Auguste Bouché-Leclercq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouche (homonymie).
Auguste Bouché-Leclercq
AugusteBL.JPG
Auguste Bouché-Leclercq.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Historien, érudit classiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Émile Bouché-Leclercq (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Auguste Louis Thomas Bouché-Leclercq, né à Francières (Oise) le et mort à Nogent-sur-Marne (Seine, aujourd’hui Val-de-Marne) le , est un historien français, spécialiste de l'Antiquité grecque et romaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auguste suit l’école de M. Pervillé, instituteur, qui remarque ses capacités de celui qui préfère l’étude à l’exploitation agricole paternelle.; Auguste part au collège de Jonquières (1852-1855), puis au petit séminaire de Noyon (1856-1858), au grand séminaire de Beauvais (1859) ; des problèmes de santé et de doute le ramènent au collège Saint-Vincent de Senlis, où il trouve des prêtres qui l’encouragent dans sa curiosité intellectuelle ; il restera en correspondance avec l’abbé Magne. Baccalauréat à Paris en 1861, licence ès lettres à Nancy en 1863.
Un entretien à Paris avec le père jésuite Eugène de Baladine, le met en relation avec la famille d’origine russe Wagner/Baladine, dont il devient le précepteur pendant un voyage de découverte de plusieurs mois : Marseille - Gênes - Livourne - Pise - Lucques - Florence - Civitavecchia - Rome - Naples - Padoue - Venise - Vérone - Milan - Vevey - Munich - Heidelberg - Strasbourg - Mayence - Wiesbaden - Francfort - Cologne - Bruxelles - Anvers.

Régent au collège de Meaux (février - ) puis chargé de cours d’histoire au collège Stanislas de Paris, qu’il quitte en  ; leçons d’allemand, « colleur à l’institution Dupré, et à la rue des Postes.
Il commence sa thèse de doctorat en , et est reçu docteur ès lettres en 1872. Il est chargé de cours, puis professeur de littérature ancienne à la faculté des lettres de Montpellier de 1873 à 1878. Il est professeur suppléant de M. Geffroy, puis titulaire de la chaire d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Paris à partir de 1879. Directeur de l’École française de Rome ; 1882 : officier de l’Instruction publique. 1880-1886 : correcteur au concours général. 1886 : professeur adjoint, chevalier de la Légion d’honneur. 1887 : professeur titulaire d’histoire ancienne. Il est élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1898, au fauteuil de Charles Schefer. 1903 : officier de la Légion d’honneur et officier de l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare. Il prend sa retraite le .

Il est le père du haut fonctionnaire Émile Bouché-Leclercq.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils de Louis Auguste Thomas Bouché (1801-1874) et Joséphine Leclercq (1810-1879), agriculteurs, il épousa en 1876 Marie Julie Guillaume et fut père de quatre enfants :

  • Paul Joseph (1877-1944), X-Ponts, Ingénieur en Chef des Ponts & Chaussées (Compagnie des chemins de fer de l’Est) ; époux de Suzanne Eugénie Anne Crochet (1887-1983). Trois filles sont issues de ce mariage : Meryem (1912-2009), sans descendance ; Jacqueline (1914-2007), épouse de Pierre-Xavier Prinet, notaire à Mâcon (six enfants) ; Nicole (1918-2009), épouse de Raymond Denis, chirurgien à Mâcon (neuf enfants).
  • Henri (1878-1946), artiste peintre qui avait son atelier à Montparnasse, 89, rue de Vaugirard Paris 6e ; conservateur-adjoint du musée Jacquemart-André ; sans descendance.
  • Émile (1884-1963), docteur en droit, préfet, Croix de Guerre 14-18, chevalier de la Légion d’honneur ; sans descendance; époux de Elisa Lucia Margareta Rosa (1897-1977) descendante de Salvator Rosa peintre poète 1615-1673.
  • Marianne ; sans descendance.

Auguste n’a porté que le nom de Bouché jusqu’en 1870 ; puis il accole le nom de Leclercq. Le nom de Bouché-Leclercq est légalisé par deux décrets des , pour lui-même et son fils Paul, puis par jugement du pour ses trois autres enfants. Le patronyme "Bouché-Leclercq" est maintenant éteint, faute de descendance masculine.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes & cours

L'ensemble des archives ont été remises par la famille à la Sorbonne en 1991.

Des souvenirs ont été remis en 2009 par la famille de Elisa Rosa épouse d’Émile, à la mairie de Francières (Oise) où la mémoire d’Auguste Bouché Leclercq, enfant du village, est honorée.

Traductions

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Prévost, « Bouché-Leclercq, Auguste » in Dictionnaire de biographie française (DBF), vol. 6 (1954), col. 1195
  • Notice « Bouché-Leclercq (Louis, Thomas, Auguste) », page 276 in Béatrice et Michel Wattel (en collaboration avec l'équipe rédactionnelle du Who’s Who in France), Qui était qui, XXe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le XXe siècle, 2e édition 2005, Levallois-Perret éditions Jacques Lafitte, imprimé en 2004, 1980 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-044-6).

Liens externes[modifier | modifier le code]