans[1], il s'installe comme artisan menuisier après avoir obtenu un certificat d'aptitude professionnelle (CAP)[2], et prend ensuite sa retraite.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Il est d'abord adjoint au maire de Thise[2]. De 1994 à 1997, il préside l'Avenir de Thise, une association sportive[3].

Après s'être installé sur le canton d'Eygurande en 2000, il adhère au Parti socialiste (PS) en 2003[1] et devient secrétaire de la section locale du PS en 2008[2].

Exclu du PS en 2011, il succède, la même année, à Pierre Chevalier comme conseiller général du canton ; après l'élection de Gérard Bonnet à la tête du conseil général en [4], il en devient le vice-président chargé des services publics, de l'autonomie[2], du maintien des personnes âgées à domicile et de la domotique[4]. Il ne se représente pas lors des premières élections départementales en 2015[4].

Lors des élections municipales de 2014, candidat à la tête de la liste Ensemble pour une nouvelle dynamique pour Aix, il est élu conseiller municipal de village[4].

Député suppléant de Sophie Dessus depuis les élections législatives de 2012, il devient député le à la suite de la mort de sa titulaire. Se disant « pro-Hollande » — avec un « regard critique » —, il envisage de se représenter lors des législatives de 2017[1], mais il sera évincé par le PS au profit de Bernard Combes, maire de Tulle.

En avril 2018, il devient le secrétaire de la section PS d'Ussel-Eygurande[5].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est père de six enfants[2].

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

En cours[modifier | modifier le code]

Antérieurs[modifier | modifier le code]

Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Mandats locaux et intercommunaux[modifier | modifier le code]

  • 10e vice-président du Conseil général de la Corrèze du 25 mai 2012 au 29 mars 2015
  • Membre du Conseil général de la Corrèze du 28 mars 2011 au 29 mars 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Élection en tant que suppléant de Sophie Dessus.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]