Une place à prendre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une place à prendre
Auteur J. K. Rowling
Genre Roman
Version originale
Titre original The Casual Vacancy
Éditeur original Little, Brown and Company
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 27 septembre 2012
ISBN original 9781408704202
Version française
Traducteur Pierre Demarty
Lieu de parution Paris
Éditeur Grasset
Date de parution 28 septembre 2012
Couverture Mario J. Pulice
Nombre de pages 682
ISBN 978-2246802631
Chronologie
L'Appel du Coucou Suivant

Une place à prendre (titre original : The Casual Vacancy) est un roman social écrit par la romancière britannique J. K. Rowling.

Il est publié en anglais le 27 septembre 2012 et sa traduction en français est sortie le lendemain en France[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Barry Fairbrother est un homme particulièrement réputé dans la petite bourgade de Pagford, au sud de l'Angleterre. Mais il meurt brusquement, victime d'une hémorragie cérébrale au moment d’arriver sur le parking du restaurant où il s'apprêtait à fêter son anniversaire de mariage avec sa femme Mary. C’est un couple présent sur place, Miles et Samantha Mollison, qui accompagne l’ambulance et répand dès le lendemain matin la nouvelle de la mort du conseiller paroissial Fairbrother. Avec cette disparition, son poste devient donc vacant (c'est le sens du titre original « the casual vacancy ») à un moment où des décisions cruciales doivent être prises.

Fairbrother militait en effet pour le maintien d’un quartier défavorisé, les Champs (« the Fields »), dans la paroisse de Pagford tandis que le président du conseil régissant celle-ci, Howard Mollison, un commerçant, souhaitait son rattachement à la toute proche ville de Yarvil. Par la même occasion, Howard Mollison entend bien faire voter le non-renouvellement du bail d’un centre de désintoxication dont les locaux appartiennent au conseil paroissial, et qui accueille principalement les habitants des Champs, ce qui permettrait à Yarvil d'en fermer définitivement les portes.

Le roman relate les évènements qui se déroulent entre la mort de Barry Fairbrother et la troisième semaine suivant les élections organisées afin de désigner son successeur au sein du Conseil paroissial. Le point de vue narratif, quant à lui, change très fréquemment.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Howard Mollison : président du Conseil paroissial et commerçant réputé habitant au numéro 36, Evertree Crescent à Pagford. Cet homme obèse tient l'épicerie dont il a hérité, située sur la place principale du même bourg, et possède également le local attenant prêt à devenir un café-salon de thé sous le nom de « La théière en cuivre ».
  • Shirley Mollison : l'épouse de Howard est une femme si attachée aux principes et soucieuse des apparences qu'elle en oublierait presque de vivre. Elle est également secrétaire du Conseil de Pagford, responsable du site internet de la paroisse.
  • Miles Mollison : fils de Howard, cet avocat installé dans l'une des plus grandes maisons de Church Row est l'un des candidats au poste de conseiller paroissial jusqu'alors occupé par Barry Fairbrother. Ses deux filles, Libby et Lexie, sont internes à St. Anne, un établissement privé dont l'épicier de Pagford paie les frais afin qu'elles n'aient pas à côtoyer la population scolaire issue des Champs.
  • Samantha Mollison : la femme de Miles, qui tient un magasin de lingerie féminine à Yarvil, éprouve un penchant certain pour l'alcool. Elle ne voit pas d'un très bon œil la candidature d'un mari qu'elle n'a plus vraiment l'impression d'aimer.
  • Maureen Lowe : veuve de l'associé de Howard, elle se fait un devoir de seconder ce dernier à l'épicerie, prépare l'ouverture de « La téière en cuivre » et s'immisce en outre à tout instant dans la vie privée des Mollison.
  • Colin Wall : surnommé « le Pigeon », cet homme profondément névrosé est l'adjoint de Mrs Shaw, directrice de l'école polyvalente Winterdown que fréquente son fils Stuart « Fats » et où travaille également son épouse Tessa. Même si une telle initiative le terrorise littéralement, il se fait un devoir de se présenter à l'élection du successeur de Barry Fairbrother dont il était l'ami.
  • Tessa Wall : petite femme rondelette aux goûts vestimentaires contestables, elle officie en tant que conseillère d'orientation et psychologue au sein de l'école polyvalente Winterdown codirigée par son mari, dont elle supporte tant bien que mal la névrose et ses effets. Elle aurait d'ailleurs préféré ne pas voir Colin devenir candidat au poste de conseiller paroissial.
  • Stuart « Fats » Wall : fils adoptif de Colin et de Tessa, son physique peu banal — démarche chaloupée, silhouette efflanquée, teint cireux, visage anguleux, oreilles dispropotionnées — auraient pu en faire la tête de turc de ses condisciples s'il n'avait pas pris sur eux, dès son plus jeune âge, un ascendant psychologique qui ne s'est jamais démenti. Cet adolescent rebelle à l'autorité fait ainsi la pluie et le beau temps à Winterdown.
  • Simon Price : aussi violent avec sa femme qu'avec ses fils Andrew et Paul, agressif envers quiconque se trouve à sa portée, le propriétaire de la maison appelée Hilltop House est employé dans une imprimerie dont il utilise les infrastructures à des fins personnelles le plus souvent lucratives. Afin d'être enfin reconnu au sein d'une communauté qui l'ignore, il se présente au poste de conseiller paroissial.
  • Ruth Price : infirmière vivant dans la terreur de son mari — dont elle soutient la candidature —, elle s'est liée d'« amitié » avec Shirley Mollison qui œuvre parfois en qualité de bénévole dans les couloirs du South West Hospital.
  • Andrew « Arf » Price : lycéen de seize ans luttant contre une acné envahissante et contre un père dont l'autoritarisme et les sarcasmes lui sont devenus insupportables, il cherche à se rapprocher autant que possible de la ravissante Gaia Bawden.
  • Parminder Jawanda : médecin généraliste à Pagford où sa famille réside au « Vieux Presbytère », membre du Conseil paroissial et amie fidèle de Barry Fairbrother jusqu'à la mort de celui-ci, elle est la femme d'un chirurgien cardiaque de confession sikh prénommé Vikram et la mère de trois enfants, Jaswant, Sukhvinder et Rajpal.
  • Sukhvinder Jawanda : n'ayant ni la beauté de son père Vikram ni l’intelligence de sa mère ou de ses frères et sœurs, elle est la cible d’attaques constantes dans son école et sur sa page facebook, régulièrement « polluée » par Fats Wall.
  • Mary Fairbrother : veuve de Barry, elle doit désormais élever seule des enfants qui l'épaulent cependant autant que cela leur est possible. Elle peut d'autre part compter sur l'assistance juridique et humaine de Gavin Hughes, ami de la famille.
  • Gavin Hughes : célibataire, cet avocat travaillant avec Miles Mollison était par ailleurs un ami du couple Fairbrother. Il ne sait comment va évoluer sa liaison avec une travailleuse sociale qui a quitté Londres avec sa fille pour se rapprocher de lui.
  • Kay Bawden : assistante sociale ayant suivi Gavin Hughes à Pagford, elle y a repris les dossiers de sa consœur Mattie Knox — en congé de maladie — parmi lesquels celui de la famille Weedon.
  • Gaia Bawden : jeune beauté ayant tourné la tête de nombreux garçons — parmi lesquels Andrew Price — dès son arrivée à Pagford, elle ne cesse pourtant de regretter Londres et les amis qu'elle y a laissés.
  • Krystal Weedon : celle qui était la protégée de Barry Fairbrother habite les Champs avec sa mère Terri, toxicomane notoire, et son petit frère de trois ans répondant au nom de Robbie. Plus jeune, elle a longtemps vécu auprès de son arrière-grand-mère Catherine Weedon — surnommée « Nana Cath » — et elle a fréquenté l'école St. Thomas à Pagford. Au lycée, elle est régulièrement suivie par Tessa Wall tandis que Kay Bawden est amenée à s'intéresser à son cas au nom des services sociaux.

Analyse[modifier | modifier le code]

Réception et critiques[modifier | modifier le code]

Une partie des critiques de médias anglo-saxons ont pu émettre des réserves à l'égard du roman, le considérant comme étant d'un intérêt littéraire moyen[2],[3].

Éditions en français[modifier | modifier le code]

Édition imprimée
Livre audio

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]