Taïro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Taïro, de son vrai nom Ismaël Jolé-Ménébhi[1], né le 5 février 1978 à Paris, est un auteur-compositeur-interprète français d'origine franco-marocaine issu de la scène dancehall reggae.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ismaël Jolé-Ménébhi est né à Paris le 5 février 1978, d’un père marocain et d’une mère alsacienne ; il était encore très jeune que lorsque ses parents se séparèrent. Sa mère, professeur de sociologie, l’éleva seule dans un petit studio dans le Xe arrondissement. Trente ans plus tard, devenu Taïro, il lui dédiera le titre Mama sur son premier album. En ce temps, Ismaël vit une scolarité sans histoire jusqu’à l’âge de 13 ans. Taïro débute tout d'abord au cinéma en 1991, année où il décroche le premier rôle du film Le Jeune Werther de Jacques Doillon. Cette même année, des camarades de classe, férus de ragga, l’emmènent voir un concert rue d’Hautepoul dans le XIXe arrondissement, pour la fête de la Jeunesse[réf. nécessaire]. Tandis qu’il écoute des toasters qui scandent leurs textes aux sons des décibels crachés par leur soundsystem, Taïro se voit instinctivement et artistiquement à leur place[interprétation personnelle].

À son entrée en seconde, il passe autant de temps dans un local de répétition du quartier que face à ses professeurs[interprétation personnelle]. Puis en 1993, il crée son groupe de musique, les Youthmen Ten. C'est à cette époque qu'il choisit le pseudonyme de « Taïro » (« Tyro ») qui signifie « novice » ou « débutant » en anglais. Durant le milieu des années 1990, Taïro et son collectif se font remarquer dans leurs premiers sound systems[réf. nécessaire]. En 1996, il apparaît, sous le pseudo Wicked Dread, en featuring avec Appollo G sur le titre Quel F*cky du groupe Section Fu, un extrait du EP Mortal Kombat. Au début des années 2000, Les Youthmen Ten se séparent.

Le CD de Watermelon Man, un splendide instrumental de Herbie Hancock, qu’il trimbale en soirée chez des amis avec un petit ampli et un micro pour chanter approximativement ses premiers textes, est bien vite remplacé par de grands classiques jamaïcains achetés chez Patate Records et Blue Moon[réf. nécessaire]. Taïro n’a pas choisi le reggae par hasard. Il se sent proche de cette musique qui porte la parole de ceux qui ne l’ont pas, exactement comme l’avait fait son père en militant avec les étudiants marocains en 1968 alors qu’il était président de l’UNEM (Union Nationale des Étudiants Marocains)[interprétation personnelle]. Pierpoljak le remarque et l'invite sur son album Plus de cœur égal soleil. Grâce à lui, Taïro enregistre sa première maquette d'une demi-douzaine de titres. Akhenaton, qui organise le casting de la bande originale du film Taxi 2, le remarque aussi et lui donne l'opportunité de participer au projet, en lui donnant un titre solo (L'homme n'est qu'un apprenti) et une combinaison avec Daddy Nuttea (Trop de polémiques). Il fera ensuite des apparitions sur les albums de Nuttea ou Assassin.

En 2004, le single Elle veut sort avec la participation de Flya. En 2007, il participe à la chanson C'est de l'or de Faf Larage sur l'album Rap Stories. Il avait déjà collaboré avec lui sur la chanson Mea Culpa en 2000.

En 2007, il apparaît sur l'album de Bakar intitulé Rose du béton.

En 2008, il fait la première partie de Gage lors de sa tournée française et en 2009, il sort son premier album Chœurs et Âme.

En 2012 il participe à la promotion de ventedeyeuf.com grâce à une photo avec Manik Gulhati.

Le 18 avril 2012, lors d'un concert de Tarrus Riley au Cabaret Sauvage, accompagné par le légendaire saxophoniste Dean Fraser et le Blak Soil Band, Taïro est invité sur scène pour interpréter sa reprise Bonne Weed du morceau original de Tarrus Riley et Konshens : Good Girl Gone Bad.

Puis il chante en duo avec le rappeur Disiz, sur un morceau intitulé J'irai cracher sur ta tombe.

Le 23 novembre 2013, il se produit à l'Olympia pour présenter son album Ainsi soit-il, accompagné entre autres de Tiwony, Merlot et du rappeur Youssoupha. Le warm-up est proposé par le Blues Party, comptant parmi les premiers sounds system français et la première partie est assurée par Kenyon, jeune artiste au futur prometteur.

Discographie[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]