Pachycephalosauridae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Pachycephalosauridae (en français Pachycéphalosauridés, nom tiré du grec et signifiant « lézard à tête épaisse ») est un clade de dinosaures ornithischiens. Les genres les plus connus en sont Pachycephalosaurus, Stegoceras, Stygimoloch et Dracorex. La plupart vivaient au Crétacé supérieur, dans ce qui est maintenant l'Amérique du Nord et l'Asie. Ils étaient tous bipèdes, herbivores ou omnivores avec des crânes épais. Chez certains fossiles, le sommet du crâne est bombé et atteint plusieurs centimètres d'épaisseur, chez d'autres il est plat ou en forme de coin. Alors que, traditionnellement considérés comme des espèces ou même des familles différentes, les pachycéphalosauriens à tête plate pourraient en fait être de jeunes adultes d'espèces à tête en dômes[1],[2]. Ces dômes sont souvent recouverts de nodules et/ou de pointes.

Taxons[modifier | modifier le code]

Les candidats au premier pachycephalosauridé connu comprennent Ferganocephale adenticulatum vivant au Jurassique moyen dans l'actuel Kirghizistan et Stenopelix valdensis du Crétacé inférieur vivant dans l'actuelle Allemagne, bien que Sullivan doute que ces deux espèces soient des pachycéphalosauriens[réf. nécessaire].

On trouve, dans cette famille, les genres :

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) R.M. Sullivan, « A taxonomic review of the Pachycephalosauridae (Dinosauria: Ornithischia) », New Mexico Museum of Natural History and Science Bulletin, vol. 35,‎ 2006, p. 347-365
  2. (en) N.R. Longrich, J. Sankey et D. Tanke, « Texacephale langstoni, a new genus of pachycephalosaurid (Dinosauria: Ornithischia) from the upper Campanian Aguja Formation, southern Texas, USA », Cretaceous Research, vol. 31, no 2,‎ 2010, p. 274–284 (lien DOI?)