Port autonome de Douala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pad.
Le port autonome de Douala en 2013.

Le Port autonome de Douala (PAD) est une entreprise propriétaire du premier port en activité du Cameroun, le port de Douala. Cette entreprise appartient à l'État Camerounais. Il est situé dans l'estuaire du Wouri sur la côte littorale et donne sur l'Océan Atlantique.

Généralités[modifier | modifier le code]

Il assure 95 % du trafic portuaire national camerounais et est le premier port de la CEMAC. Il permet également de desservir les États enclavés du Tchad et de République centrafricaine, grâce à des accords particuliers[1],[2]. À ce titre, les exportations et les importations en provenance ou à destination de ces pays bénéficient de tarifs préférentiels.

En 2003, l'activité conteneur s'établissait à 1,2 million de tonnes, soit 137.624 TEU équivalent 20 pieds, pour un taux de conteneurisation de 50 %. Au premier trimestre de l’année 2007, le port autonome a exporté 520.589 tonnes, réparti comme suit[3] :


Au total, le Cameroun a exporté 520.589 tonnes. Ce qui représente un taux de croissance de 3 % au glissement annuel. Très faible, car les exportations représentent seulement 41 % sur la balance des échanges.

Suite à une série de privatisations en 2003 et 2004, le terminal à conteneur (DIT) est opéré par des opérateurs privé réunis en consortium, notamment Bolloré et Maersk. Les activités de remorquage, de lamanage ainsi que l’exploitation de l’usine à glace ont également été privatisés[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers aménagements auraient été entrepris en 1881 par la firme allemande Woerman Linie suite à un accord avec les rois Douala[5]. Il faut signaler que jusque là les compagnies européennes commerçaient à partir des bateaux-pontons amarrés au milieu du fleuve.

Au départ, le port est en fait un simple terre-plein construit au niveau du village Akwa. La construction d'un véritable quai en béton sera entrepris à la fin du XIXe siècle par les Allemands sous l'autorité du gouverneur Jesko von Puttkamer[5]. Les Allemands entendaient faire ce port l'un des plus modernes de la côte occidentale de l'Afrique car ils jugeaient que l'absence de barre lui donnait un atout déterminant. C'est dans la zone portuaire que vont naître les premières industries du pays.

Lors de l'indépendance du Cameroun, le port est transféré à l'office national des ports du Cameroun (ONPC). Le port autonome de Douala, sous sa forme juridique actuelle, est né en 1999, de la loi n° 98/021 du 24 décembre 1998, qui porte organisation du domaine portuaire national.

Le PAD est issu de la scission de l'office national des ports du Cameroun (ONPC) en plusieurs entités, les ports autonomes d'une part, qui opèrent les ports camerounais, et l’autorité portuaire nationale (ANP) d'autre part, qui contrôle les ports autonomes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les principales caractéristiques du port de Douala sont les suivantes[6] :

  • Capacité annuelle de trafic de 7 millions de tonnes ;
  • 26 quais d’accostage sur 5,5 km de long ;
  • superficie 400 ha ;
  • 7 terminaux spécialisés ;
  • 15 entrepôts ;
  • 65 ha de terre-pleins ;
  • 25 km de voies ferrées ;
  • 20 km de routes bitumées.

En 2003, les délais de sorti de l'enceinte du port étaient en moyenne de 14 jours.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]