Émilie Charmy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Émilie Charmy
2011.17.2.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Mouvement
Conjoint

Émilie Charmy, née Émilie Espérance Barret le à Saint-Étienne et morte le 7 à Crosne (Essonne), est une peintre française proche du mouvement fauvisme à ses débuts[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Saint-Étienne dans une famille bourgeoise, elle devient orpheline lorsque sa mère décède lorsqu'elle a 5 ans. Son grand frère Jean devient son tuteur. En 1898, elle part s'installer à Lyon avec lui et apprend la peinture par des cours prives auprès du peintre lyonnais Jacques Martin, l’école des beaux arts de Lyon étant alors inaccessible aux femmes. Avec son frère, elle part s'installer à Saint-Cloud. En 1903, elle expose au Salon des indépendants à Paris 8 de ses œuvres, elle y exposera chaque année jusqu'en 1910. Elle est remarquée par la galeriste de Montmartre Berthe Weill. Elle participe au Salon d'automne à Paris, du au , où elle présente des natures mortes, et à une exposition collective à la galerie Berthe Weill en novembre 1906.

En 1906 elle se lie avec le peintre fauve Charles Camoin avec qui elle voyage en Corse en 1906 et 1909.

En 1910 elle installe son atelier au 54 rue de Bourgogne à Paris.

Sa première exposition personnelle importante se tient, en 1911, à la galerie d’Eugène Druet.

Elle rencontre Georges Bouche, peintre lyonnais né en 1874, et le suit six mois de l'année à Marnat en Auvergne où elle peint des paysages et des autoportraits. En 1914 George Bouche part à la guerre, elle reste seule à Marnat, et en 1915 elle donne naissance à son fils Edmond à Paris. Ils ne se marieront qu'en 1931.

Le comte Étienne de Jouvencel, son principal collectionneur après la guerre, la soutient et la promeut dans le monde littéraire et artistique de l'époque. Il lui organise en 1921 une exposition personnelle aux Galeries d'œuvres d'art, au 50 rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris, avec un grand succès. Les textes du catalogue sont écrits par Henri Béraud, Roland Dorgelès et Pierre Mac Orlan. La même année, pour son autre exposition personnelle à la galerie d'Art ancien et moderne à Paris, le catalogue est préfacé par Colette qui devient son amie.Colette écrira d'elle « le pinceau subtil, sans artifice, et guidé par une lucide passion, c'est bien ce pinceau-la qui attache, [...] d'une léchade infaillible, la goutte de lumière aux feuilles vernies du camélia, le gras velours au pétale de la rose, la houppe ensoleillé à la branche du chorus et la plaque de nacre sur l’épiderme d'une hanche ou d'un sein bien tendu ». Colette lui servira de modèle à de multiples reprises.

Par l'entregent d'Élie-Joseph Bois, directeur du Petit Parisien, Emilie Charmy est décorée de la Légion d'honneur. Il la présente à de nombreuses personnalités politiques, Edouard Daladier, Aristide Briand et Louise Weiss, dont elle sera proche.

Outre ses expositions personnelles régulières dans les galeries Jeanne Castel et Charpentier, elle expose au Salon des Femmes Artistes Modernes dont elle est la secrétaire.

À la guerre elle se retire en Auvergne avec Bouche qui meurt en 1941. Après la Libération elle revient dans son atelier de la rue de Bourgogne ; elle expose chez Jeanne Castel en 1949 et en 1952, à la galerie Paul Pétridès en 1963.

Elle meurt en 1974 à 96 ans. Elle est enterrée dans le cimetière de Celles-sur-Druolles auprès de Georges Bouche.

Ses œuvres sont exposées au musée des beaux arts de Lyon : Paysage de Corse, les pivoines et nature morte aux bananes ainsi qu'au musée Paul-Dini à Villefranche-sur-Saône : Piana et autoportrait.

Rétrospectives[modifier | modifier le code]

  • Kunsthaus Bühler à Stuttgart, septembre 1987 à octobre 1987, mai à juin 1991, septembre à novembre 1995
  • Musée Paul Dini de Villefranche sur Saône; Octobre 2008 à février 2009[2]
  • The Fralin Museum of Art, Université de Virginie, Aout 2013 à février 2014[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emilie Charmy dans catalogue d'expo, Uvam the Fralin (ISBN 9780983505952)
  2. « Emilie Charmy : une destinée de peintre, au musée Paul Dini de Villefranche », Lyon capital,‎ (lire en ligne)
  3. « Past Exhibitions- Émilie Charmy », sur Université de Virginie

Liens externes[modifier | modifier le code]