X-wing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
X-wing
Type Ailes
Classe X-wing starfighter
Constructeur Incom Corporation
Longueur 12,5 m
Largeur 11,4 m
Hauteur 2,3 m
Armement 4 canons laser Taim & Bak KX9
2 lanceurs de torpilles Krupx MG7
Bouclier Bouclier déflecteur
Coque Alliage en Titane
Hyperpropulsion x1
Vitesse maximale 100 MGLT dans l’espace, 1 050 km/h dans l’atmosphère
Transport de troupes Aucune
Transport de vaisseaux Aucun
Équipage 1 pilote, droïde astromecano
Cargaison Anciens modèles : 110 kg
Passagers Aucun
Affiliation Alliance rebelle
Nouvelle République
Fédération galactique des Alliances libres

Le X-wing, ou aile-X, est un type de vaisseau léger de combat (chasseur stellaire, l'équivalent d'un avion de chasse) dans l’univers de Star Wars imaginé par George Lucas.

Ils tirent leur nom de la forme de leur volets d’attaques déployés (en X) et sont devenus le symbole de la rébellion.

Plus précisément, le modèle qui apparaît dans les films s'appelle T-65 X-wing, X-Wing étant un nom générique qui recouvre plusieurs variantes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le X-wing est conçu à l’origine par Incom Corporation pour l’Empire, mais l’intégralité de l’équipe d’ingénieurs rejoint l’Alliance Rebelle amenant avec eux tous les prototypes. Il descend directement du vieux Z-95 Headhunter (chasseur de tête), et partage des caractéristiques de conception avec le chasseur ARC-170 datant de l’époque de la Guerre des Clones, tous deux conçus par Incom et Subpro.

Le X-wing a connu plusieurs versions, continuellement améliorées. Le T-65AC1 original mis en service par l’Alliance rebelle, est un appareil d’attaque polyvalent correct pour son temps, mais vite supplanté par le T-65AC2, vantant une meilleure accélération. Le T-65AC3 améliore l’électronique embarquée, les boucliers et les sondes. Le T-65AC4 est principalement une mise à niveau des moteurs, ce qui en fait un engin presque égal à l’A-wing en termes de manœuvrabilité. On notera une nouveauté de conception pour le T-65D-A1, qui remplace le droïde astromécanicien par un ordinateur interne pour les calculs de saut en hyperespace, mais il est considéré comme un échec, partiellement dû à la facilité de sabotage.

Peu de temps avant l’invasion des Yuuzhan Vong, la Nouvelle République sort la série « XJ » du modèle X-wing. Un troisième compartiment de torpilles est ajouté là où se tenait précédemment un compartiment de cargaison ; ce qui accroit la charge utile des torpilles à proton à neuf. Les moteurs, lasers et l’électronique sont également améliorés. Le XJ peut aussi utiliser le nouveau modèle de droïde astromécanicien R7, même si quelques modifications doivent être apportées à la fois sur le chasseur et sur le droïde. Le « XJ » a été considérablement amélioré en tous points par rapport aux premières conceptions et est originellement réservés aux escadrons de starfighter avec des pilotes Jedi. Le modèle final des séries XJ durant la guerre est le XJ3.

Le développement continue après la guerre, pour arriver au XJ6, mais aussi à plusieurs autres versions plus spécialisées. Une de ces variantes est le StealthX, un modèle compact peint en noir et spécialisé dans les opérations d’espionnage. Un autre est le ChaseX, basé sur le XJ5, probablement conçu pour les missions d’interception. L’ordre Jedi possède plusieurs chasseurs FurtiX (StealthX). La plupart des anciens X-wings sont reconvertis en modèle T-65BR, variante de reconnaissance, après avoir été remplacés par les nouveaux modèles de combats.

Il avait été prévu que la série des X-wing serait remplacée par le modèle E-wing approximativement six ans après la bataille d'Endor, mais des questions de conception concernant le placement des armes a retardé l’introduction totale des E-wing dans le NRDF (New Republic Defense Fleet : La flotte de défense de la Nouvelle République). Le déploiement du modèle E-wing a eu lieu, notamment dans la cinquième flotte, mais la production du X-wing a néanmoins continué et équipé des escadrons de chasse pas « à la pointe de la lance ». Une exception notable est l’escadron Rogue, le meilleur escadron de chasse d’élite de la Nouvelle République et bien connu pour son usage presque exclusif du X-wing.

Pendant l’invasion des Yuuzhan Vong, la série « XJ » est en service dans la flotte, complétant les E-wing série III plus avancés mais plus cher à produire. Quelques groupes paramilitaires sont équipés des premières séries des chasseurs « XJ » (probablement T-65XJ ou T-65XJ2). Les forces de la défense des systèmes et les groupes paramilitaires plus pauvres ont des X-wing d’âge et de possibilités variables.

Il y a deux systèmes contradictoires d’identification pour les X-wing. La désignation de base « T-65 » est constante, mais le modificateur est variable. Au moins deux systèmes ont été employés. L’un d’entre eux utilise le suffixe « AC1 » avec le dernier nombre incrémenté lorsque le vaisseau est mis à jour. Un deuxième système ressemble à celui des militaires modernes des États-Unis dans lesquels une lettre est apposée à l’extrémité en valeur croissante (T-65B, T-65D, T-65J, etc.). Ceux-ci sont habituellement considérés en tant que différente noms pour les mêmes variations.

Spécifications[modifier | modifier le code]

Capable de voyager dans l’hyperespace, les X-wings ont deux paires d’ailerons d’attaques -ou volets d’attaque -, montés à l’arrière du vaisseau. En mode normal, les ailerons de chaque côté sont verrouillés l’un contre l’autre, mais durant un combat, ils sont déployés pour augmenter la couverture des canons lasers situés aux extrémités des ailerons et pour mieux dissiper la chaleur émise. Ceci donne à l’appareil son apparence distinctive en forme de « X » lorsqu’on le voit de face ou de dos. Les canons des premiers modèles ne pouvaient pas tirer avec les volets d’attaque en position fermée. Tenter un saut en hyperespace avec les ailerons déployés cause une grande pression sur le vaisseau risquant de l’endommager.

C’est peut-être le plus gros défaut des X-wings. Un pilote souhaitant fuir en hyperespace doit d’abord fermer les ailerons. Pendant cette période de temps, il aura du mal à se défendre contre les attaques. On peut lire dans les romans que certains pilotes furent abattus alors qu’ils refermaient leurs ailerons : Wedge Antilles le fait remarquer dans les volumes 1 et 2 des romans Rogue Squadron, parlant de ses amis qu’il a perdu de cette manière. Le B-wing souffre aussi de cette faiblesse, mais il peut supporter plus d’attaques grâce à des boucliers plus puissants.

Armement[modifier | modifier le code]

Le T-65 est plutôt manœuvrable et porte quatre canons laser associés à des tubes pour torpilles proton. On peut l’équiper de missiles lourds, mais cela requiert un temps et un effort considérables de la part des équipes techniques. La polyvalence de la torpille est idéale pour les différents profils de mission du X-wing. Les lasers possèdent plusieurs réglages :

  • tir simple, où chaque laser fait feu individuellement;
  • tir double, où deux lasers, un sur chaque côté, font feu alternativement par paire (haut ou bas)
  • tir quadruple, où tous les lasers (un à chaque bout des ailerons) tirent simultanément, avec un tir convergent sur la cible.
  • tire en rafale, où beaucoup de faisceaux de faible puissance sont émis. Cette modification a été incorporée pendant l’invasion des Yuuzhan Vong, pour accabler leurs défenses solo. Vraisemblablement aussi utile pour des buts antipersonnels.

Le chasseur a un cockpit pour un pilote, ainsi qu’un habitacle externe pour un droïde astromecano, la plupart du temps une unité R2. L’astromecano surveille l’état du vaisseau, peut effectuer des réparations d’urgence et enregistrer des coordonnées pour l’hyperspace. Le R7, bien plus avancé que le R2 et présent sur le E-wing, doit être modifié pour être utilisé sur un X-wing (ce que fit Anakin Solo).

Différents modèles[modifier | modifier le code]

Durant tout le conflit galactique, l’Alliance rebelle, plus tard la Nouvelle République et ensuite la Fédération galactique des Alliances libres amélioreront le T-65 à plusieurs reprises. Voici les différents modèles aperçus durant la guerre :

  • T-65R : Ce modèle est spécialisé dans la reconnaissance, il possède deux capsules pleines d'instruments de mesure. Ce modèle est peu armé et doit être escorté pour assurer sa défense rapprochée.
  • TX-65 : Ce modèle biplace est spécialement conçu pour l’entraînement des pilotes.
  • AC4 : Conçu 10 ans après la bataille d'Endor, c’est une version améliorée du chasseur. Sa vitesse est la même que chasseurs A-wing, ce qui en fait un bien meilleur chasseur que ce dernier (robustesse et puissance de feu supérieure). D’autres améliorations sont à noter au niveau du systèmes de ciblage, du contrôle de tir, et de la distribution d’énergie.
  • T-65D-A1 : Ce modèle, conçu 17 ans après la bataille d'Endor, est une version améliorée sans astrodroïde. Cependant ces modèles furent sabotés et des explosifs furent placés à l’intérieur. Heureusement les explosifs furent découverts et ces chasseurs furent retirés de la production.
  • T-65c-A3 : Ce modèle possède plusieurs améliorations au niveau de la puissance de feu, des performances de vol et l’ajout d’un troisième lance-torpille. Cependant, la plus grosse amélioration du chasseur est un mode de tir à faible puissance, ce qui permet une cadence de tir élevée et soutenue, ce mode de tir montre son efficacité contre les Coraux Skippers.
  • XJ : Version lourdement modifié. Parmi les modifications, se trouve une meilleure gestion du tir, les canons laser pouvant être concentrés en un point, ainsi que la présence de deux moteurs au lieu de quatre. Des versions améliorées apparaissent continuellement, la toute dernière connue étant la version XJ7.
  • FurtiX (StealthX en VO) : version capable de se rendre indétectable à tous les radars et dispositifs visuels. En mode invisible, les FurtiXs doivent couper leurs communications. Comme des pilotes normaux seraient trop gênés par ces restrictions (si plus d'un FurtiX était engagé dans la bataille, rien ne leur permettrait d'éviter de se percuter), les FurtiXs sont pilotés exclusivement par des Jedi.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Les pilotes X-wing de l’escadron Rogue sont les sujets de plusieurs séries de jeux vidéo et de nouvelles comme la série de livres Star Wars: X-wing.

Liens externes[modifier | modifier le code]