Académie des Hauts Cantons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Académie des Hauts Cantons
upright=Article à illustrer Organisation
Emblème de l'Académie des Hauts Cantons.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaines d'activité
Objectif
Conservation et promotion du patrimoine historique, culturel et économique de la région située entre Le Vigan et Lodève
Siège social
Pays
Langue
Organisation
Membres
40 membres titulaires et un nombre illimité de membres correspondants
Fondateurs
Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, René Billaz (d), Gérard Boudet, Maurice-Yves Castanier, Alain Diméglio (d), Jean-Marie Granier, Charles Reboul (d), Edmond ReboulVoir et modifier les données sur Wikidata
Président
Secrétaire général
Secrétaire perpétuel
Affiliation
Site web

L'Académie des Hauts Cantons est une société savante[1], fondée le , dont le siège est situé au Vigan (Gard). Elle rayonne sur les Hauts cantons de l'Hérault, du Gard, et sur le sud des départements de l'Aveyron et de la Lozère.

Historique[modifier | modifier le code]

Envisagée dès 1776, par deux viganais, le marquis de Ginestous[2] et le docteur Rouger[Lequel ?], à une époque où les sociétés savantes fleurissaient dans toute la France sous l'impulsion des encyclopédistes[3], elle a été ensuite plusieurs fois évoquée au XIXe siècle sans pour autant voir le jour.

230 ans après, l'Académie des Hauts Cantons - Arts, Sciences et Belles Lettres, est constituée le , en l'Hôtel de Ville du Vigan par dix membres fondateurs, parmi lesquels les anciens résistants Lucie et Raymond Aubrac, les écrivains Edmond Reboul et Maurice-Yves Castanier, le graveur et dessinateur Jean-Marie Granier et le chirurgien Alain Diméglio, Vice-doyen de la Faculté de Médecine de Montpellier.

Cette société savante participe à la conservation et à la promotion du patrimoine historique, culturel et économique de la région située entre Le Vigan et Lodève. Elle s'implique plus particulièrement dans les domaines des Beaux-arts, Sciences et Belles-Lettres.

Depuis , l'Académie des Hauts Cantons est un organisme agréé d'intérêt général. Elle est référencée dans l'annuaire des sociétés savantes[4] et sur le site du CTHS[5].

Archives et collections de l'Académie des Hauts Cantons[modifier | modifier le code]

L'Académie des Hauts Cantons dispose d'une bibliothèque de travail composée d'ouvrages régionaux anciens ainsi que des documents originaux (correspondances, manuscrits divers et imprimés) des XVIIIe, XIXe et XXe siècles relatifs à l'histoire des Cévennes (Pays viganais, Aigoual...) et du Lodévois-Larzac regroupés en fonds : Fonds Ancien, Fonds Teissier du Cros (comprend des sous-ensembles concernant les archives privées du docteur Paul Cololian[6], de sa fille Odette Teissier du Cros (née Cololian), des familles protestantes Manoël de Nogaret et Pelon).

Publications[modifier | modifier le code]

L'Académie des Hauts Cantons publie tous les deux ans un recueil de Mémoires qui rassemble les communications et interventions de ses membres[7]. Elle publie également un annuaire qui est répertorié à la Bibliothèque Nationale de France[8].

Organisation[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Secrétaires perpétuels[modifier | modifier le code]

Quelques membres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Leniaud, Chroniques patrimoniales, Paris, Norma, , 436 p. (ISBN 978-2909283524)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]