Île de Portland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde insulaire
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Portland.
Île de Portland
Isle of Portland (en)
Le tombolo de galets de Chesil Beach, reliant l'Île de Portland à la Grande-Bretagne.
Le tombolo de galets de Chesil Beach, reliant l'Île de Portland à la Grande-Bretagne.
Géographie
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Archipel Iles britanniques
Localisation Mer du Nord, Manche
Coordonnées 50° 32′ 52″ N, 2° 26′ 13″ O
Côtes 6 x 2,4 km
Administration
Démographie
Population 12 630 hab. (2005)
Autres informations
Fuseau horaire UTC

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Île de Portland
Île de Portland

L'Île de Portland (en anglais: Isle of Portland) est une île calcaire britannique de la Manche, s'étendant sur 6 kilomètres de longueur et 2,4 de largeur. Elle est reliée à la Grande-Bretagne par un grand tombolo de galets, nommé Chesil Beach. Portland représente l'extrémité sud du comté de Dorset, elle est reliée par un pont à la ville de Weymouth, distante de 8 kilomètres. En 2005 la population de l'île était de 12 630 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'une des carrières abandonnées de Portland qui est maintenant devenue un parc de sculptures et une réserve naturelle.

Portland fut habité dès le Mésolithique. Il existe des vestiges de ces habitants du Mésolithique près de Portland Bill (pointe sud de l'île), et de toutes les autres époques depuis cette dernière. L'île fut occupée par les Romains, qui la nommèrent, semble-t-il, Vindelis (il n'existe cependant pas de preuve concernant cette allégation). L'un des auteurs favoris des Anglais Thomas Hardy appelait Portland The Isle of Slingers (l'île des frondeurs), car ses habitants étaient réputés pour la défense de leur île au moyen de leur fameux jets de pierres. Il l'appelait aussi The Gibraltar of the North (la Gibraltar du Nord), pas uniquement à cause de sa position géographique, mais aussi pour son climat plus doux et ses rues qui montent vers l'Underhill.

Portland est décrite dans la Chronique anglo-saxonne ainsi que dans les Annales de St Neots comme le site du premier raid viking sur le sol anglais en l'an 789. Le Portland Castle fut construit par Henri VIII en 1539 suite aux attaques françaises, sa construction coûta 4 964 £. Le château est l'un des mieux préservés de cette période de l'histoire britannique. Il est administré par l'English Heritage et ouvert au public.

L'île est un ancien Royal Manor, enregistrée comme « possession royale » dans le Domesday Book, et jusqu'au XIXe siècle demeura hors la juridiction administrative du comté. C'est la Couronne qui fit ouvrir nombre des carrières qui font la renommée de Portland. Après le Grand incendie de Londres, en 1666, Christopher Wren utilisa plus de six millions de tonnes de calcaire blanc de Portland pour reconstruire la plus grande partie de la ville, et certains des bâtiments fort célèbres, comme la Cathédrale Saint-Paul de Londres et le siège des Nations unies à New York. Après la Première Guerre mondiale une carrière spéciale fut ouverte pour fournir la pierre du Cénotaphe de Whitehall et un demi-million de pierres tombales. C'est 800 000 pierres tombales qui en furent extraites après la Seconde Guerre mondiale. La pierre de Portland est toujours utilisée pour rénover et agrandir certains bâtiments prestigieux comme le British Museum.

Le port de Portland[modifier | modifier le code]

Le port de Portland, avec ses 9 km², est l'un des plus grands ports créés par la main de l'homme, et le second pour sa profondeur. Le port et la Baie de Weymouth ont une particularité : une double marée basse, causée par le temps mis par la marée pour encercler l'île et sa course vers la pointe sud. La première pierre du brise-lame fut posée par le Prince Albert en 1849, et la dernière de la première phase de travaux par le Prince de Galles, Albert Edward, en 1872. Les brises-lames furent construits principalement par des sociétés privées, mais toutes les pierres furent transportées par des condamnés. 22 hommes perdirent la vie lors de leurs constructions. Les brise-lames sont composés de 5 731 376 tonnes de pierre et coûtèrent, jusqu'en 1871, 1 167 852 £. Le coût final fut quant à lui bien plus important.

L'île et son port furent une base de la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale, et c'est pourquoi l'île fut si souvent bombardée. Pour protéger le port des torpilles et des attaques de sous-marins, le HMS Hood (1891) fut coulé dans le passage sud entre les deux brise-lames. La plus grande partie de la base navale fut fermée à la fin de la guerre froide en 1995. Jusqu'en 2005, le port abritait le dernier bateau-prison britannique, le HMP Weare.

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Le SS Pomeranian, paquebot de la Allan Line steamship (1887 - 1917) [1] fut torpillé en 1918 par la marine allemande près de Portland Bill (pointe sud de l'Île de Portland), le naufrage a fait 45 morts.

Transports[modifier | modifier le code]

L'A354 est la seule route connectant l'île à la Grande-Bretagne. Il existe aussi un aérodrome.

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. puis, sous le même nom, de la Canadian Pacific Line (1917 - 1918), ex- SS Grecian Monarch (1882 - 1887) de la Monarch Line, Londres

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stuart Morris, 1985 Portland, an Illustrated History. The Dovecote Press, Wimborne, Dorset. (ISBN 0-946159-34-3)
  • Stuart Morris, 1998 Portland (Discover Dorset Series). The Dovecote Press, Wimborne, Dorset. (ISBN 1-874336-49-0)
  • Stuart Morris, 2002 Portland: A Portrait in Colour. The Dovecote Press, Wimborne, Dorset. (ISBN 1-874336-91-1)
  • Stuart Morris, 2006 Portland, Then and Now. The Dovecote Press, Wimborne, Dorset. (ISBN 1-904349-48-X)