Élections régionales de 2011 en Saxe-Anhalt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections régionales de 2011 en Saxe-Anhalt
105 députés du Landtag
Majorité absolue : 53 députés
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 988 172
Votants 1 017 502
51,18 %  +6,8
Votes exprimés 993 502
Votes nuls 24 000
Reiner Haseloff (Martin Rulsch) 09.jpg CDU – Reiner Haseloff
Voix 323 019
32,51 %
 −3,7
Députés élus 41  +1
2012-12-13 - Wulf Gallert MdL DE-ST - 1366 1.jpg Linke – Wulf Gallert
Voix 235 011
23,65 %
 −0,4
Députés élus 29  +3
Jens Bullerjahn (Martin Rulsch) 2.jpg SPD – Jens Bullerjahn
Voix 213 611
21,50 %
 +0,1
Députés élus 26  +2
Claudia Dalbert 2012 (portrait).jpg Grünen – Claudia Dalbert
Voix 70 922
7,14 %
 +3,6
Députés élus 9  +9
6e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Wolfgang Böhmer
CDU
Reiner Haseloff
CDU
stala.sachsen-anhalt.de

Les élections régionales de 2011 en Saxe-Anhalt (en allemand : Landtagswahl in Sachsen-Anhalt 2011) se tiennent le , afin d'élire les 91 députés de la 6e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans. Du fait de la loi électorale, 105 députés sont finalement élus.

Le scrutin est marqué par la victoire de la CDU, qui confirme sa majorité relative. Reiner Haseloff accède alors au pouvoir après avoir maintenu la « grande coalition » avec le SPD.

Contexte[modifier | modifier le code]

Aux élections régionales du , la CDU du ministre-président Wolfgang Böhmer, au pouvoir depuis , arrive de nouveau en tête avec 36,2 % des voix et 40 députés sur 97.

Le PDS confirme sa place de deuxième parti de Saxe-Anhalt en obtenant 24 % des suffrages et 26 sièges, contre 21 % et 24 parlementaires au SPD, maintenu à son statut de troisième force acquis en . Le FDP, partenaire de Böhmer depuis alors quatre ans, subit lui une défaite avec 6,7 % des exprimés et sept élus.

Ainsi, la « coalition noire-jaune » formée en perd un quart de son assise parlementaire et échoue à seulement deux sièges de la majorité absolue. Si une « coalition rouge-rouge » est théoriquement possible et bénéficie d'un nombre suffisant de députés pour gouverner, le SPD refuse de céder la direction du gouvernement régional au PDS.

Böhmer est alors investi pour un second mandat, après avoir formé une « grande coalition » dont le ministre des Finances social-démocrate Jens Bullerjahn est vice-ministre-président.

En , le ministre-président — âgé de 74 ans — indique qu'il n'a pas l'intention de postuler pour un troisième mandat de chef de l'exécutif du Land. La CDU se choisit alors comme chef de file électoral le ministre de l'Économie Reiner Haseloff.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Landtag est constitué de 91 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare.

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (en allemand : Wahlkreisstimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 45 circonscriptions ; la seconde voix (en allemand : Landesstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 91 sièges est répartie à la proportionnelle sur la base des secondes voix uniquement, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land ou deux mandats au scrutin uninominal. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée afin de rétablir la proportionnalité.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultat de 2006
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Reiner Haseloff
(Ministre de l'Économie)
36,2 % des voix
40 députés
Die Linke Wulf Gallert 24,1 % des voix
26 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Jens Bullerjahn
(Ministre des Finances)
21,4 % des voix
24 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Veit Wolpert 6,7 % des voix
7 députés

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondages en vue des élections régionales de 2011 en Saxe-Anhalt[1]
Institut Date CDU SPD Verts FDP Linke NPD
FGW 11/03/2011 32,0 % 24,0 % 5,0 % 5,0 % 24,0 % 5,0 %
ARD 10/03/2011 33,0 % 24,0 % 5,5 % 4,5 % 25,0 % 5,0 %
Infratest 20/02/2011 31,0 % 22,0 % 7,0 % 5,0 % 27,0 % 5,0 %
Infratest 17/02/2011 32,0 % 23,0 % 7,0 % 5,0 % 26,0 % 4,0 %
Infratest 20/01/2011 32,0 % 22,0 % 8,0 % 4,0 % 28,0 % 3,0 %
Infratest 23/09/2010 30,0 % 21,0 % 9,0 % 5,0 % 30,0 % ?
Dernières élections 26/03/2006 36,2 % 21,4 % 3,6 % 6,7 % 24,1 % Absent

Résultats[modifier | modifier le code]

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales de 2011 en Saxe-Anhalt
Partis Circonscriptions Liste Total des sièges
Votes % Sièges +/- Votes % Sièges Total +/-
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 339 869 34,29 41 en augmentation 1 323 019 32,51 0 41 en augmentation 1
Die Linke (Linke) 243 589 24,58 3 en stagnation 213 611 23,65 26 29 en augmentation 3
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 214 373 21,63 1 en diminution 1 213 611 21,50 25 26 en augmentation 2
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 66 126 6,67 0 en stagnation 70 922 7,14 9 9 en augmentation 9
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) 35 883 3,62 0 en stagnation 45 826 4,61 0 0 en stagnation
Parti libéral-démocrate (FDP) 34 940 3,53 0 en stagnation 38 173 3,84 0 0 en diminution 7
Autres 56 406 5,69 0 en stagnation 66 940 6,73 0 0 en stagnation
Votes valides 991 186 97,41 993 502 97,64
Votes blancs et nuls 26 316 2,59 24 000 2,36
Total 1 017 502 100 45 en stagnation 1 017 502 100 60 105 en augmentation 8
Abstentions 970 670 48,82 970 670 48,82
Nombre d'inscrits / participation 1 988 172 51,18 1 988 172 51,18

Analyse[modifier | modifier le code]

Le scrutin est marqué une hausse de presque sept points de la participation. La CDU conserve son statut de premier parti de Saxe-Anhalt mais enregistre un recul de presque quatre points. Si elle remporte 41 sièges, elle totalise six mandats supplémentaires, aussi huit mandats complémentaires sont créés pour rétablir la proportionnalité. Obtenant une progression de cet ordre, les Grünen font leur retour au Landtag après 13 ans d'absence, dans un contexte international marqué par la crise nucléaire au Japon.

Juste derrière, le NPD néo-nazi échoue de peu à entrer dans un troisième Landtag de l'ex-Allemagne de l'Est, connaissant d'ailleurs la plus forte progression de ce scrutin. Si la Linke et le SPD — qui échoue à redevenir l'un des deux premiers partis du Land — se maintiennent à leur niveau respectif, le FDP est exclu de l'assemblée après avoir perdu trois points.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Reiner Haseloff est investi ministre-président de Saxe-Anhalt pour un premier mandat à la tête d'une « grande coalition » entre la CDU et le SPD, dont le ministre des Finances social-démocrate Jens Bullerjahn est vice-ministre-président.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Umfragen Sachsen-Anhalt (#ltwlsa) », sur wahlrecht.de (consulté le 26 décembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]