Nanda Devi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Ananda Devi.
Nanda Devi
Vue de la face ouest du Nanda Devi
Vue de la face ouest du Nanda Devi
Géographie
Altitude 7 816 m
Massif Himalaya
Coordonnées 30° 22′ 36″ N 79° 58′ 15″ E / 30.37667, 79.97083 ()30° 22′ 36″ Nord 79° 58′ 15″ Est / 30.37667, 79.97083 ()  
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État Uttarakhand
District Chamoli
Ascension
Première par Noel Odell et Bill Tilman
Voie la plus facile Arête sud

Géolocalisation sur la carte : Inde

(Voir situation sur carte : Inde)
Nanda Devi

La Nanda Devi signifiant « Déesse joyeuse » (de devi, déesse et nanda, joie) est la plus haute montagne complètement contenue dans le territoire indien. C'est aussi le plus haut sommet de la chaîne du Garhwal. Il est protégé dans un parc national.

Topographie[modifier | modifier le code]

La Nanda Devi comporte deux sommets séparés :

  • La cime ouest (7 816 m, point culminant) ;
  • Le sommet oriental (7 434 m)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sanctuaire de Nanda

En 1817-1820, le lieutenant William Webb et le capitaine John Hodgson du Great Trigonometric Survey pénètrent dans les montagnes du Kumaon et du Garhwal dans le Nord de l'Inde. Ils y mesurent avec précision la hauteur de la Nanda Devi (7 817 m), obtenant 25 749 pieds, soit 7 848 m), que Webb décrivit comme « so far as our knowledge extends, the highest mountain in the world »[2]. Dès 1830, Traill franchit le col portant son nom (5 400 m) et qui sépare la Nanda Devi du Nanda Kot (6 861 m). En 1883, Thomas Stuart Kennedy et les guides Johann Jaun et Johann Fisher mènent la première reconnaissance alors que la première tentative d'ascension est conduite par William Woodman Graham avec les guides Emil Boss et Ulrich Kaufmann. Tom George Longstaff dirige ensuite deux campagnes d'exploration, la première en 1905 avec Alexis Brocherel et Henri Brocherel auxquels se joignent en 1907 G.G. Bruce, A.L. Mumm et M. Inderbinen. Les trois tentatives suivantes sont un échec : en 1926 (Hugh Ruttledge, T.H. Sommerwell et R.C. Wilson), en 1928 (Hugh Ruttledge et Tom George Longstaff) et en 1932 (Hugh Ruttledge et Émile Rey). En 1934, Eric Shipton et Bill Tilman accompagnés de trois porteurs sherpas, entreprennent une étonnante campagne d'exploration de conception légère, qui permet, deux ans plus tard, de vaincre la Nanda Devi[1]. Lorsque l'expédition américano-britannique atteint son sommet en 1936, la Nanda Devi devient la montagne la plus haute atteinte par l'homme, et le restera jusqu'à l'ascension de l'Annapurna en 1950.

En 1951, au cours de la troisième expédition française dans l’Himalaya, Roger Duplat et Gilbert Vignes disparaissent dans la traversée de l'arête sommitale.

En 1965, une expédition américano-indienne installe un dispositif automatique (SNAP-7E) de surveillance des essais nucléaires chinois. L'appareil est détruit au bout de quelques mois par une avalanche et son plutonium 238 pollue la rivière Dhaulî, un affluent de l'Alaknandâ qui se jette elle-même dans le Gange. Il sera remplacé, l'année suivante, par un dispositif similaire sur un pic voisin, le Nanda Kot.

En 1992, la Nanda Devi Biosphere Reserve est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Ascensions[modifier | modifier le code]

  • 1936 - Première ascension lors d'une expédition américano-britannique par les alpinistes Noel Odell et Bill Tilman
  • 1974 - La Nanda Devi est ouverte aux alpinistes occidentaux. Le sommet devient alors la seconde destination la plus populaire de l'Himalaya après l'Everest
  • 1975 - Walter Cecchinel atteint le sommet en compagnie de Pollet-Villard et Latoo, au cours d'une expédition franco-indienne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Le récit de l'ascension
  2. Photos du Nanda Devi sur le site Peakware (en anglais)
  3. (en) Fiche du parc sur le site UNEP-WCMC

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gérard Bordes, Grande Encyclopédie de la Montagne, t. 7, Paris, Atlas,‎ 1976, 2400 p.
  2. John Keay, « The Highest Mountain in the World », extrait du livre de la Royal Geographical Society, Everest : Summit of Achievement, Simon & Schuster, 2003