Élection présidentielle chilienne de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élection présidentielle chilienne de 2021
Mandat Du 11 mars 2022 au 11 mars 2026
Président de la République
Sortant
Sebastián Piñera
Chile Vamos

L'élection présidentielle chilienne de 2021 se déroule le avec un éventuel second tour en décembre afin d'élire pour quatre ans le président de la République du Chili. Des élections parlementaires et régionales sont organisées simultanément.

Le président sortant, Sebastián Piñera, ne peut être candidat à sa réélection, la Constitution chilienne interdisant les mandats successifs.

Contexte[modifier | modifier le code]

La présidentielle de novembre 2017 voit la victoire du conservateur Sebastián Piñera, le prédécesseur de la présidente sortante Michelle Bachelet. Piñera l'emporte au second tour face à Alejandro Guillier, soutenu par cette dernière.

L'élection présidentielle est précédée par l'élection d'une assemblée constituante les 15 et à la suite du référendum organisé le où les électeurs se sont prononcés pour un changement de Constitution ainsi que sur le principe d'une assemblée constituante chargée de rédiger la nouvelle loi fondamentale.

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le président de la République est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de quatre ans non renouvelable de manière consécutive. Est élu le candidat qui recueille la majorité absolue des votes valides au premier tour, organisé le troisième dimanche de novembre de la quatrième année du mandat présidentiel en cours. À défaut, les deux candidats arrivés en tête au premier tour s'affrontent lors d'un second organisé le quatrième dimanche suivant le premier, et celui recueillant le plus de voix est déclaré élu[1].

Candidatures[modifier | modifier le code]

Pré-candidatures
Parti Idéologie Candidats Résultats en 2017
Parti communiste du Chili Extrême gauche
Communisme, marxisme-léninisme, socialisme démocratique
Daniel Jadue Coalition dans Nouvelle majorité : 22,70 %
Parti humaniste du Chili Gauche
Humanisme, socialisme libertaire, écologie sociale
Pamela Jiles Coalition dans Front Large : 20,27 %
Parti socialiste Centre gauche à gauche
Socialisme démocratique, social-démocratie, progressisme, social-libéralisme
Paula Narváez Coalition dans Nouvelle majorité : 22,70 %
Parti pour la démocratie Centre gauche
Progressisme, social-démocratie, social-libéralisme, catholicisme social
Heraldo Muñoz Coalition dans Nouvelle majorité : 22,70 %
Fédération régionale verte et sociale Centre gauche
Régionalisme, écosocialisme, économie verte, écologie politique
Jaime Mulet Nouveau
Parti radical Centre gauche
Radicalisme, social-démocratie, social-libéralisme, sécularisme
Carlos Maldonado Coalition dans Nouvelle majorité : 22,70 %
Parti démocrate chrétien du Chili Centre à centre gauche
Democratie chrétienne, conservatisme, conservatisme social, troisième voie
Ximena Rincón 5,88 %
Évolution politique Droite à centre droit
Conservatisme, attrape-tout, populisme de droite
Ignacio Briones Coalition dans Chile Vamos : 36,64 %
Rénovation nationale Droite
Conservatisme, libéralisme économique
Mario Desbordes Coalition dans Chile Vamos : 36,64 %
Union démocrate indépendante Droite
Néo-conservatisme, nationalisme, grémialisme
Joaquín Lavín
Evelyn Matthei
Coalition dans Chile Vamos : 36,64 %
Parti national citoyen Droite
Conservatisme, attrape-tout, populisme de droite
René Rubeska Nouveau
Parti républicain Extrême droite
National-conservatisme, populisme de droite, principe de subsidiarité, ordolibéralisme
José Antonio Kast 7,93 %
Indépendants - Sebastián Sichel -

Primaires[modifier | modifier le code]

Gauche[modifier | modifier le code]

Lors de la primaire du , Gabriel Boric est désigné candidat de la coalition de gauche Apruebo Dignidad avec 60,42 % des voix, battant le représentant du Parti communiste, Daniel Jadue, qui totalise 39,58 % des voix alors qu'il était le favori des sondages[2].

Droite[modifier | modifier le code]

Le même jour, la coalition de droite Chile Vamos organise sa primaire au terme de laquelle Sebastián Sichel l'emporte avec plus de 49 % des voix, devançant là-aussi le favori des sondages, le conservateur Joaquín Lavín, qui ne recueille que 31 % des voix[2].

Sondages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]