Vol 269 One-Two-Go Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vol 269
Image illustrative de l'article Vol 269 One-Two-Go Airlines
Caractéristiques de l'accident
Date 16 septembre 2007
Phase Atterrissage
Type Accident au sol
Site Aéroport international de Phuket, Thaïlande
Passagers 123
Membres d'équipage 7
Morts 90
Blessés 40 dont 5 dans un état grave
Survivants 40 (15 thaïlandais et 26 étrangers)
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil McDonnell Douglas MD-82
Compagnie One-Two-Go Airlines
Localisation
Coordonnées 8° 06′ 38″ N 98° 18′ 45″ E / 8.110556, 98.3125 ()8° 06′ 38″ Nord 98° 18′ 45″ Est / 8.110556, 98.3125 ()  

Géolocalisation sur la carte : Thaïlande (administrative)

(Voir situation sur carte : Thaïlande (administrative))
Vol 269

Le Vol 269 One-Two-Go Airlines est un vol intérieur thaïlandais assuré par la compagnie aérienne à bas prix One-Two-Go Airlines qui s'est écrasé à 15 heures 35 (10 heures 35 heure française) sur l'île touristique thaïlandaise de Phuket après un atterrissage manqué le 16 septembre 2007 avec 130 personnes à son bord.

Avion et cause de l'accident[modifier | modifier le code]

L'avion, un McDonnell Douglas MD-82, HS-OMG, vol OG269, qui effectuait la liaison entre l'aéroport international Don Mueang de Bangkok et l'aéroport international de Phuket, avec 123 passagers (45 thaïlandais et 78 étrangers) et 7 membres d'équipage à bord, a tenté de se poser. La présence de cumulonimbus entraine de fortes pluies et surtout des cisaillements de vent qui rendent difficile l'approche. Alors que l'avion est déporté sur la droite de la piste, le copilote décide une remise de gaz tout en déclarant donner la commande au commandant de bord. Les trains d'atterrissage sont rentrés mais aucune remise de gaz n'est effectuée. Le pilote automatique qui gère la puissance réduit les gaz sur ralenti. La vitesse diminuant, l'avion perd sa portance (il décroche) et heurte le sol. Il entre en collision avec un talus avant de prendre feu. Quelques passagers arrivent à s'extraire de l'avion en flamme.

Les boîtes noires ont été envoyées aux États-Unis. Pour autant, l'erreur d'appréciation du pilote semble être en jeu. En effet, un avion de la Thai qui avait atterri 4 minutes plus tôt avait signalé des vents cisaillants (160 km/h), information restituée ensuite par la tour de contrôle de Phuket au MD82 One-Two-Go 269 et dont le pilote n'a apparemment pas tenu compte.

Le pilote Arief Mulyadi, 57 ans, totalisait 16 752 heures de vol, dont 4 330 sur ce type d'appareil. Il n'avait pas mangé parce qu'il faisait le ramadan, et il volait au-dessus des seuils maximum d'heures[1]. Il n'avait pas eu le moindre repos depuis 10 jours, et avait près de 70 heures de temps de vol sur ces dix derniers jours. Le copilote avait pour sa part depuis le début de la semaine 51H20 de vols en 27 trajets. La compagnie a été mise en cause par la commission d'enquête[1].

D'autre part la piste de l'aéroport international de Phuket n'était pas aux normes de l'OACI, qui exigent que les côtés de la piste doivent disposer d'une zone de dégagement de 150 m minimum de chaque côté, ce qui n'était pas le cas, le MD82 s'étant encastré dans le talus surplombant la piste ce qui n'a pas permis d'utiliser les issues de secours de l'avant de l'appareil.

Bilan[modifier | modifier le code]

Les deux pilotes ont été tués. Le 18 septembre, le corps du commandant Arief Mulyadi, a été identifié. 21 des 57 étrangers morts dans la catastrophe ont été identifiés.

  • Allemagne : 1 mort et 4 blessés (Haut fonctionnaire) ;
  • Australie : 1 mort, 1 disparu et 1 blessé (Ambassade) ;
  • Canada : 1 mort et 1 blessé ;
  • États-Unis : 4 morts et 1 blessé (Ambassade) ;
  • France : 5 morts, 4 disparus et 1 blessé (Ministère des Affaires étrangères) ;
  • Israël : 6 morts, 2 disparus et 2 blessés (Ministère des Affaires étrangères) ;
  • Irlande : 1 mort (Ministère des Affaires étrangères) ;
  • Royaume-Uni : 8 morts et 2 blessés (Ambassade) ;
  • Suède : 1 mort, 1 disparu et 2 blessés (Ministère des Affaires étrangères).

Trois hôpitaux locaux (hôpital de Bangkok-Phuket, hôpital de Siriroj, et hôpital de Vachira Phuket) soignent les blessés, 14 Thaïlandais, 8 Britanniques, 4 Allemands, 3 Iraniens, 3 Irlandais, 2 Néerlandais, 2 Israéliens, 2 Suédois, 1 Autrichien, 1 Australien, 1 Canadien, 1 Français et 1 Italien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ces avions qui nous font peur, les dossiers noirs du transport aérien, François Nénin, Ed. Flammarion, p. 41-42

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]