Ranes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ranes (homonymie).
Vue aérienne de la forteresse circulaire du Kap Arkona (Rügen)

Les Ranens, ou Rugiens, étaient un ancien peuple slave occidental qui vivait sur l'île de Rügen et sur la terre ferme de l'autre côté du Strelasund, dans ce qui est aujourd'hui le nord-est de l'Allemagne.

La tribu des Ranes émergea après l'installation de peuples slaves en Poméranie au haut Moyen Âge[1], et compta parmi les plus puissantes des diverses petites tribus slaves qui vivaient entre l'Elbe et la Vistule inférieure avant le XIIIe siècle. Ils furent parmi les derniers à rester attachés à leur paganisme, l'influence de leur centre de culte de Kap Arkona s'étendant bien au-delà des limites tribales[2].

Culture et religion[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les Ranes pratiquaient essentiellement l'élevage, l'agriculture et la pêche. Au XIIe siècle les Ranes étaient redoutés en tant que pirates opérant à la manière des Vikings. Leur principale place commerciale était Ralswiek. Ils entretenaient des relations commerciales développées avec la Scandinavie et les Pays baltes.

Langue[modifier | modifier le code]

La langue des Ranes était un dialecte polabe de la branche des langues léchitiques du slave occidental. La dernière personne parlant le rane, une femme, serait morte en 1404 à Jasmund, sur l'île de Rügen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Ruges (peuple germanique)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ole Harck, Christian Lübke, Zwischen Reric und Bornhöved: Die Beziehungen zwischen den Dänen und ihren slawischen Nachbarn vom 9. Bis ins 13. Jahrhundert: Beiträge einer internationalen Konferenz, Leipzig, 4.-6. Dezember 1997, Franz Steiner Verlag, 2001, p. 15, ISBN 3-515-07671-9
  2. Sebastian Brather, Archäologie der westlichen Slawen: Siedlung, Wirtschaft und Gesellschaft im früh- und hochmittelalterlichen Ostmitteleuropa, Walter de Gruyter, 2001, p.331, ISBN 3-11-017061-2

Liens externes[modifier | modifier le code]