Revue et gazette musicale de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Revue et gazette musicale de Paris (1827-1880) est une revue musicale hebdomadaire fondée en 1827 par François-Joseph Fétis, musicologue, pédagogue et compositeur belge, professeur de contrepoint et de fugues au Conservatoire de Paris. Le titre de la revue était simplement La Revue musicale jusqu'en 1835[1], date à laquelle Maurice Schlesinger, éditeur de musique originaire de Berlin installé à Paris depuis 1821, reprit le titre sous le nom de Revue et gazette musicale, puis Gazette musicale.

Schlesinger avait déjà créé une maison d'édition pour rendre la musique accessible à tous et, en 1834, il avait fondé une société pour la publication de la musique classique et moderne à bon marché, publiant notamment les œuvres de Mozart, Haydn, Weber, Beethoven, Hummel, Berlioz. Il édita également Robert le Diable et Les Huguenots de Giacomo Meyerbeer, La Juive de Jacques Fromental Halévy[2].

Il fit de la Gazette musicale le lieu d'accueil non seulement de la musique, mais aussi de la littérature qui traitait de musique : Honoré de Balzac y livra Gambara en 1837[3], un texte consacré à l'étude de la composition musicale à partir de Robert le Diable de Giacomo Meyerbeer. En 1841, Berlioz publie dans cette même revue les articles qui, revus et assemblés en 1843, forment le traité d'instrumentation et d'orchestration.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de la musique Larousse, p. 286 (ISBN 2-03-511396-1[à vérifier : isbn invalide]).
  2. Larousse encyclopédique vol. 9, p. 9405.
  3. René Guise, La Pléiade, p. 1517. Pierre Brunel, Histoire du texte, « Folio Classique », 1995, pp. 318-9 comprenant Gambara (nouvelle), Sarrasine, Massimilla Doni.