Néso (lune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Néso.
Néso
Neptune XIII
Type Satellite naturel de Neptune
Caractéristiques orbitales
(Époque 10/06/2003, JJ 2452801.5[1])
Demi-grand axe 48 387 000 km[1]
Périapside 24 435 000 km[2]
Apoapside 72 339 000 km[2]
Excentricité 0,495[1]
Période de révolution 9 737 d[1]
(26,66 a)
Inclinaison 132,6°[1] (par rapport à l'écliptique)
Caractéristiques physiques
Dimensions 60 km[1],[3],[4],[5]
Masse 1,6×1017 kg[2]
Masse volumique moyenne 1,5 x103 kg/m³[4] (présumée)
Albédo moyen 0,04[4]
Caractéristiques de l'atmosphère
Pression atmosphérique Aucune
Découverte
Découvert par Holman et al.[6],[7],[8]
Imagerie 14/08/2002[6]
Découverte 14/08/2002[6]
Publication 30/09/2003[7]
Désignation 03/02/2007[9]
Désignation(s) provisoire(s) S/2002 N 4

Néso est un satellite naturel de Neptune, le plus éloigné de la planète qu'on connaisse.

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Néso est un petit satellite. En supposant qu'il possède un albédo de 0,04[3],[4], sa magnitude visuelle de 24,6[1] conduit à un diamètre de 60 km[4].

Par calcul, la masse de Néso est estimée à environ 1,6×1017 kg.

Orbite[modifier | modifier le code]

Diagramme illustrant l'orbite des satellites irréguliers de Neptune.

Néso orbite autour de Neptune à la distance moyenne de 48 400 000 km en plus de 26 ans, avec une inclinaison de 133° sur l'écliptique et une excentricité de 0,495. Il est rétrograde.

Néso est le satellite de Neptune le plus externe, atteignant 72 339 000 km à son apoapside, soit 0,48 ua (par comparaison, l'aphélie de Mercure n'est que de 0,47 ua). En fait, il est le satellite naturel le plus éloigné que l'on connaisse dans le système solaire.

La zone d'influence gravitationnelle prépondérante de Neptune est définie par le rayon de sa sphère de Hill, qui atteint environ 116 000 000 km, soit 0,77 ua, le plus grand de tous les corps du système solaire. On estime que les satellites rétrogrades dont le demi-grand axe est inférieur à 67 % de ce rayon (soit 77 300 000 km) sont stables[réf. nécessaire].

Du fait de similarités dans les éléments orbitaux de Psamathée, il a été suggéré qu'ils possèdent une origine commune après la fragmentation d'un satellite plus grand[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Découverte[modifier | modifier le code]

Néso fut découvert par l'équipe de Matthew J. Holman en utilisant le télescope de 4 m de l'observatoire inter-américain Cerro Tololo au Chili, le 14 août 2002 ; la découverte fut annoncée le 4 mars 2003, en même temps que celle de Ferdinand, satellite d'Uranus[6].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Néso porte le nom de Néso, personnage de la mythologie grecque ; Néso était l'une des cinquante Néréides selon Hésiode[10].

Néso reçut son nom officiel le 3 février 2007[9]. Avant cela, il portait la désignation provisoire S/2002 N 4.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g « Guide for the satellites of Neptune », Natural Satellites Data Center (consulté le 30 novembre 2007)
  2. a, b et c Donnée calculée sur la base d'autres paramètres
  3. a, b et c (en) Sheppard, Scott S.; Jewitt, David; Kleyna, Jan, « A Survey for Normal Irregular Satellites around Neptune: Limits to Completeness », The Astronomical Journal, vol. 132, no 1,‎ 07/2006, p. 171-176 (DOI 10.1086/504799, résumé)
  4. a, b, c, d et e « Planetary Satellite Physical Parameters - Jovian System », Jet Propulsion Laboratory (consulté le 26 novembre 2007)
  5. « Neptune's Known Satellites » (consulté le 30 novembre 2007)
  6. a, b, c et d (en) Holman, M.; Gladman, B.; Marsden, B. G.; Sheppard, S. S.; Jewitt, D. C., « S/2001 U 2 and S/2002 N 4 », Circulaire de l’UAI, no 8213,‎ 01/10/2003 (résumé, lire en ligne)
  7. a et b Marsden, Brian G, « S/2002 N 4 », Circulaire du Minor Planet Center n° 2003-S107,‎ 30/09/2003 (consulté le 30 novembre 2007)
  8. (en) Holman, Matthew J.; Kavelaars, J. J.; Grav, Tommy; Gladman, Brett J.; Fraser, Wesley C.; Milisavljevic, Dan; Nicholson, Philip D.; Burns, Joseph A.; Carruba, Valerio; Petit, Jean-Marc; Rousselot, Philippe; Mousis, Oliver; Marsden, Brian G.; Jacobson, Robert A., « Discovery of five irregular moons of Neptune », Nature, vol. 430, no 7002,‎ 08/2004, p. 865-867 (DOI 10.1038/nature02832, résumé)
  9. a et b (en) Green, D. W. E., « Satellites of Neptune », Circulaire de l’UAI, no 8802,‎ 03/02/2007 (résumé, lire en ligne)
    Accès restreint
  10. « Planet and Satellite Names and Discoverers », USGS Astrogeology Research Program - Gazetteer of Planetary Nomenclature (consulté le 26 novembre 2007)