Abdelmajid Chetali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abdelmajid Chetali
image illustrative de l’article Abdelmajid Chetali
Biographie
Nationalité Tunisien
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
Lieu Sousse
Poste Milieu de terrain
Parcours senior1
Saisons Clubs M (B.)
- Flag of Tunisia.svg Étoile sportive du Sahel
Sélections en équipe nationale
Années Sélection M (B.)
Flag of Tunisia.svg Tunisie
1 Matchs de championnat uniquement.
Tout ou partie de ces informations sont extraites de Wikidata.
Cliquer ici pour les compléter.

Abdelmajid Chetali (arabe : عبد المجيد الشتالي), né le à Sousse, est un footballeur et entraîneur de football tunisien.

Il a joué un total de 70 matchs avec la sélection nationale et y inscrit quatre buts. Il bénéficie aujourd'hui d'une notoriété importante en Tunisie mais refuse de reprendre en main la sélection. Il est considéré comme l'un des personnages qui ont le plus façonné et prolongé la légende de l'Étoile sportive du Sahel (on le surnomme Majda). Il convient de noter qu'il n'a reçu qu'un seul carton jaune au cours de sa carrière[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Fils d'une famille de footballeurs[2], il commence sa carrière sportive comme jeune joueur de quartier à la Corniche puis rejoint en 1957[2] l'Étoile sportive du Sahel (ESS) au poste de milieu de terrain et capitaine d'équipe. Il est titularisé pour la première fois en équipe nationale par l'entraîneur yougoslave Milan Kristić au poste de demi-offensif (entre le milieu offensif et l'avant-centre) et s'impose dans l'entrejeu tunisien[2].

Il participe aux Jeux olympiques d'été de 1960, mais son équipe perd tous ses matchs et il n'inscrit aucun but[3]. En 1961, il participe aux éliminatoires pour la Coupe d'Afrique des nations 1962 et qualifie la Tunisie face au Nigeria en égalisant à l'extérieur avec un but à la 65e minute[4], mais il rate la phase finale de la compétition, victime comme quelques-uns de ses coéquipiers d'une crise de paludisme[2]. Il participe néanmoins à la Coupe d'Afrique des nations 1963 après avoir disputé et perdu la finale des Jeux de l'Amitié, à Dakar, face au Sénégal[2],[5]. Mais l'équipe tunisienne est rapidement éliminée et ne réussit rien de réellement valable[2].

Lors de la Coupe d'Afrique des nations 1965 organisée en Tunisie, il est capitaine de la sélection[2]. Son équipe réussit une belle compétition avant d'atteindre la finale face au Ghana le 21 novembre[2]. Il y inscrit un but, qui permet à la Tunisie d'égaliser, mais le Ghana remporte finalement la compétition aux prolongations[2].

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Chetali, entraîneur de l'ESS en 1973

Il quitte l'ESS en 1968 et y revient en tant qu'entraîneur de 1970 à 1975. Il remporte un championnat (1971-1972), une coupe du Maghreb des clubs champions (1972) et deux coupes (1973-1974 et 1974-1975)[6].

Diplômé de l'Institut supérieur de Cologne (Allemagne) en 1974, il est appelé en janvier 1975 pour entraîner l'équipe nationale. Lors de la Coupe d'Afrique des nations 1978, son équipe est valeureuse mais quitte la compétition avec une exclusion de deux ans de la CAN pour comportement antisportif[7].

Toutefois, l'équipe parvient à se qualifier pour la première fois pour la phase finale de la coupe du monde, en 1978[8], devenant la première équipe africaine à gagner un match (contre le Mexique par 3 buts à 1). Néanmoins, son équipe ne passe pas le premier tour[1] car, après cette victoire, les Tunisiens perdent leur second match face à la Pologne par 1 but à 0[9]. Ils font ensuite match nul avec l'Allemagne sur un score vierge[10]. Mais cette relative bonne performance permet au continent africain de bénéficier d'une place supplémentaire pour la coupe du monde 1982, avec désormais deux places[9].

Il redevient provisoirement entraîneur de l'ESS durant quelques semaines à la fin 2004[6], remplaçant Mrad Mahjoub contraint à la démission après l'élimination de l'ESS en demi-finale de la coupe de Tunisie[9].

Consultant[modifier | modifier le code]

Il occupe un poste de consultant sportif pour la chaîne de télévision américaine ESPN depuis 1998. Chetali réussit à s'imposer comme l'un des meilleurs consultants arabes et un chroniqueur fort apprécié de la télévision tunisienne[9]. En effet, il est l'un des premiers arabes à analyser un match de football sur un écran de télévision après avoir introduit un modèle de terrain sur lequel se trouve des poupées de joueurs. Il analyse ainsi trois coupes du monde, quatre coupes d'Afrique des nations, deux coupes asiatiques, trois Copa América ainsi que les championnats d'Italie, d'Espagne, d'Angleterre et la Ligue des champions de l'UEFA[11].

En mars 2007, il est nommé conseiller technique auprès de la Fédération d'Arabie saoudite de football[11].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

En 2012, il est décoré des insignes de la deuxième classe de l'Ordre tunisien du Mérite[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chetali ouvre le livre d’or africain », sur fr.fifa.com, (consulté le 14 juillet 2017)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Faouzi Mahjoub, Le football africain. Trente ans de Coupe d'Afrique des nations : 1957-1988, coll. « Je sais », éd. Groupe Jeune Afrique, Paris, 1988, p. 170 (ISBN 978-2-85258-387-0)
  3. (en) « Abdelmajid Chetali », sur fifa.com (consulté le 14 juillet 2017)
  4. (en) « Gabon 2017: How Nigeria Have Missed 14 AFCON Editions », sur completesportsnigeria.com, (consulté le 14 juillet 2017)
  5. (en) « Jeux de l'Amitié 1963 (Dakar, Senegal) », sur rsssf.com (consulté le 14 juillet 2017)
  6. a et b « Historique »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur etoile-du-sahel.com (consulté le 14 juillet 2017)
  7. Faouzi Mahjoub, op. cit., p. 171
  8. « Abdelmajid Chétali : l’artisan de l’épopée argentine », sur leaders.com.tn, (consulté le 9 juin 2018)
  9. a, b, c et d « Abdelmajid Chetali, une légende vivante du football tunisien, à la rescousse de l'ESS »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur aps.sn, (consulté le 14 juillet 2017)
  10. (en) « World Cup 1978 finals - Group B - GER MEX POL TUN », sur rsssf.com (consulté le 14 juillet 2017)
  11. a et b « Abdelmajid Chetali, à coeur ouvert ! », sur babnet.net, (consulté le 14 juillet 2017)
  12. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 78,‎ , p. 2335 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF])

Lien externe[modifier | modifier le code]