Spirogyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec le groupe de musique Spyro Gyra, ni avec un autre groupe Spirogyra (groupe anglais)

Spirogyra

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Filament vu au microscope (x40)
montrant 3 cellules contiguës

Classification
Règne Plantae
Division Chlorophyta
Classe Zygnematophyceae
Ordre Zygnematales
Famille Zygnemataceae

Genre

Spirogyra
Link (1820)

Spirogyra (les spirogyres), est un genre d'algues vertes de la famille des Zygnemataceae qui vivent en eau douce.

Description[modifier | modifier le code]

Les spirogyres sont formées de filaments coloniaux désordonnés (une sorte de thalle primitif ou " archéthalle ") et ne possèdent qu'un ou deux chloroplastes rubanés en forme de spirale (d'où le nom Spirogyra). Les cellules cylindriques, disposées en files, sont pourvues d'une paroi cellulosique transparente externe leur assurant une certaine rigidité. Adhérant à cette paroi, du côté interne, se trouve une mince membrane cytoplasmique, tout aussi transparente et invisible aux faibles grossissements des photos. Près de cette membrane, dans le cytoplasme, se situe le chloroplaste (ou les chloroplastes selon les espèces). Leur chlorophylle, exposée à la lumière, permet la photosynthèse ; les spirogyres accumulent ainsi de l'amidon stocké autour de pyrénoïdes.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Une cellule de spirogyre montrant un chloroplaste rubané enroulé en spirale et portant des pyrénoïdes

Les spirogyres fournissent un bon exemple de conjugaison : elles se reproduisent, de façon sexuée, en échangeant de l'ADN entre deux cellules. Certains filaments, dans un ensemble de filaments parallèles, jouent le rôle de femelle et d'autres celui de mâle.
Des cellules contiguës de filaments adjacents développent des extensions tubulaires qui croissent l'une vers l'autre et fusionnent finalement pour former un tube continu entre les deux cellules. Dans le même temps, le contenu de chaque cellule a formé une sphère.
Les sphères du filament mâle (équivalentes de spermatozoïdes), mobiles, après s'être frayé un chemin au travers du tube, fusionnent avec une sphère d'une cellule femelle dans l'autre filament. Le résultat de cette fécondation est une cellule œuf ou zygote diploïde (zygospore) dans le filament femelle. Ce zygote particulier est entouré d'une paroi solide et constitue une forme de résistance à de mauvaises conditions du milieu (comme le sont les spores de bactéries, moisissures, champignons...) Toutes ces cellules peuvent être l'objet de dissémination et espérer retrouver des conditions favorables à leur développement. Dans ce cas, le zygote de Spirogyra subit une méiose donne une spore haploïde qui germe, créant par mitoses successives, un nouveau filament haploïde.

Cycle biologique[modifier | modifier le code]

Le cycle biologique des spirogyres est très simple :

  • en ce qui concerne l'alternance cytologique de phases (haploïde et diploïde), la méiose intervient juste après la fécondation (après un éventuel temps de latence plus ou moins long). L'haplophase est ici beaucoup plus importante que la diplophase qui est réduite au zygote. Il s'agit donc d'un cycle haplophasique (ce qui signifie que toutes les cellules (sauf le zygote) sont haploïdes).
  • en ce qui concerne l'alternance morphologique des générations, ce cycle ne comporte qu'une génération : de la méiospore (provenant de la division du zygote par méiose), à la fécondation, (et contrairement aux mousses ou aux fougères), il n'y a pas ici de génération (diplophasique) entre le zygote diploïde et la formation des spores haploïdes. Il s'agit d'un cycle monogénétique.
Le cycle biologique de Spirogyra (à lire de gauche à droite sur la ligne horizontale)
  • A comparer aux cycles de reproduction
    • d'une mousse, par exemple Funaria hygrometrica, la funaire hygromètre où l'haplophase (gamétophyte haploïde) prédomine,
    • d'une fougère, voir Filicophyta : cycle végétatif des fougères isosporées où la diplophase (sporophyte diploïde) prédomine,
    • d'un animal (et aussi de l'être humain) où seuls les gamètes sont haploïdes (cycle diplophasique : toutes les cellules sont diploïdes sauf les gamètes ; monogénétique : les gamètes, lors de la fécondation, produisent un zygote diploïde qui se divise immédiatement par mitoses successives pour donner des cellules diploïdes - en simplifiant...)


Galerie[modifier | modifier le code]

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon ITIS (2 nov. 2013)[1]

  • Spirogyra aphanosculpta Skuja
  • Spirogyra catenaeformis (Hass.) Kuetzing
  • Spirogyra chenii Jao
  • Spirogyra circumlineata Trans.
  • Spirogyra cleveana Transeasu
  • Spirogyra collinsii (Lewis) Printz
  • Spirogyra communis (Hassall) Kuetzing
  • Spirogyra crassa Kuetzing
  • Spirogyra decimina Muller
  • Spirogyra dentireticulata Rom.
  • Spirogyra diluta Wood
  • Spirogyra dubia Kuetzing
  • Spirogyra ellipsospora Tanseau
  • Spirogyra emilianensis Bonhomme
  • Spirogyra farlowii Trans.
  • Spirogyra fluviatilis Hisle
  • Spirogyra gratiana Transeau
  • Spirogyra hatillensis Transeau
  • Spirogyra hornschuchii
  • Spirogyra hyalina Cleve
  • Spirogyra inconstans Collins
  • Spirogyra inflata (Vauch.) Kuetzing
  • Spirogyra insignis Kuetzing
  • Spirogyra jurgensii
  • Spirogyra kuusamoensis Hirn.
  • Spirogyra laxa Kuetzing
  • Spirogyra longata (Vaucher) Kuetzing
  • Spirogyra lutetiana Perit
  • Spirogyra majuscula (Kuetzing) Czurda
  • Spirogyra malmeana Hirm.
  • Spirogyra mienningensis Li
  • Spirogyra mirabilis (Hassall) Kuetzing
  • Spirogyra neglecta (Hass.) Kuetzing
  • Spirogyra nitida (Dillw.) Link
  • Spirogyra novaeangliae Transeau
  • Spirogyra occidentalis (Trans.) Czurda
  • Spirogyra orthospira Naegeli
  • Spirogyra perforans Transeau
  • Spirogyra porticalis (O. F. Mueller) Cleve
  • Spirogyra pratensis Transeau
  • Spirogyra protecta Wood
  • Spirogyra pulchrifigurata Joa
  • Spirogyra punctata Cleve
  • Spirogyra quadrata (Hass.) Petit
  • Spirogyra quinina
  • Spirogyra reflexa Trans.
  • Spirogyra rivularis (Hass.) Rebenhorst
  • Spirogyra setiformis Kuetzing
  • Spirogyra singularis Nordstedt
  • Spirogyra stictica
  • Spirogyra submarina (Collins) Transeau
  • Spirogyra subsalsa Kuetzing
  • Spirogyra tenuissima (Hass.) Kuetzing
  • Spirogyra torta Blum
  • Spirogyra varians (Hass.) Kuetzing
  • Spirogyra weberi

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fernand Moreau (direction), Botanique, Encyclopédie de la Pléiade, 1960, Gallimard, 1532 p., p. 160