Traité de Bucarest (1913)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité de Bucarest.

Traité de Bucarest

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Les modifications territoriales consécutives aux traité de Bucarest et de Constantinople de 1913.

Signé 10 août 1913
(Bucarest, Roumanie)
Parties
Partie 1 Partie 2
Signataires Drapeau du Royaume de Bulgarie Royaume de Bulgarie Drapeau du Royaume de Serbie Royaume de Serbie
Drapeau de la Grèce Royaume de Grèce
Drapeau : Roumanie Royaume de Roumanie
Flag of the Kingdom of Montenegro.svg Royaume du Monténégro
Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman au traité de Constantinople
Situation avant les deux guerres balkaniques.

Le traité de paix de Bucarest (10 août 1913) met un terme à la Seconde Guerre balkanique qui avait vu la Bulgarie affronter à la fois ses alliés et son ennemi de la première Guerre balkanique, soit la Serbie, le Monténégro, la Grèce et la Turquie auxquels se joint la Roumanie, neutre durant la première Guerre balkanique.

Au traité de Bucarest, la Bulgarie vaincue perd une partie des territoires qu'elle avait conquis sur l'Empire turc en 1912 et 1913, ainsi qu'un territoire qui était sien depuis son indépendance 35 ans auparavant : la Dobroudja du Sud.

La Serbie reçoit le nord de la Macédoine et partage avec le Monténégro le Sandjak de Novipazar.

La Grèce occupe le sud de la Macédoine et Salonique. Elle obtient le rattachement de la Crète, qui était devenue autonome en 1897-1898, mais était restée sous tutelle ottomane.

La Roumanie obtient la Dobroudja du Sud avec les villes-ports de Silistrie et de Baltchik.

Dans la foulée de ce traité, celui de Constantinople (29 septembre 1913) entérine les limites territoriales entre la Bulgarie et l'Empire ottoman : la ligne Enos-Midia est globalement maintenue mais son tracé largement modifié, au grand dam des chrétiens locaux (Grecs et Bulgares) et au profit de l'Empire ottoman qui récupère Andrinople, Kirk-Kilissé et Démotika.

Au total, la Bulgarie sort tout de même agrandie des deux guerres balkaniques et bénéficie d'un large accès à la mer Égée, mais la perte de la Macédoine, de la Dobroudja du Sud et de plusieurs districts bulgarophones au profit de la Grèce et de la Turquie, laisse dans le pays un sentiment d'injustice, et aussi de trahison de la part de ses voisins chrétiens, sentiment qui se traduira en 1915 par l'entrée en guerre de la Bulgarie du côté des Empires centraux.

Liens externes[modifier | modifier le code]