Vassili II de Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vassili II
Vassili II de Russie
Vassili II de Russie
Titre
Grand-prince de Moscou
27 février 142527 mars 1462
37 ans, 1 mois et 0 jour
Prédécesseur Vassili Ier de Russie
Successeur Ivan III de Russie
Biographie
Dynastie Dynastie des Rurikides
Nom de naissance Vassili Vassilievitch
Date de naissance 10 mars 1415
Lieu de naissance Moscou
Date de décès 27 mars 1462 (à 47 ans)
Lieu de décès Moscou
Sépulture Cathédrale de l'Archange-Saint-Michel à Moscou
Père Vassili Ier de Russie
Mère Sophie de Lituanie
Conjoint Marie de Borovsk
Enfant(s) Ivan III de Russie
Monarques de Russie

Vassili II (en russe : Василий II Васильевич Тёмный), dit Vassili l'Aveugle, (10 mars 141527 mars 1462) fut grand-prince de Moscou de 1425 à 1462 ; son règne fut marqué par la plus importante guerre civile de la Russie médiévale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dix ans de guerre intestine[modifier | modifier le code]

Vassili II est le fils aîné de Vassili Ier Dimitriévitch et de Sophie de Lituanie, fille unique de Vytautas le Grand. À la mort de son père, il est proclamé grand-duc alors qu'il n'a que dix ans. Son oncle, Youri de Zvenigorod, prince de Galitch-Mersky, et ses deux fils, Vassili le Loucheur et Dimitri Chemyaka, saisissent l'occasion pour mettre en avant leur revendication sur le trône tandis que la régence est confiée à la mère de Vassili II, Sophie de Lithuanie. La prétention de Vassili est soutenue par son grand-père maternel, Vytautas. Les motifs de la grande guerre féodale qui s'ensuit sont controversés. Il y a quelques raisons de croire que la famille de Youri, dont les territoires nordiques sont riches en sel et en minerai, pouvaient offrir à la Russie un espoir de développement économique.

Au mariage de Vassili II, sa mère retire la ceinture d'or du prince Vassili le Loucheur (1861)

En 1430, après la mort de Vytautas, Youri obtient de la Horde d'or l'accord pour s'emparer du trône de Moscou. Cependant, le Khan finit par ne plus le supporter en raison de la politique fourbe d'Ivan Vsevoljsky, prince de Smolensk et boyard moscovite. Quand Youri rassemble une armée et attaque Moscou, Vassili, trahi par Vsevoljsky, est vaincu et fait prisonnier par ses ennemis (1433). Après avoir été proclamé grand-prince de Moscou, Youri pardonne à son neveu et l'envoie régner sur la ville de Kolomna. Cette clémence s'avère une erreur, car, immédiatement, Vassili commence à comploter contre son oncle et à réunir toutes sortes de mécontents. Ne se sentant pas en sécurité sur son trône, Youri abdique et quitte Moscou pour ses territoires nordiques. À son retour à Moscou, Vassili fait rendre aveugle le traître Vsevoljsky.

Cependant, les fils de Youri reprennent à leur compte les revendications de Youri et décident de continuer la lutte. Ils arrivent à vaincre Vassili qui doit chercher refuge auprès de la Horde d'Or. Après la mort de Youri en 1434, Vassili le Loucheur entre au Kremlin où il est proclamé grand-prince. Dimitri qui a également des vues sur la couronne, se fâche avec son frère et conclut une alliance avec Vassili II. Ils font en sorte de faire bannir Vassili le Loucheur du Kremlin en 1435. Ce dernier est capturé et rendu aveugle, ceci l'évinçant de la prétention au trône.

Luttes contre Kazan et Chemyaka[modifier | modifier le code]

Le règne de Vassili voit l'effondrement de la Horde d'or et son morcellement en petits khanats. Alors que son trône est relativement assuré, il a à s'occuper de la menace tatare.

En 1439, Vassili dut s'enfuir de la capitale assiégée par Oloug Moxammat, seigneur du nouveau khanat de Kazan. Six mois plus tard, ses troupes affrontent Oloug Moxammat, mais il est vaincu et fait prisonnier. Les Moscovites doivent réunir une énorme rançon pour la libération du prince cinq mois plus tard.

Pendant ce temps, Moscou est passée à Dimitri Chemyaka. Gardant en mémoire le sort de son propre frère, Dimitri fait aveugler Vassili, qui reçoit le surnom de « l'Aveugle » ou, plus précisément « qui voit l'obscurité ». Il est ensuit exilé à Ouglitch en 1446. Vassili se réfugie aussi pendant un temps au Monastère de Kirillo-Belozersky. Comme Vassili a encore un certain nombre de sympathisants à Moscou, Dimitri le fait revenir d'exil et lui donne Vologda en apanage. Ceci s'avère une nouvelle erreur, car Vassili réunit rapidement ses sympathisants et reconquiert le trône.

La victoire définitive de Vassili sur son cousin survient en 1450, quand il s'empare de Galitch-Mersky et empoisonne Dimitri. Les enfants de ce dernier arrivent à s'enfuir en Lithuanie. Ces événements mettent un terme au principe des successions collatérales, qui étaient la principale cause des luttes intestines médiévales.

Fin de règne et politique[modifier | modifier le code]

En 1459, après la mort accidentelle de sa fille illégitime Odine, la guerre ayant pris fin, Vassili élimine la plupart des petits apanages de Moscovie de façon à asseoir son autorité souveraine. En conséquence de ses campagnes militaires, les gouvernements républicains de Novgorod, Pskov et Viatka sont contraints de le reconnaître comme étant leur seigneur.

Pendant ce temps, Constantinople tombe aux mains des Turcs et le patriarche de Constantinople reconnaissait la suprématie du pape au concile de Bâle. Vassili rejette immédiatement cette concession. En 1448, l'évêque de Riazan, Jonas, est nommé, sur son ordre, métropolite de Russie[1], ce qui équivaut à une déclaration d'indépendance de l'Église orthodoxe russe par rapport au patriarche de Constantinople (cette scission est appelée autocéphalie). Ceci conforte la réputation d'une Russie renforcée parmi les États orthodoxes.

À sa mort en 1462, après 37 ans d'un règne mouvementé[2], il est inhumé dans la cathédrale de l'Archange-Saint-Michel de Moscou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heller 1999, p. 137
  2. Heller 1999, p. 136

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Heller (trad. Anne Coldefy-Faucard), Histoire de la Russie et de son empire, Paris, Flammarion, coll. « Champs Histoire »,‎ 2009 (1re éd. 1997), 985 p. (ISBN 2081235331)