Paul Dupuis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'éditeur belge, voir Paul Dupuis (éditeur). Pour les homonymes, voir Dupuis (homonymie).

Paul Dupuis

Naissance 11 août 1916
Montréal
Nationalité Québec
Décès 23 janvier 1976 (à 59 ans)
Saint-Sauveur
Profession Acteur
Films notables La Forteresse
Les Belles Histoires des pays d'en haut

Paul Dupuis (11 août 1916 à Montréal23 janvier 1976 à Saint-Sauveur, Québec) est un acteur québécois. Il est le fils du juge Pierre-Louis Dupuis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Outre le bleu acier de son regard et le velouté grave de sa voix, ce qui frappe chez lui, c'est un curieux mélange de circonspection et de hardiesse. Sa carrure athlétique lui vaut les rôles de militaires orgueilleux et de jeunes premiers sportifs. Il s'initie au théâtre avec Les Compagnons de Saint-Laurent du père Émile Legault. En 1937, il entre à Radio-Canada comme annonceur et devient réalisateur par la suite pour le radioroman Un homme et son péché.

Il profite ensuite d'un séjour en Grande-Bretagne comme correspondant de guerre, pour se familiariser avec le milieu du cinéma; il joue ensuite dans une dizaine de longs métrages, parmi lesquels Johnny Frenchman (1945), Against the Wind (1948), Sleeping Car to Trieste (1948), Madness of Heart (1948), Passport to Pimlico (1948), The Romantic Age (1949) et The Reluctant Widow (1950).

Il tourne aussi en France, mais dans des productions de moindre envergure comme Les pépées font la loi (1954).

Au Québec, on l'a vu dans La Forteresse, Son copain, Étienne Brûlé gibier de potence et Tit-Coq. Les téléspectateurs se souviennent surtout de lui dans Les Belles Histoires des pays d'en haut où il incarne l'écrivain Arthur Buies.

En 1970, il met fin abruptement à sa carrière.

Filmographie[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Lien externe[modifier | modifier le code]