Maurice Schlesinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schlesinger.
Pianino Pleyel ayant appartenu à Maurice Schlesinger

Maurice Schlesinger, né à Berlin le 30 octobre 1798[1] et mort à Baden-Baden le 25 février 1871[1], est un éditeur de musique allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l’éditeur Adolphe-Martin Schlesinger qui avait fondé le journal Berliner Allgemeine musikalische Zeitung, il s’installa à Paris en 1815 où il créa une maison d’édition musicale en 1821[2].

Homme d'affaire peu scrupuleux, mais aimable et enjôleur, comme en témoigne Wagner dans Ma Vie[3], ou encore les nombreux procès qu'il a dû affronter, il fonde en 1834 une société pour la publication de la musique classique et moderne à bon marché publiant notamment les œuvres de Mozart, Haydn, Weber, Beethoven, Johann Nepomuk Hummel, Giacomo Meyerbeer, Hector Berlioz. Tout musicien espérant connaître la renommée, se devait de passer par lui, souvent à compte d'auteur et sans espoir d'entrer dans ses frais, comme le rappelle René Dumesnil dans Le Grand amour de Flaubert.

Fondateur de la Gazette musicale qu’il fusionna avec la Revue musicale de François-Joseph Fétis[4], il vendit son fonds et sa revue en 1846 à son employé Louis Brandus.

Personnage excentrique, il aurait servi de modèle à Gustave Flaubert pour le personnage de Monsieur Arnoux dans l'Éducation sentimentale[5], son épouse, Élisa, ayant été la première passion muette du romancier dès leur première rencontre à Trouville-sur-mer, l'année de ses quinze ans (elle en a dix de plus). Puis, il fréquentera le couple Schlesinger régulièrement durant ses études de droit à Paris, études interrompues par des crises d'épilepsie en 1844. Il retournera vivre à Rouen chez ses parents. Dans le film La Symphonie fantastique de Christian-Jaque (1942), le rôle de Schlesinger est joué par Jules Berry.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 998
  2. Voir la Revue et gazette musicale de Paris.
  3. Richard Wagner, Ma vie : traduction de Noémi Valentin et Albert Schenk, revue par Jean-François Candoni, Folio,‎ 2013, 528 p. (ISBN 978-2-0704-4764-0), p. 486
  4. Dictionnaire musical Larousse, op. cité dans la Revue et gazette musicale de Paris.
  5. Dictionnaire encyclopédique Larousse, t. 9, p. 9405.