Nickéline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nickéline
Catégorie II : sulfures et sulfosels[1]
Nickeline[2] - Silver Bar Mine, Cobalt, Ontario,Canada (6x4 cm)

Nickeline[2] - Silver Bar Mine, Cobalt, Ontario,Canada (6x4 cm)
Général
Numéro CAS 27016-75-7
12795-30-1
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute AsNiNiAs
Identification
Masse formulaire[3] 133,615 ± 0,0004 uma
As 56,07 %, Ni 43,93 %,
Couleur gris plomb, cuivre, noir
Classe cristalline et groupe d'espace dihexagonale bipyramidale, P 6/mmm
Système cristallin hexagonal
Réseau de Bravais hexagonal primitif
Clivage imparfait sur [1010] et, [0001]
Cassure régulière, conchoïdale
Habitus massif ; Très rare cristaux
Faciès isocèloédres tordus
Échelle de Mohs 5,5
Trait marron-noir
Éclat métallique
Propriétés optiques
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 7,78 à 7,8
Fusibilité 2
Solubilité Dans l'eau régale
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La nickéline est une espèce minérale composée d'arséniure de nickel de formule NiAs, contenant 43,9 % d'arsenic et 56,1 % de nickel avec des traces : Sb;Fe;Co;S; Au contact de l'air humide la nickéline peut donner une pseudomorphose par enduit d'annabergite (arséniate vert de nickel).

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrit par François Sulpice Beudant en 1832 le nom dérive de la composition chimique (nickel).

Synonymie[modifier | modifier le code]

En raison de sa couleur rouge cuivre le minerai est souvent appelé « cuivre-nickel » : l'équivalent allemand « Kupfernickel » a été employé dès 1694.

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

Membres du groupe 2.CC.05 (classification de Strunz)
Minéral Formule Groupe ponctuel Groupe d'espace
Achavalite FeSe 6/mmm P63/mmc
Breithauptite NiSb 6/mmm P63/mmc
Freboldite CoSe 6/mmm P63/mmc
Hexatestibiopanickélite (Ni,Pd)(Te,Sb) 6/mmm P63/mmc
Jaipurite CoS 6/mmm P63/mmc
Kotulskite Pd(Te,Bi) 6/mmm P63/mmc
Langisite (Co,Ni)As 6/mmm P63/mmc
Nickéline NiAs 6/mmm P63/mmc
Sederholmite NiSe 6/mmm P63/mmc
Sobolevskite PdBi 6/mmm P63/mmc
Sederholmite NiSe 6/mmm P63/mmc
Stumpflite Pt(Sb,Bi) 6/mmm P63/mmc
Zlatogorite CuNiSb2 32/m P3m1

À la différence du groupe 2.CC.05 selon Strunz, le groupe 2.08.11 selon Dana ne contient pas les minéraux jaipurite et zlatogorite, mais inclut la sorosite et la vavrinite.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

La nickéline a structure hexagonale, groupe d'espace P 63/mmc, dureté de l'ordre de 5-5½ dans l'échelle de Mohs. Il s'agit de l'équivalent hexagonal de la structure galène.

Les octaèdres occupés partagent des faces : cet arrangement est rare parmi les structures ioniques, mais dans la nickéline chaque atome métallique est proche non pas seulement du non-métal, mais aussi d'autres atomes métalliques, avec lesquels il forme des liaisons métalliques. Nickeline Ni-centred.png
Une description alternative de la structure peut se faire en mettant le nickel aux sommets d’un réseau hexagonal primitif et l'arsenic au centre des prismes trigonaux formés par le nickel. Nickeline As-centred.png


Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie 
La nickéline se forme par action hydrothermale sur roches ultramafiques et sur les gisements associés et peut se former par remplacement des sulfures de nickel-cuivre (remplacement de la pentlandite et association avec les sulfo-arséniures de cuivre), ou par métasomatose des roches ultramafiques dépourvues des sulfures, où le soufre, ainsi que l'arsenic et les carbonates, est apporté par les fluides métasomatiques. Le résultat est typiquement une association qui comprend la millérite, la heazelwoodite, la pentlandite et la pyrite.
Minéraux associés 
Annabergite, barytine, argent, arsénopyrite, breithauptite, chalcopyrite, cobaltine, heazelwoodite, millérite, pentlandite, pyrite, pyrrhotite.

Exploitation des gisements[modifier | modifier le code]

Utilisations 
La nickéline est rarement employée comme source de nickel à cause de la présence de l'arsenic, qui est délétère à la plupart des utilisations. Lors de l’altération des gisements de sulfure de nickel, la présence de l'arsenic rend le minerai non rentable dès que la concentration dépasse les quelques centaines de parties par million. Cependant, le minerai arsenical de nickel peut être mélangé à d’autres minerais dépourvus d’arsenic, ce qui donne une teneur plus acceptable pour une utilisation industrielle.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Mine de Keeley-Frontier, Timiskaming District, Ontario,Canada Ref.: Dana 7:I:300.
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, Volume 76 1873 p.239
  5. Achille Richard - Eléments d'histoire naturelle médicale, Volume 2 p.248 1838