Nikolaï Rubinstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rubinstein.

Nikolaï RubinsteinНиколай Григорьевич Рубинштейн

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Nikolaï Rubinstein

Nom de naissance Nikolaï Grigorievitch Rubinstein
Naissance 14 juin 1835
Moscou, Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès 23 mars 1881 (à 45 ans)
Paris, Drapeau français France
Activité principale pianiste, compositeur, pédagogue
Style Période romantique
Activités annexes chef d'orchestre
Maîtres Siegfried Dehn, Theodor Kullak, Alexandre Villoing
Enseignement Conservatoire de Moscou
Élèves Sergueï Taneïev, Alexandre Ziloti, Emil von Sauer
Famille Anton Rubinstein

Nikolaï Grigorievitch Rubinstein (en russe : Николай Григорьевич Рубинштейн), né à Moscou le 14 juin 1835 et mort à Paris le 23 mars 1881, est un compositeur, pédagogue et pianiste russe. Il est le frère d'Anton Rubinstein.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme son frère, il étudia le piano très jeune, avec sa mère. Celle-ci les emmena ensuite à Berlin étudier avec Siegfried Dehn et Theodor Kullak, avec le soutien de Mendelssohn et de Meyerbeer. Revenu en Russie en 1846, il continua le piano avec Alexandre Villoing. Il obtint un diplôme de droit à l'université de Moscou en 1855. Il occupe un poste de fonctionnaire modeste et donne des cours particuliers. En 1858, il commence sa carrière de concerts en Russie puis à Londres. Très actif au sein de la Société musicale russe de Moscou, il devint vite un des personnages incontournables de la vie musicale de la ville. En 1866, une partie de la Société musicale russe devint le Conservatoire de Moscou grâce à ses efforts (avec le prince Nikolaï Petrovitch Troubetzkoï). Il dirige ce conservatoire jusqu'à son décès.

Il fut un grand ami de Piotr Ilitch Tchaïkovski, qui avait été l'élève de son frère, et dont il aida la jeune carrière. Tchaïkovski lui dédia son Premier concerto pour piano, que Rubinstein rejeta violemment et refusa de jouer tout d'abord, mais qu'il accepta par la suite. Mais les relations entre les deux compositeurs ne s’arrêtèrent sûrement pas à cette querelle et Tchaïkovski lui confia la première de son ouverture fantaisie Roméo et Juliette en mars 1870. La mort de Nikolaï Rubinstein affecta beaucoup Tchaïkovski, qui dédia à sa mémoire son Trio op.50.

À partir de 1860, Nikolaï Rubinstein est le chef d'orchestre de la Société musicale russe impériale. En 1878, il dirige quatre concerts russes à l'Exposition universelle de Paris. Au quatrième concert, il interprète le Concerto pour piano n° 1 de Tchaïkovski.

Contrairement à son frère, il fut un artiste peu prolixe et il ne publia que de rares compositions, une des plus fameuses étant la Tarentelle en sol mineur.

Parmi ses élèves, on trouve Sergueï Taneïev, Alexandre Ziloti et Emil von Sauer. Il lança la carrière de l'éditeur musical Peter Jurgenson.

Il est enterré au cimetière de Novodiévitchi, s'étant converti à la religion orthodoxe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionnary of Musicians »], t. 3, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1995 (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-07778-4)
  • (en) Stanley Sadie (préf. Stanley Sadie), The Grave Concise Dictionary of Music, London, Macmillan,‎ 1995 (1re éd. 1988), 909 p. (ISBN 0-333-43236-3)