Aimée Antoinette Camus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camus.
Aimée Antoinette Camus
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Abréviation en botanique
A.CamusVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Aimée Antoinette Camus est une botaniste et agrostologue française, née en 1879 à L'Isle-Adam et morte en 1965.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille d’Edmond Gustave Camus (1852-1915), également botaniste. C’est sous l’influence de son père qu’elle se spécialiste dans l’étude des orchidées ainsi que l’anatomie végétale. Elle travaille auprès de Paul Bergon (1863-1912) et de Paul Lecomte (1856-1934). Elle est l’auteur de L'Iconographie des Orchidées d’Europe et du Bassin Méditerranéen.

Elle a consacré une grande part de ses recherches à l'étude des graminées, notamment à Madagascar où elle découvrit de nombreuses espèces endémiques dans les régions montagneuses du nord et du centre de l'île. Ses recherches sur les graminées, qui l'ont occupé pendant près de cinquante ans, l'on conduite à étudier des matériaux provenant, outre Madagascar et l'Indochine, d'autres pays dont l'Afrique du Nord française, l'Afrique orientale et australe, les Comores, l'île Maurice et la Réunion, ainsi que Taïwan. Elle a contribué avec son père à deux études de botanique appliquée sur des groupes de plantes de grande importance économique, l'une sur les riz d'Indochine et l'autre sur les bambous, qui donna lieu à la publication d'un ouvrage de 350 pages[1].

Elle a donné le nom de Neohouzeaua au genre regroupant sept espèces bambous tropicaux, en l'honneur des travaux que Jean Houzeau de Lehaie a consacrés, tout au long de sa vie, à la connaissance botanique et à la diffusion des bambous en Europe et en Afrique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1894 : Plantes récoltées à Morcles (canton de Vaud) et sur la montagne de Fully (Valais)- Paris : May et Motteroz[2],
  • 1904 : Classification de saules d'Europe et monographie des saules de France Paris : J.Mersch, 1904-5
  • 1906 : Atlas de la monographie des saules de France Paris: imp. de Monrocq, 1906
  • 1908 : Monographie des orchidées de l'Europe de l'Afrique septentrionale, de l'Asie Mineure et des provinces russes transcaspiennes Paris : J.Lechevalier, 1908
  • 1912 : Florule de Saint-Tropez et de ses environs immédiats Paris: Paul Lechevalier, 1912
  • 1913 : Espèces et variétés de riz de l'Indochine Paris: Laboratoire d'Agronomie coloniale, 1913
  • 1914 : Les Cyprès (Genre Cupressus): monographie systématique, anatomie, culture, principaux usages Paris : Paul Lechevalier, 1914
  • 1918 : Note sur les orchidées de la Vallée de Thorenc[3],
  • 1919 : Note sur quelques orchidées de Vence et de ses environs[4],
  • 1921 : Les Fleurs des marais, des tourbières, des cours d'eau, des lacs et des étangs (plantes palustres et aquatiques) Paris: P. Lechevalier, 1921
  • 1921 : E.G.Camus & A.Camus & H. Lecomte Iconographie des Orchidées d'Europe et du Bassin Méditerranéen Paris: P.Lechevalier, 1921-1929
  • 1922 : Flore générale de l'Indo-Chine. Tome 7. Première partie, Eriocaulonacées à Graminées
  • 1923 : Les arbres, arbustes et arbrisseaux d'ornement Paris: Lechevalier, 1923
  • 1924 : Quelques anomalies florales chez les orchidées[5],
  • 1926 : Un cyprès nouveau du Tassili [Cupressus dupreziana A. Camus, 1926][6],
  • 1929 : Les châtaigniers: monographie des genres Castanea et Castanopsis Paris: P. Lechevalier, 1929
  • 1938 : Les Chênes: monographie du genre Quercus [i Lithocarpus] Paris: Paul Lechevalier, 1938-1954

Source[modifier | modifier le code]

  • Traduction de l'article de langue anglaise de Wikipédia (version du 4 octobre 2008).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mary R. S. Creese, Thomas M. Creese, Ladies in the Laboratory II: West European Women in Science, 1800-1900 : a Survey of Their Contributions to Research, Scarecrow Press, , 290 p. (ISBN 9780810849792), p. 68-71.
  2. Extrait de Bulletin de la Société botanique de France XLI 1894
  3. article de la Riviera scientifique (1918)
  4. article de la Riviera scientifique (1919)
  5. article du Bulletin de la Société botanique de France (1924)
  6. article du Bulletin du Musée d'Histoire Naturelle (1926)

A.Camus est l’abréviation botanique standard de Aimée Antoinette Camus.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI