Sevillana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sévillane.

La sévillane est une danse populaire espagnole originaire de Séville, qui se danse à deux, à un ou plusieurs couples, en cercle ou en groupe.

Cette danse peut traduire à la fois l'approche, l'affrontement, la fuite et l'amour. Elle est exécutée sur une mélodie chantée.

Origines[modifier | modifier le code]

Les origines de la sévillane demeurent assez obscures. La sevillana est la danse traditionnelle, folklorique de Séville, mais comme c'est également un berceau du flamenco, les deux sont mélangés depuis longtemps. Toutefois, des influences se devinent, telles que la danse orientale ou extrême-orientale. Dès le XVIIe siècle apparaît une forme de danse, dérivée des chacona (chaconne) et zarabanda (sarabande) des XVe et XVIe siècles, très populaires à travers toute l'Espagne, la seguidilla. En Andalousie, elle prend le nom de seguidilla sevillana, puis de sevillana.

Actuellement, elle peut se danser lors de ferias et romerias en Espagne (Séville, Jerez, Barcelone,…) mais également dans le sud de la France (Arles, Nîmes, Dax, Mauguio, Béziers,…) dans des casetas (tentes) réservées ou non à cet effet. Elle peut aussi se danser ailleurs comme à Paris[1]. Ces soirées sont ouvertes à tous et permettent à des débutants de s'entraîner (aucun niveau particulier n'est requis). La sevillana se danse a deux, à quatre ou en cercle, ou même des à trois. Elle peut se danser entre hommes et femmes ou entre danseurs et danseuses du même sexe. De nombreux cours de sévillane se donnent à Paris et dans plusieurs grandes ou moyennes villes. En moyenne, la chorégraphie s'apprend en trois ou quatre mois à raison d'un cours par semaine, la suite étant une question d'entraînement et de pratique régulière.

Danse[modifier | modifier le code]

Dans la sévillane, il y a trois grandes danses comme la Sévillona (dérivée de la Sévillana ) et le Sabadonus dérivé du flamenco qui appartient a la sevillana. Les sévillanes se dansent par séries de quatre coplas (danses) à la fin desquelles le couple s'immobilise, un bras en l'air, avec une pause de quelques secondes. Cet arrêt, qu'il faut marquer nettement, s'appelle le bien parado (l'arrêt bien fait).

Chaque sévillane a une chorégraphie différente, de la plus simple à la plus difficile. Elles ont le nom de leurs positions chronologiques : primera, segunda, tercera et cuarta. Chaque sévillane est partagée en quatre parties (plus rarement trois) correspondant aux quatre strophes de chaque chanson, illustrées par des pas et des figures distincts. Quatre couplets sont exécutés à la suite ; entre chacun d'eux on marque un bref arrêt. Le final, est identique pour les quatre sévillanes.

Une légende[Laquelle ?] veut attribuer à chacune des parties de cette danse une connotation romantique : la rencontre, la séduction, la dispute et la réconciliation. S'il y a quatre danses dans une sevillana, il y a aussi quatre raisons qui neutralisent cette pseudo-légende, qui n'est répandue du reste que parmi les danseurs d'autres régions que celles du berceau de la danse.

  1. Les couplets des premières sévillanes étaient au nombre de sept : quatre pour la danse populaire et trois pour la classique Bolera.
  2. Les couplets des premières sévillanes étaient écrits individuellement et traitaient de sujets très différents les uns des autres - Ils étaient rassemblés par quatre pour pouvoir danser. Il faut attendre les compositeurs modernes pour trouver des sevillanas écrites avec un thème unique.
  3. Il n'existe pas à ma connaissance de sévillanes composées de couplets traitant de ces quatre thèmes dans cet ordre.
  4. Une grande partie des sévillanes est "Rociera" appelées ainsi par allusion au pèlerinage de Pentecôte vers l'ermitage de la Vierge de la Rosée (Rocío), près d'Almonte, province de Huelva. Même si ces sévillanes là ne parlent pas systématiquement de la Vierge (Virgen) elles s'y réfèrent très souvent. Le thème amoureux n'est donc pas le seul abordé dans les chansons de sévillane.

La sévillane a été la première fois représentée sur scène en 1982 à Mucho en Espagne.

Style[modifier | modifier le code]

Il est important de rejeter son buste en arrière, d'élever et d'arrondir les bras et de tourner les paumes des mains vers l'extérieur. Les postures de la sévillane sont proches de celles du flamenco.

La sévillane est la danse même de la séduction : les partenaires avancent l'un vers l'autre, se dérobent, se rapprochent ensuite. Les jupes et robes sont partie prenante de la danse. Les corps se frôlent, ne se rencontrent pas ou très peu (fin de la segunda, final de chaque danse) ; ce sont les yeux qui jouent, les regards plantés l'un dans l'autre.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (es) Ana Maria Durand-Viel, La sevillana : Datos sobre el folklore de la Baja Andalucia, Servicio de publicaciones del Ayuntamiento de Sevilla - Biblioteca de tema sevillanos,‎ 1983.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]