Élection présidentielle chilienne de 1958

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élection présidentielle chilienne de 1958
Corps électoral et résultats
Population 7 326 000 (est)
Inscrits 1 497 902
Votants 1 250 350
83,47 %  −3,1
Votes exprimés 1 235 552
Votes blancs et nuls 14 798
Jorge Alessandri Rodríguez.JPG Indépendant – Jorge Alessandri Rodríguez
Voix 389 909
31,56 %
Salvador Allende 1952.JPG Parti socialiste du Chili – Salvador Allende Gossens
Front de l'action populaire (es)
Voix 356 493
28,85 %
Eduardo Frei Montalva headshot.jpg Parti démocrate-chrétien du Chili – Eduardo Frei Montalva
Voix 255 769
20,70 %
Luis Bossay.jpg Parti radical – Luis Bossay Leiva (es)
Voix 192 077
15,55 %
Antonio Zamorano.jpg Indépendant – Antonio Zamorano Herrera (es)
Syndicat national des travailleurs (es)
Voix 41 304
3,34 %
Coat of arms of Chile.svg
Président du Chili
Sortant Élu
Carlos Ibáñez del Campo
Ind.
Jorge Alessandri Rodríguez
Ind.

L'élection présidentielle chilienne de 1958 se déroule le . Elle est remportée par Jorge Alessandri Rodríguez qui obtient 31,56 % des voix.

Système électoral[modifier | modifier le code]

L'élection est organisée au système de la majorité absolue selon lequel un candidat doit rassembler plus de 50 % du vote populaire pour être élu. Si aucun candidat ne reçoit plus de 50 % des voix, les deux chambres du Congrès national se réunissent pour voter, avec pour choix les deux candidats ayant obtenu le plus de voix à l'issue du vote populaire[1].

Candidats[modifier | modifier le code]

Luis Bossay Leiva[modifier | modifier le code]

À la fin du mois de juin 1957, le sénateur de Valparaiso Luis Bossay Leiva (es) est choisi pour représenter le Parti radical[2]. Ce parti espérait récupérer la présidence de la République, après l'avoir remporté à trois reprises avant la victoire de Carlos Ibáñez del Campo.

Eduardo Frei Montalva[modifier | modifier le code]

Le un manifeste public est publié dans lequel Eduardo Frei Montalva est désigné comme « l'homme capable de donner au pays l'unité, la confiance et la direction responsable dont il a besoin »[3]. Sa candidature est soutenue par le Parti démocrate-chrétien du Chili, le Parti des travailleurs agraires (es) et le Parti national (es)[4].

Salvador Allende Gossens[modifier | modifier le code]

La gauche, unifiée au sein du Front de l'action populaire (es), a désigné pour candidat unique le représentant du Parti socialiste du Chili, Salvador Allende, lors de la Convention présidentielle du peuple qui s'est tenue du 15 au 17 septembre 1957. Les autres candidats étaient : Mamerto Figueroa (ANT), Rudecindo Ortega (PRD), Humberto Mewes (PT), Guillermo del Pedregal (indépendant) et Francisco Cuevas Mackenna (indépendant)[4].

Sénateur de Magallanes, Allende s'était déjà présenté comme candidat à la présidence en 1952, ne récoltant que 5,45 % des suffrages. Toutefois, son discours et son activité politique ont fait de lui le candidat naturel de la gauche[4].

Jorge Alessandri Rodríguez[modifier | modifier le code]

Jorge Alessandri.

Dès le milieu de l'année 1957, Jorge Alessandri était fréquemment cité comme candidat idéal de la droite pour l'élection présidentielle de 1958. Fils de l'ancien président Arturo Alessandri Palma, il s'est très tôt engagé en politique en tant que parlementaire et ministre d'État, bien qu'il avait un profil beaucoup plus discret que son père, connu pour son ardeur politique. En dépit de son image d'homme clairsemé, Jorge Alessandri était un leader populaire, réticent à se mêler à la lutte des partis politiques[4].

Pour l'élection présidentielle de 1958, Jorge Alessandri s'est présenté en tant qu'indépendant mais était cependant soutenu par plusieurs partis don notamment le Parti conservateur uni (es) et le Parti libéral. Le soutien de ces deux partis n'a pas été acquis sans difficulté.

Le candidat Eduardo Frei du Parti démocrate-chrétien du Chili avait officiellement demandé, par écrit, le soutien du Parti libéral. Dans sa lettre, il soulignait qu'il était le meilleur candidat pour l'avenir et que le soutenir ne signifiait pas renoncer aux différences idéologiques entre son parti et le Parti libéral[5]. De même, certains membres du Parti conservateur soutenaient Frei.

Un événement fortuit est venu enterrer les espoirs de Frei d'être soutenu par le Parti libéral. Au moment de prononcer un discours engagé pour soutenir Alessandri au cours d'une réunion du Parti libéral, le député Raúl Marín Balmaceda a eu une crise cardiaque et est soudainement tombé à terre, mourant peu de temps après. Cet événement a provoqué un vif choc émotionnel. Peu de temps après, le parti conservateur a proclamé Alessandri comme candidat officiel et a officiellement demandé l'appui du Parti libéral. Alessandri a été choisi comme candidat du Parti libéral avec 327 voix contre 147 pour Frei[6].

Antonio Zamorano Herrera[modifier | modifier le code]

Antonio Zamorano Herrera (es), populairement connu sous le nom de Cura de Catapilco (en français : curé de Catapilco (es)), était un personnage particulier de la province de Valparaíso. Il était un ancien curé de la ville de Catapilco et député du Front de l'action populaire (es) (FRAP) en 1957, représentant Talca. D'un langage folklorique et incisif, il a réussi à réunir autour de sa candidature des soutiens dans les secteurs populaires de Valparaiso, Aconcagua, Talca, Linares et d'autres régions rurales du Chili[4].

Malgré sa proximité avec le FRAP, il n'a pas retiré sa candidature, ce qui a affecté directement celle d'Allende. Pour certains analystes, qui n'avancent pas de preuves fiables, la campagne d'Antonio Zamorano a probablement été financée par des partisans d'Alessandri dans le but de gêner Allende[4].

Campagne électorale[modifier | modifier le code]

Sondage[modifier | modifier le code]

Un sondage a été réalisé dans la province de Santiago.

Institut Date Alessandri

(Ind.)

Allende

(PS)

Frei

(PDC)

Bossay

(PR)

Zamorano

(Ind.)

E. Hamuy Juillet et août 1958 38,6 % 27,3 % 20,8 % 12,7 % 0,6 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Vote populaire[modifier | modifier le code]

Fac-similé du bulletin de vote utilisé lors de l'élection pour la campagne d'Eduardo Frei Montalva.

Le 4 septembre, jour du scrutin, deux tremblements de terre ont eu lieu au Chili : un à 10 heures 45 (heure locale) qui a été ressenti à Arica, et un autre à 17 heures 55, ressenti à Santiago. Ils n'ont pas affecté le déroulement des opérations de vote[7].

Les premiers résultats de l'élection ont été donnés à Algarrobito, dans la région de Coquimbo. Dans cette localité, Alessandri a obtenu sept voix, Bossay cinq, Frei deux et Allende une[7].

Résultats de l'élection présidentielle chilienne de 1958
(vote populaire)[1],[8]
Candidat Parti / coalition Score
Voix %
Jorge Alessandri Indépendant 389 909 31,56
Salvador Allende Parti socialiste du Chili 356 493 28,85
Eduardo Frei Montalva Parti démocrate-chrétien du Chili 255 769 20,70
Luis Bossay (es) Parti radical 192 077 15,55
Antonio Zamorano (es) Indépendant 41 304 3,34
Votes valides 1 235 552 98,82
Votes blancs et nuls 14 798 1,18
Total 1 250 350 100
Nombre d'inscrits / participation 1 497 902 83,47

Vote du congrès[modifier | modifier le code]

Comme aucun des candidats n'a obtenu la majorité absolue, il appartient, selon la Constitution de 1925, au Congrès de choisir entre les deux candidats qui ont obtenu la majorité relative la plus élevée. À l'issue de ce vote, Jorge Alessandri est élu.

Résultats de l'élection présidentielle chilienne de 1958 (vote du Congrès)[1],[8]
Candidat Parti / coalition Score
Voix %
Jorge Alessandri Indépendant 147 84,97
Salvador Allende Parti socialiste du Chili 26 15,03
Votes valides 173 92,51
Votes blancs et nuls 14 7,49
Total 187 100
Nombre d'inscrits / participation 192 97,40

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Dieter Nohlen, Elections in the Americas : A data handbook, (ISBN 978-0-19-928358-3).
  2. El Mercurio, 1er juillet 1957.
  3. El Diario Ilustrado, 19 juillet 1957.
  4. a, b, c, d, e et f (en) Patricia Arancibia Clavel, Camino a La Moneda. Las elecciones presidenciales en la historia de Chile. 1920-2000, Centro de Estudios Bicentenario, .
  5. (es) Cristián Gazmuri, Eduardo Frei Montalva y su época, .
  6. (es) Alvaro Góngora Escobedo, Gonzalo Vial Correa et Patricia Arancibia Clavel, Jorge Alessandri 1896-1986 : Una biografía, .
  7. a et b (es) « Diario de la marina (September 5, 1958) », sur DLOC (consulté le 4 janvier 2018).
  8. a et b (es) « Elección Presidencial 1958 », sur Eleccion Alspace (consulté le 4 janvier 2018).