Paul Fleming

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleming.
Paul Fleming.

Paul Fleming fut un poète allemand de l'école d'Opitz, né le 5 octobre 1609 à Hartenstein et mort à Hambourg le 2 avril 1640.

De son père, le pasteur de Hartenstein Abraham Fleming, Paul reçut sa première éducation qu'il a parfait à Mittweida. Dès l'âge de 14 ans, Johann Hermann Schein, le cantor de l'église Saint-Thomas de Leipzig, l’accueille dans son école et Fleming poursuit ses études en entrant à la faculté de médecine de Leipzig en 1628. Il en sortira en 1633 avec une maîtrise. C'est à cette occasion qu'il croise le chemin de Martin Opitz, un théoricien reconnu de la poésie baroque. En 1633, attristé par les événements de la guerre de Trente Ans, il gagna le Holstein à l'invitation d'Adam Olearius, secrétaire de l'ambassadeur que Frédéric III de Holstein-Gottorp entretenait. En août 1634, les diplomates atteignent Moscou, une partie de la délégation est de retour au château de Gottorf au printemps suivant alors que Fleming est retardé à Reval (aujourd'hui Tallinn). En octobre de la même année, les plénipotentiaires se rendent en Perse et atteignent Ispahan en août 1637 et y restent jusqu'en 1639. De retour dans le nord de l’Allemagne, il se marie avec Anna Niehusen, une fille rencontrée lors de son séjour à Reval. Fleming obtient à Leyde le grade de docteur en médecine (1640) et décide de se rendre à Reval pour s'y établir comme médecin. Peu avant le départ, il décède d'une pneumonie et est enterré à l'église Sainte-Catherine de Hambourg.

Johann Sebastian Bach utilisa ses textes dans les cantates BWV 13, 44 et 97.

Oeuvre[modifier | modifier le code]

Ce n'est qu'en 1646 qu'un de ses amis publia ses ouvrages, parmi lesquels nous citerons la traduction en vers des Psaumes de David, Leiden und Tod Unsers Erlösers (Passion et mort de notre sauveur).

  • Klagegedichte über … Leiden und Tod Jesu Christi (1632).
  • Poetischer Gedichten … Prodomus (1641).
  • Teutsche Poemata (1646); ab 1651 unter dem Titel Geist- und Weltliche Poemata.
  • Im Evangelischen Gesangbuch ist ein Lied (EG 368) von Paul Fleming abgedruckt: In allen meinen Taten.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Heinz Ludwig Arnold: Kindlers Literatur Lexikon. Völlig neu überarbeitete Auflage. 18 Bände. Stuttgart, Metzler 2009. ISBN 978-3-476-04000-8
  • Gerhard Dünnhaupt: Paul Fleming. In: Personalbibliographien zu den Drucken des Barock. Band 2. Hiersemann, Stuttgart 1990, ISBN 3-7772-9027-0, S. 1490–1513 (Werk- und Literaturverzeichnis).
  • Eva Dürrenfeld: Paul Fleming und Johann Christian Günther. Winter, Tübingen 1964.
  • Heinz Entner: Paul Fleming – Ein deutscher Dichter im Dreißigjährigen Krieg, Verlag Philipp Reclam jun. Leipzig 1989, 592 Seiten, ISBN 3-379-00486-3
  • Maria Cäcilie Pohl: Paul Fleming. Ich-Darstellung, Übersetzungen, Reisegedichte. Münster und Hamburg 1993.
  • Hans Pyritz: Paul Flemings Liebeslyrik. Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 1962.
  • Konrad Müller: Paul Fleming und das Haus Schönburg. Waldenburg i. Sa., 1939.
  • „Ich bin ein schwaches Boot ans große Schiff gehangen. Die Lebensreise des Paul Fleming in seinen schönsten Gedichten“. Mit Grafiken und Lesarten sächsischer Bildkünstler und Dichter. Herausgegeben von Richard Pietraß unter Mitarbeit von Peter Gosse. Halle/Saale 2009.
  • (de) Theodor Kolde: Fleming, Paul, dans: Allgemeine Deutsche Biographie (ADB). Volume 7, Duncker & Humblot, Leipzig 1877, p. 115-117
  • (de) Willi Flemming,  Flem(m)ing, Paul dans Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 5, Berlin : Duncker & Humblot, 1961, p. 238 f. (lire en ligne)
  • Friedrich Wilhelm Bautz, « Fleming (Flemming), Paul », dans Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL) , Band 2, Hamm 1990 (ISBN 3-8830-9032-8), Sp.53–55.
  • Uwe Berger: Das Verhängnis oder Die Liebe des Paul Fleming (Roman), Aufbau Verlag Berlin 1983, ISBN 978-3-86394-473-5

Source[modifier | modifier le code]