Robert Whitaker (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Robert Whitaker est un journaliste et écrivain américain. Il rédige surtout sur la médecine, la science et l'histoire[1]. Par ses écrits, il s'inscrit dans le mouvement de l'antipsychiatrie.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1989 à 1994, Robert Whitaker rédigeait des articles sur la médecine pour le compte du journal Albany Times Union (en) dans l'État de New York. En 1992, il fut un Knight Science Journalism fellow au MIT[2]. Il fut ensuite directeur des publications au Harvard Medical School[3]. En 1994, il fonda avec des collègues une maison d'édition, CenterWatch, qui se concentrait sur l'industrie des essais cliniques pharmaceutiques. CenterWatch fut acquise en 1998 par Medical Economics, une division de Thomson Corporation[4].

Des articles qu'il a coécrits ont obtenu le George Polk Award (en) for Medical Writing en 1998[5] et le Science in Society Journalism Award de 1998 remis par la National Association for Science Writers (en) en tant que meilleur article de magazine[6]. En 1998, il a corédigé une série d'articles, publiée par le journal The Boston Globe, sur les recherches psychiatriques, laquelle fut en nomination pour le Pulitzer Prize for Public Service de 1999[7].

Tout en continuant de travailler pour The Boston Globe, il publia en 2001 son premier livre, Mad in America (que l'on peut traduire par « Fou aux États-Unis »), sur les recherches et l'administration des médicaments en psychiatrie, domaines qu'il avait explorés grâce à ses recherches journalistiques[8],[9].

En 2002, le journal USA Today publia un article de Whitaker, Mind drugs may hinder recovery (« Les médicaments du cerveau peuvent entraver la guérison ») dans sa section Ediorial/Opinion[10]. En 2004, il publia un article, dans la revue sans comité de lecture Medical Hypotheses, intitulé The case against antipsychotic drugs: a 50-year record of doing more harm than good[11] (que l'on peut traduire par : « Le procès des médicaments antipsychotiques : 50 ans de travaux montrant qu'ils font plus de tort que de bien »).

En 2005, il publia l'article Anatomy of an Epidemic: Psychiatric Drugs and the Astonishing Rise of Mental Illness in America (que l'on peut traduire par « Anatomie d'une épidémie : les médicaments psychiatriques et la stupéfiante augmentation de la maladie mentale aux États-Unis ») dans la revue Ethical Human Psychology and Psychiatry[12]. Dans son livre Anatomy of an Epidemic, publié en 2010, Whitaker continua d'approfondir ce sujet[13],[14],[15].

En avril 2011, l’Investigative Reporters and Editors (en) (IRE) annonça que l'ouvrage Anatomy of an Epidemic reçut le prix de 2010 en tant que meilleur ouvrage d'un journaliste d'enquête : « ce livre est une exploration approfondie des études médicales et scientifiques et est parsemé d'anecdotes convaincantes. Finalement, Whitaker met à mal la sagesse conventionnelle qui veut que les maladies mentales se soignent par les médicaments[trad 1],[16]. »

Whitaker apparut dans le documentaire Take These Broken Wings: Recovery from Schizophrenia Without Medication, mis en vente en 2008, qui montre les écueils à éviter lorsque des médicaments sont administrés pour soulager la schizophrénie[17]

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Whitaker Robert, Mad in America : Bad Science, Bad Medicine, and The Enduring Mistreatment of the Mentally Ill, Perseus Publishing,‎ 24 décembre 2001 (ISBN 0-7382-0385-8, présentation en ligne)
  • (en) Whitaker Robert, Anatomy of an Epidemic : Magic Bullets, Psychiatric Drugs, and the Astonishing Rise of Mental Illness in America, New York, Broadway,‎ 2010, couverture souple (ISBN 978-0-307-45242-9, présentation en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « this book provides an in-depth exploration of medical studies and science and intersperses compelling anecdotal examples. In the end, Whitaker punches holes in the conventional wisdom of treatment of mental illness with drugs. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Biographie sur le site de l'auteur
  2. (en) Eva Moy, Science Journalists Study at the Institute, The Tech (journal du MIT)
  3. (en) Paul Grondahl, Mad In America, National Association for Rights Protection and Advocacy
  4. (en) PRNewswire, Medical Economics Company Acquires CenterWatch, the Leading Provider of Information to the Clinical Trials Industry, PRNewswire
  5. (en) 1998 George Polk Award Winners at a Glance
  6. (en) 1998 Science in Society Journalism Awards
  7. (en) 1999 Pulitzer Prize for Public Service
  8. (en) Terry Messman, Psychiatric Drugs: An Assault on the Human Condition, The Street Spirit, août 2005
  9. [PDF] (en) Robert Whitaker, « The case against antipsychotic drugs : A 50-Year Record of Doing More Harm Than Good », Medical Hypotheses, vol. 62, no 1,‎ 2004, p. 5-13 (PMID 14728997, DOI 10.1016/S0306-9877(03)00293-7, lire en ligne)
  10. (en) Robert Whitaker, « Mind drugs may hinder recovery », USA Today,‎ 3 mars 2002 (lire en ligne)
  11. (en) Robert Whitaker, « The case against antipsychotic drugs : a 50-year record of doing more harm than good », Medical Hypotheses,‎ 2004 (DOI 10.1016/S0306-9877(03)00293-7)
  12. (en) Robert Whitaker, « Anatomy of an Epidemic: Psychiatric Drugs and the Astonishing Rise of Mental Illness in America », Ethical Human Psychology and Psychiatry, vol. 7, no 1,‎ printemps 2005, p. 23–35 (lire en ligne)
  13. (en) Laura Fitzpatrick, « The Skimmer », Time,‎ 3 mai 2010 (lire en ligne)
  14. (en) Druin Burch, « Does psychiatry make us mad? », New Scientist, Reed Business Information,‎ 7 avril 2010 (lire en ligne)
  15. (en) Alex Good, « Book review: Anatomy of an Epidemic », The Record, Metroland Media,‎ 21 mai 2010 (lire en ligne)
  16. [PDF] (en) « 2010 IRE Awards winners », Investigative Reporters and Editors (consulté le 12 juillet 2013)
  17. (en) Daniel Mackler, [1], YouTube, 12 juillet 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]