Abbaye Saint-Laurent de Beaubec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page traite de l'abbaye de Saint-Laurent à Liège. Pour les abbayes homophones, voir Abbaye Saint-Laurent d'Ampleforth et Abbaye Saint-Laurent de Liège.

Abbaye de Beaubec
image de l'abbaye
Vue de l'abbaye vers 1750

Diocèse Archidiocèse de Rouen
Patronage Saint Laurent[1]
Notre-Dame[2]
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCXXXIX (239)[3]
Fondation 1120
Cistercien depuis 17 septembre 1147
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Savigny
Lignée de Abbaye de Clairvaux
Abbayes-filles Abbaye de Lannoy
Congrégation Savigniens (1120-1147)
Cisterciens (1147-1791)
Période ou style

Coordonnées 49° 38′ 24″ nord, 1° 29′ 57″ est[4]
Pays Drapeau de la France France
Province Duché de Normandie
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Commune Beaubec-la-Rosière

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Beaubec

Géolocalisation sur la carte : Haute-Normandie

(Voir situation sur carte : Haute-Normandie)
Abbaye de Beaubec

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Abbaye de Beaubec

L’abbaye de Beaubec est une ancienne abbaye cistercienne située en Normandie, sur le territoire de l'actuelle commune de Beaubec-la-Rosière, dans le pays de Bray.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye est fondée en 1120[1] ou, plus probablement, en novembre 1128[5] par Hugues II de Gournay ; elle est rattachée à la congrégation de Savigny, née de l'abbaye éponyme ; l'abbaye de Beaubec fonde par ailleurs une abbaye fille à Lannoy en 1135[6].

Lorsque Savigny s'affilie à Clairvaux en 1147[4] (ou 1148[1]), Beaubec devient également cistercienne. Elle devient en un siècle mère de neuf couvents et d'un hospice. Elle abritait les reliques de saint Hélier, martyrisé à Jersey au VIe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

De nombreux dons et ventes ont lieu au profit de l'abbaye dans les premières années, ce qui permet à cette dernière de construire des granges à travers le pays de Bray, notamment à la Baltière (près de l'abbaye), Épinay (aujourd'hui dans la commune de Forges-les-Eaux), à Chantecoq (Saint-Saire) ainsi qu'à la limite de l'actuel département de l'Oise, dans les lieux-dits Bois des Puits, Les Authieux (Criquiers), Hadancourt (Lannoy-Cuillère), Colagnies (Saint-Arnoult[7]).

L'abbaye cherche à acquérir tous les produits vitaux dont elle a besoin : grain[8], vin (pour la messe)[9] et sel (pour la conservation des aliments)[10], ce qui justifie l'achat de terres, de vignes [11] et d'une propriété à Dieppe, en bord de mer.

L'abbaye a été détruite par un incendie en 1383 et partiellement reconstruite aux XVe et XVIIIe siècles.

Au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Vue de l'abbaye de Beaubec en 1696 (dessin de Louis Boudan).

Au XVIIIe siècle, l'abbaye acquiert le prieuré de Saint-Arnoult, situé sur la commune éponyme[12]. Treize religieux sont recensés à l'abbaye en 1768[6].

Fermeture à la Révolution[modifier | modifier le code]

L'abbaye est pillée pendant la Révolution. En 1791, elle est vendue comme bien national et détruite peu après[13]. En dehors de la chapelle Sainte-Ursule, il n'en reste plus que quelques traces de l'infirmerie, de la ferme, du parloir et des dépendances.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Plan de l'abbaye de Beaubec-la-Rosière, vers 1750 », sur http://www.cistercensi.info, Archives départementales de Seine-Maritime (consulté le 12 février 2014).
  2. Louis Boudan, « Veüe de l'Abbaye de N. Dame de Beaubec dans le diocèse de Rouen au pais de Bray de l'ordre de Cisteaux », sur https://gallica.bnf.fr/, Gallica, (consulté le 12 février 2014).
  3. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 189.
  4. a et b « Beaubec », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 12 février 2014).
  5. Suzanne Deck 1974, p. 133.
  6. a et b « Abbaye Saint-Laurent de Beaubec. Beaubec-la-Rosière, Seine-Maritime », sur http://data.bnf.fr/, Bibliothèque nationale de France (consulté le 12 février 2014).
  7. Suzanne Deck 1974, p. 135.
  8. Suzanne Deck 1974, p. 137.
  9. Suzanne Deck 1974, p. 138.
  10. Suzanne Deck 1974, p. 139.
  11. Dont les vignes de Courcelles.
  12. « Prieuré de Saint-Arnoult », sur http://www.prieuredesaintarnoult.net/, Prieuré de Saint-Arnoult (consulté le 12 février 2014).
  13. « Les abbayes de Seine Maritime », sur http://gheb.pagesperso-orange.fr/, Groupe d'Histoire et d'études de Bihorel (consulté le 12 février 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Suzanne Deck 1974] Suzanne Deck, « Le temporel de l'abbaye cistercienne de Beaubec : Du XIIe à la fin du XIVe siècle », Annales de Normandie, vol. 24, nos 24-2,‎ , p. 131-156 (ISSN 0003-4134, lire en ligne)