Université du Mississippi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université du Mississippi
Devise Pro scientia et sapientia (Pour la science et la sagesse)
Nom original University of Mississippi (surnom : Ole Miss)
Informations
Fondation 1848
Type Université publique, mixte
Régime linguistique Anglais américain
Dotation 472 373 000 de $
Localisation
Coordonnées 34° 21′ 59″ N 89° 32′ 12″ O / 34.3663, -89.536834° 21′ 59″ Nord 89° 32′ 12″ Ouest / 34.3663, -89.5368  
Ville Oxford
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Mississippi Mississippi
Campus Rural, 400 hectares
Direction
Chancelier Daniel W. Jones
Divers
Affiliation AAU
Site web www.olemiss.edu/

Géolocalisation sur la carte : Mississippi

(Voir situation sur carte : Mississippi)
Université du Mississippi

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Université du Mississippi

L'université du Mississippi (University of Mississippi en anglais) aussi connue par son surnom d'Ole Miss est une université publique située à Oxford, Mississippi aux États-Unis. Fondée en 1848, l'école est composée du campus principal d'Oxford et de trois campus annexes à Booneville, Tupelo et Southaven. L'université du Mississippi dispose aussi d'une station expérimentale à Bay Springs, Abbeville[1] et d'un centre médical à Jackson.

L'université du Mississippi revendique[2] soixante-neuf pourcent d'étudiants de premier cycle originaires du Mississippi et dix-neuf pourcent de l'ensemble de ses étudiants issus de minorités, les étudiants étrangers provenant de soixante-sept pays différents.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Lycée

L'université à acquis son surnom "Ole Miss" grâce à un concours organisé en 1896. La même année, l'annuaire des étudiants était publié pour la première fois et on a demandé, sous la forme d'un concours, aux étudiants de trouver un nom pour cet ouvrage. C'est Elma Meek qui a proposé le nom gagnant. On notera que le terme "Ole Miss" ne fait pas référence au Mississippi mais était utilisé par les esclaves pour appeler l'épouse du propriétaire d'une plantation. Le surnom fut ensuite adopté par l'université[3].

Le Lycée, construit en 1848 est le bâtiment le plus ancien du campus. Pendant sa première année, il accueillait toutes les salles de classe et les bureaux des enseignants de l'université. Le Lycée est maintenant le bâtiment administratif de l'université. Sa façade de colonnades est représentée sur le blason de l'université, accompagné de la date de création.

L'École de médecine, qui était initialement située à l'extrémité orientale du campus a été utilisé comme hôpital pendant la guerre de Sécession pour les soldats de l'Union comme les Confédérés, en particulier lors de la bataille de Shiloh. L'École de médecine est maintenant située à Jackson et le premier bâtiment, qui servit de dortoir aux étudiants masculins pendant les dernières années d'utilisation, a été condamné au début des années 1970 pour être finalement remplacé par un nouveau bâtiment de chimie au milieu des années 1970. Les soldats qui sont morts à l'hôpital du campus ont été enterrés dans une fosse commune situé à l'angle Nord-Est du Colisée, construit cent ans plus tard pour accueillir des concerts et des matchs de basketball.

L'éclatement de la guerre de Sécession interrompit le déroulement des cours alors que l'ensemble des étudiants et des professeurs d'Ole Miss se sont enrôlés dans l'armée confédérée. Leur compagnie, la compagnie A, 11e d'infanterie du Mississippi, était surnommée University Grays et a connu de nombreuses victimes. Un grand nombre de ces victimes est survenu pendant la charge de Pickett à la bataille de Gettysburg le 3 juillet 1876 lorsque les University Grays opérèrent la plus profonde percée dans les lignes unionistes. Certains des soldats parvinrent même à traverser le mur de fortification défensive de l'Union pour finir tués, blessés ou capturés. Le jour suivant, les forces confédérées déposèrent les armes à Vicksburg (Mississippi); ces deux batailles réunies sont considérées comme le tournant de cette guerre. Quand Ole Miss a rouvert ses portes, seul un membre des University Grays put rendre visite à l'université pour s'adresser aux étudiants. L'université fut dirigée pendant la période de l'après-guerre par l'ancien général confédéré A.P. Stewart, un natif de Rogersville. Il présida l'université de 1874 à 1886.

Pendant les années 1930, le gouverneur du Mississippi Théodore G. Bilbo souhaitait déplacer l'université du Mississippi à Jackson et en fut empêché par le chancelier Alfred Hume qui organisa une visite d'Ole Miss et de la ville voisine d'Oxford qui impressionna les parlementaires du Mississippi.

La fin de la ségrégation[modifier | modifier le code]

Article connexe : Émeute d'Ole Miss de 1962.
James Meredith, accompagné par des U.S. Marshals.
Monument des Droits civiques (statue de James Meredith) sur le campus d'Ole Miss.

La déségrégation est intervenue à Ole Miss au début des années 1960 grâce à l'action du vétéran de l'United States Air Force James Meredith de Kosciusko (Mississippi). Ses efforts furent particulièrement courageux, dans la mesure où les réactions du Docteur William David McCain et d'autres responsables politiques du Mississippi avaient été particulièrement violentes lors des tentatives précédentes de Clyde Kennard pour rejoindre le Mississippi Southern College (appelée aujourd'hui Université du Mississippi du Sud)[4],[5],[6],[7].

Meredith remporta un procès en vue de l'admission à l'Université du Mississippi en septembre 1962. Il tenta de pénétrer sur le campus le 20 septembre, le 25 septembre et encore le 26 septembre, mais il fut repoussé à chaque fois par le gouverneur du Mississippi Ross R. Barnett qui déclara "aucune école ne sera intégrée au Mississippi tant que je serai votre gouverneur."[réf. souhaitée]

Après que la Cour d'appel des États-Unis pour le cinquième circuit eut reconnu Barnett et le vice-gouverneur Paul B. Johnson, Jr. coupables d'outrage à la cour et les eut condamnés à des peines de plus de $10 000 pour chaque jour où Meredith se verrait refuser l'entrée à l'université, Meredith, escorté par des marshalls fédéraux put rentrer sur le campus le 30 septembre 1962.[réf. souhaitée]

L'admission de Meredith entraîna des émeutes anti-déségrégation. Des milliers d'étudiants, de citoyens des environs mais aussi d'autres États, parfois armés, furent impliqués. Il semblait régner parmi une certaine partie des hommes blancs du Mississippi que c'était là leur bataille contre l'intervention des 'Catholiques, Communistes du Nord' dans les affaires des blancs du Mississippi. L'un des auteurs de l'article wikipedia anglais, se rappelle avoir entendu les premiers reportages à la radio sur les combats de la nuit du 30 septembre et son père se demander s'il devait « prendre son fusil et partir pour Oxford ».

Deux personnes furent tuées pendant les émeutes. Meredith grâce à la protection des marshalls put finalement être admis et assister à son premier cours le 2 octobre. Après l'émeute, des unités d'une division de la Garde nationale terrestre furent postés dans Oxford pour empêcher toute forme de violence similaire. Alors que la plupart des étudiants d'Ole Miss ne participèrent pas aux émeutes avant son admission à l'université, beaucoup le harcelèrent pendant ses deux premiers semestres sur le campus.

Selon des témoignages de première main rapportées par Nadine Cohodas dans son livre The Band Played Dixie[8], des étudiants vivant dans le dortoir de Meredith faisaient rebondir des ballons de basket sur le sol au-dessus de sa chambre tout au long de la nuit. Quand Meredith pénétrait dans la cafétéria pour les repas, les étudiants déjà assis pour manger tournaient le dos. Lorsque Meredith s'asseyait à une table avec d'autres étudiants, tous blancs, ceux-ci se levaient immédiatement pour rejoindre une autre table.

Le lieu de ces émeutes fut désigné National Historic Landmark le 7 octobre 2008 : le Lyceum-The Circle Historic District[9].

Ce site historique comprend:

  • Le Lycée
  • Le Cercle
  • Le Croft Institute for International Studies, ou Bâtiment "Y"
  • Le Old Chemistry Building (Ancien Bâtiment de Chimie)
  • Le Carrier Hall
  • Le Shoemaker Hall
  • Le Ventress Hall
  • Le Bryant Hall
  • Le Peabody Hall

Débat présidentiel[modifier | modifier le code]

L'université du Mississippi a accueilli le premier débat des candidats à l'élection présidentielle américaine de 2008, entre les sénateurs John McCain et Barack Obama.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sections de l'université[modifier | modifier le code]

Marijuana médicinale cultivée par l'université pour l'administration fédérale.

Sections autorisées à délivrer des diplômes situées sur le campus principal, à Oxford :

  • École de comptabilité
  • École de sciences appliquées
  • École de commerce (University of Mississippi School of Business Administration)
  • École des sciences de l'éducation
  • École d'ingénieurs (University of Mississippi School of Engineering)
  • Collège des arts libéraux
  • École d'infirmières
  • École d'études avancées
  • Faculté de droit (University of Mississippi School of Law)
  • Faculté de pharmacie (créée en 1908)
  • École de journalisme et des nouveaux médias Edwin et Becky Meek (créée en 2009)

Unités situées sur le site du centre médical de l'université du Mississippi (en), à Jackson :

  • École d'odontologie
  • École des professions de santé
  • École d'infirmières (disposant d'une antenne sur le campus principal)
  • Faculté de médecine
  • École d'études avancées en sciences de la santé

Sous la direction du docteur James Hardy, les chirurgiens du centre médical de l'université ont pratiqué, en 1963, la première transplantation d'un poumon humain et, en 1964, la première transplantation cardiaque de l'animal à l'homme. C'est le cœur d'un chimpanzé qui a été utilisé, en raison des recherches conduites par James Hardy sur les primates pendant les neuf années précédentes[10],[11].

L'antenne de l'université à Abbeville est un laboratoire naturel utilisé pour l'étude, la recherche et l'enseignement sur les écosystèmes durables en eau douce. L'établissement exploite une plantation qui est encore en 2013 la seule unité légale de culture de marijuana aux États-Unis : depuis 1968, l'administration fédérale a concédé à l'université la production de cannabis à l'usage tant des projets de recherche autorisés sur la plante que des quelques patients encore soignés au cannabis médical, en vertu d'un programme lancé en 1978 et annulé en 1991[12],[13].

L'université abrite l'un des fonds d'archives les plus importants du pays sur la musique de blues. Une partie du fond est due à la contribution de BB King, qui a fait don de la totalité de sa collection de disques personnelle. La collection Arts et Spectacle Mamie et Ellis Nassour, qui comprend un grand nombre de scripts de théatre et de cinéma, des photographies et des souvenirs, a été inaugurée en septembre 2005. Les archives incluent le premier enregistrement commercial d'un morceau de blues, une chanson intitulée « Crazy Blues (en) » interprétée par Mamie Smith en 1920[14].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Médias étudiants[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ole Miss Rebels.

Habitat étudiant[modifier | modifier le code]

Fraternités[modifier | modifier le code]

Organisation étudiante[modifier | modifier le code]

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://baysprings.olemiss.edu/
  2. http://www.olemiss.edu/admissions/about.html#enrollment
  3. Ole Miss Traditions
  4. The Funding of Scientific Racism: Wickliffe Draper and the Pioneer Fund par William H. Tucker, University of Illinois Press (30 mai 2007), p. 165-66.
  5. Neo-Confederacy: A Critical Introduction, Euan Hague, Heidi Beirich, Edward H. Sebesta, University of Texas Press (1er décembre 2008) p. 284-85
  6. http://www.splcenter.org/intel/intelreport/article.jsp?aid=135
  7. Medgar Evers par Jennie Brown, Holloway House Publishing, 1994, pp. 128-132.
  8. Nadine Cohodas, The Band Played Dixie: Race and the Liberal Conscience at Ole Miss, Free Press, (ISBN 978-0684827216), [Article]
  9. [(en) National Historic Landmark Nomination: Lyceum (page consultée le 2007-01-23)]
  10. (en) « History of Lung Transplantation », Emory University,‎ 12 avril 2005
  11. (en) « Surgery: First Heart Transplant », Time Magazine,‎ 31 janvier 1964 (lire en ligne)
  12. (en) « Government runs nation's only legal pot garden », CNN,‎ 18 mai 2009
  13. UM Researcher Receives International Group’s Lifetime Achievement Award Article du 19 juillet 2013, sur les pages d'actualité de l'université
  14. (en) « Internet Site Shines Light On Archival Blues Recordings », Billboard Magazine,‎ 9 juin 2001 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]