Adolf Michaelis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michaelis.
image illustrant l’archéologie
Cet article est une ébauche concernant l’archéologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Adolf Michaelis
Archéologue
Image illustrative de l'article Adolf Michaelis
Naissance
Kiel, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès
Strasbourg, Drapeau de la France France
Nationalité allemande

Adolf Michaelis – de son nom complet Theodor Heinrich Adolf Michaelis – est un archéologue et un universitaire allemand, né à Kiel le et mort à Strasbourg le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Collection de moulages à l'université de Strasbourg

Il enseigne l'archéologie à l'université de Greifswald (1862-1865), à l'Universite de Tübingen (1865-1872) et à la Kaiser-Wilhelms-Universität (1872-1907).

Adolf Michaelis est à l'origine d'une collection de moulages réalisés à partir de sculptures découvertes lors de fouilles en Grèce et en Italie. Réunies dans un Musée des moulages, ou gypsothèque, qui porte aujourd'hui son nom, ces copies sont entreposées au sous-sol du Palais universitaire de Strasbourg. De 1894 à 1899, Michaelis fut en outre administrateur par intérim de la collection égyptienne de l'Université de Strasbourg[1].

Adolf Michaelis est le père du théologien protestant Otto Michaelis.

Monument funéraire[modifier | modifier le code]

Adolf Michaelis est inhumé au Cimetière Saint-Louis de Strasbourg. Son monument funéraire est la copie d'une stèle grecque à palmettes du Musée archéologique du Céramique à Athènes[2]. Une courte inscription en grec est gravée à l'arrière de la stèle : Ω / ΦΙΛΤAΤΕ / ΧAΙΡΕ (« Salut à toi, très cher »).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Colin, « Comment la création d’une 'bibliothèque de papyrus' à Strasbourg compensa la perte des manuscrits précieux brûlés dans le siège de 1870 », La revue de la BNU, no 2,‎ , p. 24-47
  2. « Monument Adolf Michaelis », in Cimetière Saint-Louis, Guides des cimetières no 3 de la Ville de Strasbourg, Strasbourg, 2008, p. 24-25

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Bouché-Leclercq, « Éloge funèbre de M. Adolf Michaelis, correspondant étranger de l'Académie », in Comptes-rendus des séances de l'année, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1910, vol. 54, no 6, p. 480-481, [lire en ligne]
  • Gabrielle Feyler Wilms, Le fonds de photographies anciennes de l'Institut d'Archéologie classique de Strasbourg (Fonds Michaelis), Université de Strasbourg 2, 1993 (thèse de doctorat d'Art et Archéologie)
  • (de) Erika Simon, Adolf Michaelis Leben und Werk, F. Steiner, Stuttgart, 2006 (ISBN 978-3-515-08976-0)
  • Bernard Vogler (dir.), L'Alsace. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, vol. 2, Éditions Beauchesne, Paris, 1987, p. 205-207 (ISBN 978-2-7010-1141-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :