Mont de Vénus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue de dessus d'un mont de Vénus entièrement rasé.
Mont de Vénus rasé

En anatomie humaine, le mons veneris (nom latin signifiant mont de Vénus) appelé aussi pénil ou monticule pré-pubien, est l'éminence large et arrondie située au-devant du pubis chez la femme.

Après la puberté, il est normalement couvert de poils sur une plus ou moins grande superficie. Le mont de Vénus consiste en un amas adipeux qui aurait pour rôle d'amortir les chocs lors du coït.

Dans le monde animal, cela se nomme mont Pubis. En chiromancie, c'est le nom de la partie charnue de la paume qui se trouve à la base du pouce.

Culture[modifier | modifier le code]

Le titre primitif de l'opéra Tannhäuser de Richard Wagner était Le Mont de Vénus (allusion au royaume de la déesse de l'amour situé sur une montagne : le Venusberg). Avant la première représentation, le compositeur, sous l'impulsion de ses amis qui redoutaient qu'un tel titre déchaînât les « quolibets les plus obscènes », le retira, lui préférant le nom de son héros[1].

Le titre de l'œuvre érotique classique de John Cleland Fanny Hill, or the Memoirs of a Woman of Pleasure est un jeu de mots sur cette partie d'anatomie, Fanny étant un terme argotique britannique pour désigner la vulve.

La chanson Les Trompettes de la renommée, de l'auteur-compositeur-interprète français Georges Brassens, contient un passage racontant comment l'auteur aimerait « faire un p’tit peu d'alpinisme sur son mont de Vénus ».

D'autres euphémismes incluent Camel toe (orteil de chameau), Moose knuckle (jarret d'orignal) et Cat's paw (patte de chat). Ces mots-clés désignent surtout la vision offerte par un vêtement moulant sur les grandes lèvres.

Pour certains esprits imaginatifs, cette zone ressemble à une flèche pointée vers le bas, ce qui peut faire repenser à une citation de Larry Miller : « Woman is the most powerful magnet in the universe… and all men are cheap metal… and they all know where 'north' is! » (« Les femmes sont les aimants les plus puissants de l'univers, et les hommes, du métal pas cher, mais ils savent tous où est le nord »).

Dans le film Armageddon, lors de la présentation des véhicules destinés à percer la surface de l'astéroïde, l'un des « astronautes » s'écrie: « Chouette, on va forer les monts de Venus ! »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ma Vie. Richard Wagner, p.204. Ed.Buchet/Chastel. Trad. Martial Hulot.