Tomás Borge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borge.
Tomás Borge Martínez
Portrait de Tomás Borge.
Portrait de Tomás Borge.
Fonctions
Ministre de l'Intérieur
19791990
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Matagalpa, Matagalpa (Nicaragua)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Managua
Nationalité Nicaraguayenne
Parti politique FSLN

Tomás Borge Martínez, né le à Matagalpa et mort le à Managua[1], est un homme politique nicaraguayen. Il est une figure historique du Front sandiniste de libération nationale. Il fut ministre de l'intérieur pendant le gouvernement sandiniste au Nicaragua (1979-1990).

Biographie[modifier | modifier le code]

Dés son adolescence, il s'engage dans la résistance au régime autoritaire du président Anastasio Somoza Garcia, qui dirige le pays avec l'appui des Etas-Unis. Arrêté en 1956, il est libéré deux ans plus tard et se réfugie à Cuba où il obtient le soutien de Fidel Castro qui vient de prendre le pouvoir[2]. En 1961 il fonde le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) avec Carlos Fonseca et organise la lutte contre la dictature de la famille Somoza. En 1976 il est finalement arrêté, torturé et emprisonné, avant d'être libéré deux ans plus tard par un commando sandiniste[2].
À la chute de la dictature, il est nommé ministre de l'Intérieur dans le gouvernement révolutionnaire dirigé par le leader sandiniste Daniel Ortega. Il occupe ce poste jusqu'en 1990 et la défaite électorale du FSLN.
Tomás Borge, ami de Julio Cortazar et d'Eduardo Galeano est également un écrivain et un poète. Il a publié divers livres ainsi qu'une autobiographie: La paciente impaciencia (L'impatience patiente). Il décède le à l'hôpital militaire Davila Bolanos de Managua[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. a et b Jean-Michel Caroit, Le Monde, 21 mai 2012
  3. Nicaragua : mort de Tomas Borge, Le Figaro, .