Oksapmin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oksapmin
Pays Papouasie-Nouvelle-Guinée
Région Sandaun
Nombre de locuteurs 8 000 (en 1991)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 opm
IETF opm

L’oksapmin est une langue papoue parlée en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans la province de Sandaun. Ses 8 000 locuteurs vivent principalement dans des villages du district de Telefomin.

Classification[modifier | modifier le code]

L’oksapmin est rattachée à la famille des langues de Trans-Nouvelle Guinée. Il est apparenté aux langues ok[a 1].

Il y a deux dialectes principaux : le haut-oksapmin et le bas-oksapmin. Ils sont mutuellement intelligibles, mais certaines difficultés de compréhension existent[a 2].

Prononciation et écriture[modifier | modifier le code]

L’oksapmin n’a pas de système d’écriture propre ; les conventions orthographiques employées par les linguistes sont indiquées dans les tableaux ci-dessous à côté de prononciation correspondante.

Les consonnes[2] et les voyelles de l’oksapmin :

Voyelles[modifier | modifier le code]

Le bas-oksapmin possède six voyelles[a 3].

Antérieures Centrale Postérieures
Fermées /i/ i /u/ u
Moyennes /e/ e /ə/ ə /o/ o
Ouverte /a/ a

La voyelle /ə/ n’apparaît jamais en fin de syllabe. Dans les cas où un /ə/ devrait se retrouver en fin de mot (par exemple à cause d’un absence de suffixe), il est remplacé par /o/. Le schwa est phonémique dans certains mots, mais dans d’autres, il est inséré par épenthèse pour empêcher des groupes de consonnes interdits. De plus, si un /o/ ou un /u/ se trouve dans une syllabe adjacente à un schwa épenthétique, ce dernier peut être remplacé par /o/ ou /u/ par harmonie vocalique. Ainsi, dans un mot tel que m-pl-n-go-pa (« ils lui ont dit »), des schwas sont insérés pour faciliter la prononciation : məpləngopa /məɸənᵑɡoɸa/. Ce mot peut être prononcé [məβənŋɡoβa], [məβonŋɡoβa] ou [moβonŋɡoβa][a 4].

Le haut-oksapmin possède les voyelles suivantes[3].

Antérieures Centrales Postérieures
Fermées /i/ i /ʉ/ u[note 1] /u/ uu
Moyennes /e/ e /ə/ a /o/ o
Ouverte /ɑ/ ä

Il y a une diphtongue /əi/ (orthographiée ei) en haut-oksapmin qui correspond systématiquement à un /e/ en bas-oksapmin : äptei ~ apte (« village »)[a 5].

Dans les deux dialectes, les voyelles /e/, /o/ et /a/ sont prononcées plus longues que les autres voyelles, mais ce n’est pas pertinent phonologiquement[4],[a 6].

Consonnes[modifier | modifier le code]

Bilabiales Alvéol. Dorsales
Palatales Vélaires Vélaires
Occlusives Sourde p /p/ t /t/ k /k/ kʷ //
Sonore b /b/ d /d/ g /ɡ/ gʷ /ɡʷ/
Fricative s /s/ x /x/ xʷ //
Nasale m /m/ n /n/ ŋ /ŋ/
roulée r /r/
semi-voyelle w /w/ j /j/

Exemples[modifier | modifier le code]

Quelques mots en oksapmin (dialecte haut-oksapmin)[5]
Mot Traduction
ciel awä
eau totä
feu irätä
homme orheinä
femme ku
manger, boire dapät
grand kei
petit garsut
nuit kwi

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Le dictionnaire publié par le même auteur 14 ans après ne fait pas de distinction orthographique entre /u/ et /ʉ/ : kuu (« femme »), cité dans Oksapmin Organized Phonological Data, est orthographié ku dans le dictionnaire.
  1. pp. 17–22
  2. pp. 2–3
  3. p. 53
  4. pp. 59, 75–77
  5. p. 56
  6. p. 53
  • Autres sources
  1. (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue
  2. M. Lawrence, Oksapmin Organized Phonological Data, p. 1.
  3. M. Lawrence, Oksapmin Organized Phonological Data, p. 2.
  4. M. Lawrence, Oksapmin Organized Phonological Data, p. 3.
  5. M. Lawrence, Oksapmin dictionary

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robyn Loughnane, A Grammar of Oksapmin, Université de Melbourne,‎ avril 2009, 528 p. (présentation en ligne)
Cette thèse de linguistique concerne principalement le dialecte bas-oksapmin.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]