Hémogramme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir NFS.
OuchFlintGoodrichShot1941.jpg

L'hémogramme, numération et formule sanguine (NFS), examen hématologique complet, formule sanguine complète (FSC) ou hémato complet est l'analyse quantitative (numération) et qualitative (formule) des éléments figurés du sang : globules rouges, globules blancs et plaquettes.

Informations recueillies[modifier | modifier le code]

Elle est faite au moyen d'une simple prise de sang puis l'analyse est effectuée par un automate qui mesure le nombre d'érythrocytes, le taux d'hémoglobine et l'hématocrite puis calcule le VGM (volume globulaire moyen), la CCMH (concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine) puis la TCMH (teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine).

Les résultats de l'hémogramme varient physiologiquement en fonction du sexe, de l'âge et de l'ethnie. Les normes ci-dessous sont celles d'un adulte mais, chez les enfants ou les femmes enceintes, les normes diffèrent.

Une bonne technique de prélèvement améliore la qualité des résultats de l’hémogramme. Il se réalise par ponction veineuse franche, chez un sujet non à jeun mais à distance d’une ingestion de corps gras, normohydraté. Le prélèvement se réalise sur tube contenant une substance anticoagulante (solution d'EDTA) qui va empêcher le sang de se "gélifier". Si l’on opère des prélèvements multiples, les prélèvements destinés aux analyses hématologiques -hémogramme et coagulation- doivent être réalisés en premier. Les prélèvements ne doivent pas être réalisés dans une veine perfusée ou à partir d’une ligne de perfusion (risque de dilution du sang par le produit de perfusion). Si un hémogramme est réalisé sur cathéter, une purge préalable de la ligne de perfusion doit être préalablement réalisée. Les tubes de prélèvement (la couleur du bouchon est normalisée en fonction de l'anticoagulant, en l'occurrence, le violet) utilisés dans la plupart des cas ont un volume nominal de 5 ml et sont calibrés pour des prélèvements de 3 à 4,5 ml.

Étude quantitative[modifier | modifier le code]

L'examen renseigne sur plusieurs points :

Numération sanguine
Hémoglobine Homme : 13 à 17 g/dL
Femme : 12 à 16 g/dL
Nouveau-né : 13,5 à 20 g/dL[1]
Érythrocyte Homme : 4,5 à 6 T/L

Femme : 4 à 5,4 T/L

Hématocrite Homme : 40 à 54 %

Femme : 36 à 47 %

Volume globulaire moyen
(VGM)
82 à 98 fL (femtolitres ou μm³)
Concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine
(CCMH)
320 à 360 g·l-1, soit 32 à 36 g/100 ml
Teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine
(TCMH)
27 à 32 pg
Réticulocytes 20 à 120 G/L


L'analyse des constantes érythrocytaires— VGM, CCMH et TCMH — est utile et permet de faire suspecter par le médecin la cause de l'anémie. On s'attache ainsi à analyser :

  • VGM α Hématocrite / Érythrocyte : donne le volume moyen d'un érythrocyte (un VGM supérieur à 95 fl signe une macrocytose; s'il est associé à une anémie celle-ci est qualifiée d'anémie macrocytaire ; un VGM inférieur à 85 fl traduit une microcytose, et, en cas d'anémie associée, on parle d'anémie microcytaire ; un VGM supérieur à 120 fL fait suspecter une mégaloblastose (qui ne peut s'affirmer qu'au myélogramme), en cas d'anémie associée on parle d'anémie mégaloblastique ;
  • CCMH α Hémoglobine / Hématocrite : donne la concentration d'hémoglobine dans les érythrocytes en moyenne. Une valeur inférieure à 32 signe une hypochromie ; en cas d'anémie associée on parle d'anémie hypochrome. Une valeur supérieure à 36 marque une erreur de mesure, car cette valeur serait incompatible avec la vie de l'érythrocyte) ;
  • TCMH α Hémoglobine / Érythrocyte : donne la masse moyenne d'hémoglobine dans un érythrocyte.

Les réticulocytes sont de très jeunes hématies, qui viennent de quitter la moelle pour le sang. Le compte des réticulocytes est important à analyser et devrait faire partie de tout hémogramme: une élévation importante des réticulocytes signe une régénération ou une hémolyse, alors qu'une baisse des réticulocytes signe une anémie arégénérative, traduisant une non production médullaire.

Formule sanguine : % et numération des lignées blanches
Granulocytes neutrophiles 45 à 70 % 1700 à 7500 /µl ; soit 1.7 à 7.5 G/l
Granulocytes éosinophiles 1 à 3 % 40 à 300 /µl ; (doit être inférieur à 0,5 G/l)
Granulocytes basophiles 0.5 % < 50 /µl ; (doit être inférieur à 0,2 G/l)
Lymphocytes 20 à 40 % 1000 à 4000 /µl ; soit 1 à 4 G/l
Monocytes 3 à 7 % 200 à 1000 /µl; soit 0.2 à 1 G/l

NB : On peut également appeler polynucléaires les granulocytes (ainsi un granulocyte neutrophile est la même chose qu'un polynucléaire neutrophile). Par ailleurs vous trouverez beaucoup plus souvent ce terme dans les ouvrages.

Numération des plaquettes
plaquettes 150 000 à 400 000 /μl ; soit 150 à 400 G/l

Étude qualitative[modifier | modifier le code]

Frottis sanguin permettant :

Les variations de coloration de l’hématie (les hématies normales examinées après coloration usuelle ont un aspect rosé prononcé et un aspect pâle de l’hématie est noté en cas de défaut de synthèse de l’hémoglobine (hypochromie) ainsi que les inclusions intraérythocytaires permettent aussi un dépistage fiable.

On peut aussi faire un examen des plaquettes par leurs numérations et leurs formulations pour un meilleur dépistage de maladies.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Seuls le nombre de globules rouges, le nombre de globules blancs, le taux d'hémoglobine et l'hématocrite sont mesurés à l'hémogramme. Les autres valeurs ne sont que déduites. Les valeurs hors normes permettent de dépister des infections hématologiques spécifiques mais aussi l'expression sanguine d'autre maladies : notamment les infections, les carences diverses, certains cancers, etc. Mais ce n'est qu'en procédant par différentes étapes bien précises que l'on peut avoir la meilleure interprétation : il faut d’abord déterminer le taux d’hémoglobine et l'hématocrite, puis déterminer le volume globulaire moyen (VGM) et enfin déterminer éventuellement le taux des réticulocytes.

Lignée rouge ou anomalies de l'hémogramme[modifier | modifier le code]

Une anémie se définit par un taux d'hémoglobine inférieur à la norme. Son expression clinique dépend moins de la valeur d'hémoglobine que de sa rapidité d'installation. L'on peut parfaitement tolérer des taux de 7 g Hb/100 ml pour autant que les pertes soient chroniques.

Il existe différentes formes d’anémie comme l’anémie isolée, l’anémie microcytaire, l’anémie normocytaire non régénérative, l’anémie normo, macrocytaire régénérative ou l'anémie aiguë.

L'anémie aiguë se manifeste par une réaction adrénergique, tachycardie, sudations, redistribution du sang aux organes vitaux (cœur et cerveau), ce qui provoque la pâleur du visage.

Inversement, une polyglobulie est définie par un taux d'hémoglobine supranormal qui se manifeste par un faciès rouge (« rougeaud », « vultueux », « pléthorique »). La polyglobulie est diagnostiquée lorsque le taux d'hémoglobine est supérieur à 18 g/dl pour les hommes et 17 g/dl pour les femmes. La cause la plus courante de polyglobulie est le tabac en réponse à une hypoxie chronique. Une autre polyglobulie secondaire est la réaction au séjour prolongé en altitude. La polyglobulie primaire, polycythemia vera ou maladie de Vaquez, est un syndrome myéloprolifératif spécifique de la lignée rouge. D'autres syndromes myéloprolifératifs causent une polyglobulie. La polyglobulie augmente la viscosité du sang, et représente un facteur de risque de thrombose.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]