Guido Cavalcanti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cavalcanti.

Guido Cavalcanti (Florence, v. 1250 - Florence, 1300) était un poète florentin du XIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dante mentionne souvent Guido Cavalcanti comme « le premier de ses amis ». Tous deux font partie de la confrérie initiatique des Fidèles d'Amour, laquelle est mentionnée par Dante dans la Vita Nova (qui est d'ailleurs particulièrement adressée à Guido), et on retrouve dans leurs œuvres le même symbolisme amoureux. Ainsi la Dame (donna) y représente la sagesse, à laquelle le fidèle accède par l'amour divin. Du point de vue stylistique, les fidèles d'Amour parlent de « dolce stil novo » (doux style nouveau), désignation dans laquelle il ne faut pas voir uniquement une définition « littéraire » mais également une signification symbolique.

L'œuvre de Cavalcanti, comme celle de Dante, repose sur un symbolisme complexe et cohérent propre au Moyen Âge en Occident, dont ni lui ni Dante ne sont les « inventeurs » mais qu'ils tirent de l'enseignement qu'ils reçurent des fidèles d'Amour. La présence dans les poésies de Guido d'une Mandetta, dame toulousaine rencontrée par le poète dans la ville occitane lors d'un arrêt sur le chemin de Saint-Jacques, a fait établir à certains des liens entre les fidèles d'Amour et le catharisme. Mais il faut préciser ici que la société à laquelle appartinrent Dante et Cavalcanti, de filiation templière, était parfaitement orthodoxe du point de vue catholique, contrairement aux cathares. La condamnation du catharisme par saint Bernard de Clairvaux, qui est pris pour guide par Dante au Paradis, est particulièrement significative à cet égard.

Cavalcanti, tout comme Dante, fonde sa poésie sur l'usage de la langue vulgaire, qui doit permettre aux initiés italiens de connaître directement (c'est-à-dire sans médiation, comme c'était le cas avec la langue non maternelle que constituait le latin) la grâce divine.


  • Tobias Eisermann, Cavalcanti oder die Poetik der Negativität, Band 17 in Romanica et Comparatistica: Sprach- und literaturwissenschaftliche Studien, herausgegeben von Richard Baum und Willi Hirdt, Tübingen: Stauffenburg Verlag Brigitte Narr GmbH, 1992; ISBN 3-923721-67-6


En mars 2012 paraît, aux éditions vagabonde, une exceptionnelle traduction de l'œuvre poétique complet de Cavalcanti due à Danièle Robert - également traductrice, entre autres, des œuvres poétiques d'Ovide et de Catulle chez Actes Sud -, qui accompagne ce travail d'un essai introductif et d'un grand appareil de notes des plus éclairants, notamment quant aux soubassements philosophiques de cette poésie complexe. Cette édition est saluée du prix Nelly-Sachs à l'automne de 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]