Vita Nuova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

« In quella parte del libro della mia memoria dinanzi alla quale poco si potrebbe leggere, si trova una rubrica la quale dice Incipit Vita Nova. Sotto la quale rubrica io trovo scritte le parole le quali è mio intendimento d'asemplare in questo libello, e se non tutte, almeno la loro sentenzia. »

— Dante Alighieri, Vita Nuova, I 1

La Vita Nuova est la première œuvre sûrement authentique de Dante Alighieri. Elle fut écrite entre 1293 et 1295. Cette œuvre est un prosimètre, c'est-à-dire un texte dans lequel alternent vers et prose.

Datation[modifier | modifier le code]

On ne connaît pas précisément l'année de composition de la Vita Nuova, mais elle aurait pris forme entre 1293 et 1295. Dante lui-même affirme que la première mouture de ce texte remonte à 1283, année de ses dix-huit ans, et que sa dernière version remonte à juin 1291, anniversaire de la mort de Béatrice. Les autres sonnets peuvent être datés de 1293, sachant que les passages poétiques ne peuvent avoir été écrit après 1295. On peut donc affirmer avec une relative certitude que les différentes parties de l'œuvre sont le fruit d'une dizaine d'années de travail culminant dans la synthèse de l'œuvre aujourd'hui sous nos yeux. Le texte final est un assemblage de différentes poésies écrites à différentes étapes de la vie de Dante. Elles sont ensuite réunies en une seule œuvre (la Vita Nuova précisément) à partir de 1290, année de la mort de Béatrice.

Structure et thèmes[modifier | modifier le code]

L'œuvre s'ouvre avec une brève préface, dans laquelle Dante développe le concept de mémoire (le livre de la mémoire) comme un dépôt de souvenirs qui permet de reconstituer la réalité non pas dans les moindres détails, mais avec une vue d'ensemble, rappelant l'événement dans ses traits généraux.

Nous pouvons illustrer le cheminement de l'œuvre par trois étapes fondamentales de la vie de l'auteur. Une première étape où Béatrice accepte de le saluer, source de bonheur et de salut. Une seconde étape où Béatrice ne le salue plus, ce qui cause à Dante de profondes souffrances, mais aussi une croissance de maturité. Enfin une troisième qui voit la mort de Béatrice. La relation n'est plus entre le poète et la femme aimée, mais entre le poète et l'âme de la femme aimée.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Wikisource-logo.svg

Voir sur Wikisource en italien :