Silk road

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de Silk road

URL http://silkroad6ownowfk.onion (nécessite Tor) ; http://silkroadvb5piz3r.onion (adresse du premier site aujourd'hui fermé);
Type de site Commerce électronique
Langue(s) Anglais
Propriétaire Dread Pirate Roberts (présumément Ross William Ulbricht)
Créé par Dread Pirate Roberts
Lancement Février 2011
Fermeture

Silk road (nom anglophone de la route de la soie) est un marché noir sur Internet qui a pour particularité d'utiliser le réseau Tor pour assurer l'anonymat à la fois des acheteurs et des vendeurs, dans le cadre de vente de produits illicites, notamment des stupéfiants.

Un autre élément permettant l'anonymat se situe dans l'utilisation exclusive, sur le site, de bitcoin, une monnaie électronique dont la possession n'est pas nominative et qui est complètement séparée du système bancaire international.

Une première version du site a été fermée par le FBI en octobre 2013, mais une nouvelle version du site est rouverte quelques semaines plus tard par une autre personne sous le même pseudo Dread Pirate Roberts[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le site est dédié au commerce de tous les types de biens et services illégaux dans certains pays, notamment des stupéfiants, des armes, des "services" de piratage de comptes Twitter ou Facebook et des faux-papiers[2]. Cependant, les administrateurs du site se réservent un droit de censure, interdisant la vente de biens ou services nuisant directement à autrui, comme les cartes de crédit volées ou la pédopornographie.

Les ventes d'armes ont été bannies du site en 2012, et le site frère ouvert pour ce type de transactions a fermé en août 2012 pour manque d'activité[3].

Le site ne vend pas directement mais organise la mise en relation entre vendeurs et acheteurs en présentant un listing des produits aux acheteurs, et en offrant un système de payement fondé sur un dépôt fiduciaire (escrow), le montant de la transaction étant bloqué par le site le temps de la réception du bien ou service, et débloqué à la demande de l'acheteur lors de la réception. Les administrateurs du site arbitrent les cas de litige.

L'acheminement des marchandises du vendeur vers l'acheteur se fait par les réseaux standards de distribution de courrier et colis. L'usage de cette méthode est rendue possible par le fait que ces opérateurs ne peuvent en général, pour des raisons aussi bien pratiques que déontologiques, inspecter tous les colis qu'ils transportent ou contrôler l'identité des expéditeurs. En outre, la réception d'un colis n'est pas nécessairement incriminant pour le destinataire, car celui-ci peut nier de façon plausible en avoir fait la commande, sous réserve qu'il soit capable de dissimuler les traces de son achat enregistrées sur son équipement informatique.

Les autorités américaines connaissaient le site et en juin 2011 un sénateur américain l'a publiquement dénoncé en appelant à sa fermeture immédiate[4]. Cet appel était resté sans effet pendant plus de deux ans, et en août 2012, une étude quantitative avait été menée qui tend à montrer que le site prospère[5].

Bien qu'international, le site était essentiellement anglophone.

Fermeture par le FBI[modifier | modifier le code]

Image laissée visible sur le site après la saisie par le FBI

Silk road a été saisi et fermé par le FBI le , tandis que le même jour, le présumé chef du réseau, un Américain de 28 ans, Ross William Ulbricht, a été arrêté à San Francisco.

L'enquête du FBI qui a mobilisé une centaine d'agents fédéraux travaillant sous couverture, ordonnant des achats de stupéfiants jusqu'à livraison, a montré que la drogue, « d'une grande pureté », provenait de vendeurs résidant dans plus de dix pays européens, ainsi qu'aux États-Unis et au Canada. Ce trafic aurait généré des ventes de 1,2 milliard de dollars américains, pour un montant total de commission de 80 millions empochés par Silk Road (de 8 à 15 % pour chaque transaction). Ulbricht, qui est soupçonné d'un « massif blanchiment d'argent », est amené à être présenté le jour même de son arrestation à un juge de San Francisco qui doit l'inculper de complot de violations des lois sur les stupéfiants et de piratage informatique. Il encourt la prison à vie[6].

Réouverture[modifier | modifier le code]

Quatre semaines après sa fermeture par le FBI, une deuxième version du site portant le même nom, reprenant la même charte graphique et fonctionnant sur le même principe est en ligne le mercredi 6 novembre 2013[1]. Le site est rapidement repeuplé d'annonces et retrouve de nombreux utilisateurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]