Pierre Gaspard Marie Grimod d'Orsay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pierre Gaspard Marie Grimod d'Orsay, comte d'Orsay, est né le 14 décembre 1748 et mort à Vienne (Autriche) le 3 janvier 1809.

Fils du fermier général Pierre Grimod du Fort (1692-1748), il épouse le 31 décembre 1770 Marie Louise Amélie de Croÿ (1748-1772), fille du prince Guillaume François de Croÿ et de la princesse née Anne Françoise Amélie de Trazegnies. Ils ont un enfant, Albert-Gaspard Grimod, comte d'Orsay et général d'Empire (1772-1843), dit « le beau d'Orsay » (père du dandy et mécène Alfred d'Orsay).

Il acquiert en 1768 l'hôtel de Clermont, 69 rue de Varenne à Paris et le fait transformer par Pierre Convers, Jean Augustin Renard et Charles Joachim Bénard. Cet état de l'hôtel – dont il ne reste rien aujourd'hui – a constitué une étape importante de l'évolution du goût. Mécène fastueux, il réunit de célèbres collections de peintures et de sculptures, soucieux de démontrer ainsi son statut de connaisseur éclairé en matière d'art antique. Par exemple, à Rome en 1776, « il déploie une activité frénétique en vue de transformer à l'antique les pièces de son hôtel parisien de la rue de Varenne »[1] : il affrète un navire spécial pour expédier en France via Civitavecchia et Le Havre 222 caisses d'objets d'arts[1].

Le 20 janvier 1779, pour une somme de 591 000 livres, il achète le comté de Nogent-le-Rotrou, qui appartenait à Madeleine Henriette Maximilienne de Béthune Sully, comtesse de l'Aubespine[2].

Le 22 août 1784, il épouse en secondes noces la princesse allemande Marie Anne de Hohenlohe-Bartenstein (1760-1811).

Une partie de sa collection de dessins et d'estampes fut saisie à l'hôtel d'Orsay en septembre 1793 et a rejoint en 1798 les collections du musée du Louvre[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Boyer, « Les hôtels parisiens et les châteaux des Grimod d'Orsay », Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français, 1951
  • Michel Jacquemin, « Les Grimod, une dynastie de financiers aux XVIIe et XVIIIe siècles », mémoire de master d'Histoire moderne, 2006
  • Jean-François Méjanès, catalogue de l’exposition Les collections du comte d’Orsay : dessins du Musée du Louvre, Paris, musée du Louvre, 24 février – 30 mai 1983, Paris, éd. Réunion des musées nationaux, 1983.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gilles Montègre, « Rome, ville des Lumières », L'Histoire n°375, mais 2012, p. 76
  2. Christian Foreau, "Pierre Gaspard Marie Grimod d'Orsay, le dernier seigneur de Nogent", dans les Cahiers Percherons, bulletin trimestriel des Amis du Perche, n°185, 2011-1, pp.42-43.
  3. Jean-François Méjanès, catalogue de l’exposition Les collections du comte d’Orsay : dessins du Musée du Louvre, Paris, musée du Louvre, 24 février – 30 mai 1983, Paris, éd. Réunion des musées nationaux, 1983.