Adrien Hébert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hébert.
Adrien Hébert
Adrien Hebert.jpg
Adrien Hébert, vers 1930
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître

Adrien Hébert (Paris, - Montréal, ) est un peintre québécois.

Il est, entre autres, connu pour avoir privilégié les thèmes urbains. Il a peint des rues, le port de Montréal et ses élévateurs, mais aussi de paisibles scènes intérieures.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adrien Hébert, fils du sculpteur Louis-Philippe Hébert et de Maria Emma Cordélia Roy, est né le dans la paroisse Saint-Pierre-de-Montrouge à Paris. Il passe son enfance tantôt à Paris, tantôt à Montréal, lieux où son père réalise des projets[1].

De 1902 à 1911, il suit des cours au Monument national offerts par Edmond Dyonnet, Joseph-Charles Franchères et Joseph Saint-Charles. Il en suit également à la Art Association of Montreal (futur Musée des beaux-arts de Montréal)[1]. Pendant quelques années, il est le seul peintre francophone du Groupe de Beaver Hall. Il expose, en 1916, avec son frère Henri, à la Bibliothèque Saint-Sulpice.

Il prend possession, en 1917, de l'atelier de Napoléon Bourassa.

Adrien Hébert peignant un paysage urbain dans son atelier de Montréal, en 1940.

De 1917 à 1954, il enseigne le dessin à la Commission scolaire de Montréal. Il fait également des séjours en France, y visite des expositions. Il expose des tableaux et des dessins, tant à Paris qu'à Montréal, et collabore à des revues.

Dans les années 1920, il aborde de façon très intensive le thème de la vie à Montréal, voyant dans le progrès technologique un facteur favorisant le changement social. Ces tableaux sur le thème du Port de Montréal, entre autres, sont très caractéristiques de cette époque. Ils lui valent sa réputation de peintre moderne qui se distingue des peintres régionalistes d'alors. Hébert peint également des scènes du centre-ville dans lesquelles il témoigne de l'effervescence de la vie urbaine. Jusqu'à la fin de sa vie, Hébert demeurera fidèle à la figuration, la modernité de son œuvre se manifestant essentiellement dans le choix de ses sujets. Ses œuvres sont exposées à la Galerie L'Art français[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

Pierre tombale d'Adrien Hébert, cimetière Notre-Dame-des-Neiges (N463), Montréal

La rue Adrien-Hébert de Montréal honore sa mémoire depuis 1991. Elle est située dans l'arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. 45° 37′ 42″ N, 73° 36′ 02″ O

Rue Saint-Denis, 1927

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hébert, Adrien | l'Encyclopédie Canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le 25 septembre 2019)
  2. Paul Gladu, "À la Galerie l'Art français...Comme notre vie nationale a peu inspiré nos peintres!" dans Le petit journal, 27 décembre 1964, p. A-28, "Je voudrais disposer de plus d'espace pour parler comme il convient (...) d'Adrien Hébert (un des seuls à s'occuper de notre vie industrielle)"

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre L'Allier, Adrien Hébert, collaboration d'Esther Trépanier, Musée du Québec, 1993, 195 p.