Orange Democratic Movement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orange Democratic Movement
(ODM)
Image illustrative de l'article Orange Democratic Movement
Logo officiel
Présentation
Fondateur Raila Odinga
Fondation
Siège Orange House
Menelik Road
00202 Nairobi (Kilimani) Kenya Kenya
no au registre des partis 021
Président Henry Kosgey
Secrétaire général Peter Anyang' Nyong'o
Nombres de députés
96 / 349
(2013)
Nombres de sénateurs
17 / 67
(2013)
Idéologie Libéralisme
Affiliation internationale Réseau Libéral Africain (en)
Coalition CORD
Couleurs Orange
Site web www.odm07.com

L’Orange Democratic Movement est un parti libéral du Kenya membre du Réseau Libéral Africain (en).

Officiellement créé par Raila Odinga, en , sa devise, en swahili, est « Chungwa moja, maisha bora! » qui peut être traduite par « Une orange pour une vie meilleure ! ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

L'ODM est né suite au limogeage de l'entièreté du gouvernement kényan le par le Président Mwai Kibaki en réaction au refus populaire à propos de sa réforme de la Constitution lors du référendum deux jours plus tôt. L'homme politique Raila Odinga décide alors d'être candidat à la prochaine élection présidentielle et crée le parti qui devient officiel en . Le nom « Orange » provient des cartes de vote du référendum, où un « oui » était représenté par une banane et un « non » par une orange[1].

Législature 2002 - 2007[modifier | modifier le code]

En , suite à des dissensions internes et sous l'impulsion de Kalonzo Musyoka, certain membres de l'ODM forment un nouveau parti : l'Orange Democratic Movement–Kenya (ODM-Kenya)[2]. L'ODM reste dirigé par Raila Odinga et l'ODM-Kenya l'est par Kalonzo Musyoka.

Si Raila Odinga perd l'élection présidentielle du face à Mwai Kibaki, l'ODM devient le premier parti du pays avec 105 sièges de députés sur 222 à l'Assemblée nationale.

Législature 2007 - 2013[modifier | modifier le code]

Lorsque Odinga devient Premier ministre, le , celui-ci annonce qu'il ne se représentera pas à la prochaine élection pour la présidence du parti. Le nouvel élu par l'assemblée générale des membres en est Henry Kosgey (en) qui est un proche de Raila Odinga.

Le , Henry Kosgey, qui est aussi le ministre de l'Industrialisation en place, est précisément nommé par le procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, comme étant un des six principaux accusés des crimes contre l'humanité commis lors des violences postélectorales de 2007-2008[3]. Le , accusé de corruption dans une affaire d'importation d'automobiles, il démissionne de son poste de ministre de l'Industrialisation[4] mais reste président du parti.

La conférence nationale des délégués de l'ODM du désigne officiellement Raila Odinga comme leur candidat à la prochaine élection présidentielle[5].

Afin de contrecarrer les autres coalitions politiques, l'ODM forme, elle aussi, une alliance avec le WDM-K de Kalonzo Musyoka et le FORD-K de Moses Wetangula. Cette alliance est appelée Coalition for Reforms and Democracy (CORD) avec Odinga pour seul candidat à l'élection présidentielle.

Selon la Constitution, pour l'emporter au premier tour, un candidat doit réunir au moins 25 % des votes dans au moins 24 comtés différents et 50 % de l'ensemble des votes plus un (majorité absolue). Deux d'entre eux obtiennent ensemble 93,38 % des 12 330 028 bulletins de vote déposés : le vice-premier ministre et ministre des Finances sortant Uhuru Kenyatta et Raila Odinga. Raila obtient 43,31 % du total des suffrages et, au moins, 25 % dans 30 comtés différents. Kenyatta récolte 50,07 %[note 1] et , au moins, 25 % dans 42 comtés différents ce qui, dès le premier tour, en fait le président élu de la République du Kenya[6].

Raila Oginga, conformément à la possibilité donnée par l'article 140.1 de la Constitution, dépose, en date du une pétition à la Cour suprême pour contester la validité du scrutin présidentiel arguant des bourrages d'urnes, les dysfonctionnements du système électronique de transmission vers l'IEBC et l'inorganisation de cette dernière[7],[8] tandis que la Cord, conformément à la possibilité donnée par l'article 87 de la Constitution, en dépose une autre, mettant en cause la validité des scrutins législatifs pour l'Assemblée nationale, à la Haute cour de Milimani (Nairobi) le .

Législature 2013 - 2018[modifier | modifier le code]

l'ODM reste le premier parti du pays avec 96 sièges de députés sur 349 à l'Assemblée nationale mais partage cette première place avec The National Alliance au Sénat chacun ayant 17 sénateurs sur 67.

Personnalités liées à l'ODM[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les 0,7 % représentent 8 400 votes hors de 12 330 028

Références[modifier | modifier le code]

  1. BBC ; « 'Fruity' campaigning in Kenya » ; article du 18 novembre 2005 [(en) lire en ligne]
  2. VOA News ; « Kenya’s Opposition Split Brightens Kibaki’s Second Term Bid » ; article du 16 août 2007 [(en) lire en ligne]
  3. Jeune Afrique, « CPI : le fils de Jomo Kenyatta dans le viseur de Luis Moreno-Ocampo », article du 15 décembre 2010 [(en) lire en ligne]
  4. La Tribune, Kenya : déjà visé par la CPI, un ministre démissionne pour corruption article du 5 janvier 2011 [(fr) lire en ligne]
  5. (en) « LIVE: ODM delegates endorse Raila », The Daily Nation,‎ 7 décembre 2012 (lire en ligne)
  6. (en) « Kenya election: Uhuru Kenyatta wins presidency », sur bbc.co.uk, British Broadcasting Corporation,‎ 9 mars 2013 (consulté le 12 mars 2013)
  7. n.c., « Kenya : Odinga dépose un recours contre sa défaite à la présidentielle », Jeune Afrique, Paris,‎ 16 mars 2013 (lire en ligne [[html]])
  8. (en) n.c., « Summary of CORD's petition », The Standard, Nairobi, Standard Group,‎ 16 mars 2013, p. 1-3 (lire en ligne [[html]])

Liens externes[modifier | modifier le code]