Meiringen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Meiringen
Blason de Meiringen
Héraldique
Vue de la Bahnhofstrasse de Meiringen.
Vue de la Bahnhofstrasse de Meiringen.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Interlaken-Oberhasli
Maire Oskar Linder
Code postal 3860
N° OFS 0785
Démographie
Population 4 676 hab. (31 décembre 2013)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 43″ N 8° 11′ 11″ E / 46.728606, 8.18638446° 43′ 43″ Nord 8° 11′ 11″ Est / 46.728606, 8.186384  
Altitude 595 m
Superficie 4 059 ha = 40,59 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Meiringen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Meiringen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Meiringen
Liens
Site web www.meiringen.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Meiringen est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif d'Interlaken-Oberhasli.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Plaque de Sherlock Holmes.

Outre les ruines du château de Restitum[3], les gorges de l'Aar et les chutes du Reichenbach, la commune possède sur son territoire un musée consacré à Sherlock Holmes. En effet, c'est dans les chutes que ce dernier disparaît après s'être battu avec le professeur Moriarty[4], sous les yeux de l'homme de main de ce dernier, le Colonel Sebastian Moran. Cependant, à la suite des récriminations des lecteurs, le héros sera ressuscité par Arthur Conan Doyle en 1894[5]. Une plaque apposée près des chutes du Reichenbach rappelle cette histoire romanesque.

Le dessert meringue[modifier | modifier le code]

Le confiseur italien Gasparini créa vers 1600 un dessert fait de sucre et de blanc d'œuf qu'il nomma « Meringue ». Une tradition locale, jamais reprise officiellement, attribue ce nom à une déformation du nom historique de Meiringen Magiringin, datant de 1274.

Transports[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel[modifier | modifier le code]

L'emplacement du sanctuaire primitif a été occupé, apparemment, depuis le IXe siècle déjà. Mais les premiers actes écrits fiables relatifs à un sanctuaire remontent à la consécration de l'église, le 18 août 1234. L'édifice fut agrandi au XIIIe siècle et devait être de style roman tardif. Depuis les années 1272 jusqu'au moment de la Réforme (1528), l'église de Meiringen, et sa petite congrégation de lazaristes, vécut sous la coupe du couvent d' Interlaken. Différentes crues de l'Aar détruisirent le premier sanctuaire au XIVe siècle. et au XVe siècle. On décida ensuite de reconstruire l'église nettement un peu plus à l'écart du cours du fleuve et un peu plus haut. C'est la situation actuelle du sanctuaire dont les bases du chœur ont été bien identifiées (XVe siècle). Les fouilles entreprises lors des restaurations de cette église ont montré qu'au moins trois édifices s'étaient succédé au même endroit: une première chapelle avec une abside simple aux XXI et ee siècles, une église provenant de l'agrandissement de la chapelle, ceci au XIIe siècle, puis un nouvel agrandissement au XIIIe siècle. L'édifice actuel, qui a succédé à un suivant, datant du XVe siècle, remonte à l'époque baroque (1683-84): c'est une église-halle à trois nefs avec un chœur à trois pans. Une double rangée de piliers en bois (12 piliers en tout) aménagent l'espace des 3 nefs. Les fenêtres hautes, baroques, des collatéraux dispensent une lumière généreuse dans l'édifice. Les collatéraux sont plafonnés de bois à l'horizontale, alors que la nef est voûtée, également de bois. À l'origine, toutes ces structures en bois étaient peintes et polychromes (piliers en faux marbre noir, voûte peinte en bleu avec un semis d'étoiles). Toute cette polychromie fut éliminée lors des restaurations. La chaire est de style Renaissance tardif. Les fonts baptismaux datent du milieu du XIVe siècle. Les orgues : à la fin du XVIIIe siècle, l'orgue est réintroduit dans les édifices réformés bernois. Le premier orgue de l'église St-Michel de Meiringen remonte à 1789 (facteur d'orgues bernois Johann Suter). L'orgue fut rénové en 1889, puis en 1943 et enfin reconstruit, en 1973, dans le buffet original par le facteur d'orgues autrichien Rieger [1] (instrument de 36 jeux).

Références[modifier | modifier le code]

Meirigen vers 1890
  1. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. « Château de Restitum », sur swisscastles.ch
  4. Arthur Conan Doyle, « Le dernier problème », Les Mémoires de Sherlock Holmes,‎ 1893
  5. (en) « Sherlock Holmes Society of London », sur sherlock-holmes.org.uk
  6. « Les chutes du Reichenbach et le funiculaire », sur swissvisite.ch

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Die St. Michaelskirche von Meiringen, Kirchgemeinde Meiringen, plaquette historique éditée par la Paroisse, Verlag Pauli Druck, Meiringen, 1984 et 1998, 32 pages, préfaces de Toni Aebi (1984) et Marianne Blatter (1998) [texte uniquement en allemand].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :