Sounion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

37° 39′ 00.21″ N 24° 01′ 28.08″ E / 37.6500583, 24.0244667

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cap Colonna (homonymie).
Vue du cap Sounion.

Le cap Sounion (en grec ancien Σούνιον ; en grec moderne Σούνιο, Κάβο κολώνες ou Καβοκολώνες, Kavokolones, souvent appelé cap Colonna avant le XXe siècle) est situé à 45 kilomètres au sud-est d’Athènes, dans l’Attique. Il est surtout renommé pour les ruines d'un temple dédié à Poséidon. Il est classé parmi les parcs nationaux de Grèce[1].

La première mention du cap dans la littérature antique remonte à l’Odyssée (III, 278), qui parle du « Sounion, le saint cap d'Athènes » (Σούνιον ἱρὸν […] ἄκρον Ἀθηνέων). Les esclaves fugitifs, venant des mines du Laurion, s’y réfugient dès le VIIIe siècle av. J.-C.. Le cap est fortifié en -413 pour protéger l’approvisionnement en blé d’Athènes.

À quelques centaines de mètres du temple de Poséidon, se trouvent les ruines d'un sanctuaire dédié à Athéna, dont les ruines ont été réutilisées dès l'époque antique.

Temple de Poséidon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Temple de Poséidon au cap Sounion.
Le temple de Poséidon.

Les ruines du temple de Poséidon, bâti au milieu du Ve siècle av. J.-C., surplombent la mer d'une hauteur de près de 60 mètres. Les colonnes du temple mesurent 6,10 mètres de haut, pour un diamètre de 1 mètre à la base et 79 centimètres au sommet. Leurs cannelures, moins nombreuses que d’habitude (16 au lieu de 20), ont été étudiées pour résister à l’action de l’air salin. Le poète anglais Lord Byron grava son nom sur l’une de ces colonnes. Homère appelait le temple de Poséidon le promontoire sacré et les marins y invoquaient le dieu de la Mer.

Selon la légende, le cap Sounion est le lieu d’où Égée se serait jeté à la mer. Son fils Thésée avait convenu avec lui que s’il sortait victorieux de son combat avec le Minotaure, il hisserait des voiles blanches sur son bateau, alors que s’il était tué, l’équipage devrait laisser au bateau ses voiles noires. Égée vit arriver au loin le bateau arborant de grandes voiles noires, car Thésée avait oublié de hisser les blanches, et de désespoir se jeta du haut des rochers dans la mer. D'où le nom de la mer Égée.

La légende[modifier | modifier le code]

Lors d'une fête à Athènes, les dieux organisèrent un concours pour savoir lequel d'entre eux serait le protecteur de la ville. Poséïdon, dieu des mers, frappa un rocher de son trident. De cette faille, jaillit l'eau salée. Athéna créa l'olivier, symbole de paix qui plus tard deviendra son emblème. Toutes les femmes athéniennes votèrent pour Athéna et tous les hommes pour Poséïdon. Les femmes étant plus nombreuses que les hommes, ce fut Athéna qui devint la protectrice d'Athènes. Alors Poséïdon inonda la campagne environnante sous le coup de la fureur, jusqu'à ce que Zeus trouve un arrangement : Poséïdon obtint ainsi un temple au cap Sounion.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Èvocations[modifier | modifier le code]

Le lieu apparaît dans le manga Saint Seiya : une première fois dans l'arc Poséidon une seconde fois dans l'arc Omega - Pallas. Le lieu désigne une prison fictive au niveau de la mer ou sont enfermés les saints n'ayant pas juré fidélité à Athéna, ou les ennemis de cette dernière ; pour se sortir de cette prison soumise aux marées, la légende relate que seul le pouvoir d'un dieu le permet. Actuellement seul les identités de deux prisonniers ont été révélées :

- Kanon des Gémeaux, enfermé par son propre frère Saga des Gémeaux, ayant décelé en lui une part d'ombre incompatible avec les devoirs d'un saint d'Athéna, son séjour à Sounion, lui révélera l'une des entrée d'Atlantis, le royaume de Poséidon, en effet caché derrière l'une des parois de la cellule-caverne était dissimulé le trident de Poséidon, scellé par un des sceaux d'Athéna ; sceaux que seuls peuvent briser avant l'heure les saints : cette action permettra à Kanon de révéler involontairement l'une des entrées du royaume sous-marin. Le sceau levé, Kanon est aspiré par un tourbillon jusqu'au parvis du temple en ruine de Poséidon en Atlantis, sa seconde action, dans la salle des écailles, lèvera le second sceau d'Athéna apposé sur l'urne contenant l'âme de Poseidon, réveillant le dieu endormi depuis des siècles et donnant lieu a la premiere guerre divine contemporaine de l'univers saint Seiya.

- Paradox des Gémeaux : elle y fut enfermée pour ne pas avoir juré fidélité à Athéna, à la suite de la bataille contre Mars et Abzu. Elle n'en sera délivrée que par Gallia, l'un des quatre pallasite de premier rang, possédant l'épée du dieu de la guerre.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Parc National de Sounion sur le site de l'ambassade de Grèce.