Église Saint-André de Montbolo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir église Saint-André.
Église Saint-André
de Montbolo
Portail et clocher ouest
Portail et clocher ouest
Présentation
Culte Catholique romain
Type église paroissiale
Rattachement Diocèse de Perpignan-Elne
Début de la construction XIIe siècle
Autres campagnes de travaux XIIIe et XIVe siècles : fortification de l'édifice
XVIIe siècle : remaniement intérieur
1900 : restauration
Style dominant Roman.
Protection  Inscrit MH (1993)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Ville Montbolo
Coordonnées 42° 29′ 06″ nord, 2° 39′ 17″ est

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Église Saint-André de Montbolo

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-André de Montbolo

L'église Saint-André est une église de style roman située à Montbolo, dans le département français des Pyrénées-Orientales et la région Languedoc-Roussillon[1].

Situation[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André est située au sommet du village, rue de l'Église, presque en face de la mairie. Le cimetière est toujours présent, juste à l'ouest du bâtiment[2].

Historique[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André a été élevée au XIIe siècle, puis fortifiée quelques années après. Ses murs gouttereaux ont alors été surélevés afin d'y construire un chemin de ronde, et deux tours barlongues ont été construites sur les murs est et ouest.

L'église a été inscrite au répertoire des monuments historiques le 29 mars 1993[3].

L'intérieur a été remanié à l'époque baroque : une tribune a été établie à l'ouest (elle porte la date de 1627), et des retables ont pris place dans les niches et dans le chœur, obstruant alors les absides. Vers 1900 une restauration a été entreprise, visant à rendre à l'édifice son aspect d'origine (les retables ont cependant été conservés, et le maître-autel n'a pas été déplacé - une plaque encastrée dans la tribune atteste de ces travaux). À peine reconstruit, le toit de l'église est arraché par une violente tempête en janvier 1900[4]. Assez récemment, le portail méridional a été malencontreusement restauré en marbre blanc, faisant disparaître plusieurs éléments du portail d'origine[5],[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Plan de l'église.

L'édifice se rapproche de l'église d'Espira-de-l'Agly : forme rectangulaire (environ 30 mètres sur 10 mètres), et deux absides jumelles ménagées dans l'épaisseur du mur oriental. Des niches ont de plus été construites dans l'épaisseur des murs latéraux (deux au nord et deux au sud).

Mobilier[modifier | modifier le code]

Plusieurs objets meubles dont, plusieurs retables, ont été classés comme monuments historiques :

Photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noël Bailbé, Les portes des églises romanes du Roussillon, Perpignan, Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales,
  • Jean-Auguste Brutails, Notes sur l'art religieux du Roussillon, Paris, Leroux,
  • Marcel Durliat, Roussillon Roman, Zodiaque, coll. « La nuit des temps » (no 7), , 321 p. (ISBN 2-7369-0027-8)
  • (fr+ca) Julien Lugand (trad. Aleix Renyé), Guerra : La peinture baroque en pays catalan aux XVIIe et XVIIIe siècles, Trabucaire, , 172 p. (ISBN 9782849740392)
  • Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Montpellier, Les Presses du Languedoc, , 334 p. (ISBN 978-2-8599-8244-7, présentation en ligne)
  • Jean-Bernard Mathon (dir.), Guillaume Dalmau et Catherine Rogé-Bonneau, Corpus des Vierges à l'Enfant (XIIe – XVe siècle) des Pyrénées-Orientales, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Histoire de l'art », (ISBN 9782354121853)
  • (ca) « Sant Andreu de Montboló », dans Catalunya romànica, t. XXV : El Vallespir. El Capcir. El Donasà. La Fenolleda. El Perapertusès, Barcelone, Fundació Enciclopèdia Catalana,

Fiches du ministère français de la Culture[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :