Matthias Joseph Scheeben

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matthias Joseph Scheeben

Matthias Joseph Scheeben, né à Meckenheim, près de Bonn (Allemagne) le 1er mars 1835 et décédé à Cologne le 21 juillet 1888, était un prêtre catholique allemand, théologien, mystique et écrivain de renom.

Vie[modifier | modifier le code]

Il a étudié à l'Université pontificale grégorienne à Rome (1852-1859) auprès des professeurs jésuites de l'école dite de Rome (Giovanni Perrone, Carlo Passaglia, François Michelin, Klemens Schrader), où il acquit une bonne connaissance des Pères de l'Église et des principaux théologiens scolastiques (Thomas d'Aquin, Francisco Suarez, entre autres). Ordonné prêtre le 18 décembre 1858, il a ensuite enseigné la théologie dogmatique au séminaire épiscopal de Cologne (1860-1875)[1].

Un théologien et un mystique[modifier | modifier le code]

Scheeben était un esprit mystique. Son esprit se révèle dans ses travaux sur la grâce divine, l'union hypostatique, la vision béatifique, la présence de Dieu en toutes choses. Ses élèves étaient impressionnés par le flot régulier de ses longues phrases difficiles[2].

Il a eu le souci dans son travail théologique de montrer l’interrelation profonde existant entre tous les mystères du christianisme. Il est célèbre pour ses travaux sur la grâce. Il est l'un des théologiens catholiques du XIXe siècle les plus estimés.

Une théologie systématique[modifier | modifier le code]

Scheeben est d’abord un dogmaticien. Il est moins intéressé par l'apologétique (qui veut montrer la crédibilité de la Révélation chrétienne) que par le contenu même de la Révélation. Celui-ci constitue pour lui un système organique de vérités surnaturelles, où il n'y a pas de contradiction. Mettre en évidence la cohérence interne et la rationalité intrinsèque de la Révélation chrétienne est la tâche du théologien.

La catégorie du "surnaturel" revêt une importance centrale pour Scheeben qui s’oppose ainsi au courant rationaliste et au naturalisme de son temps. Il étudie aussi le rapport entre la foi chrétienne et la connaissance et effectue une analyse théologique de l'acte de foi.

Relation entre foi et raison[modifier | modifier le code]

Scheeben commence son œuvre théologique peu avant le Concile Vatican I (1869-70) et dans un contexte marqué par les Lumières et la philosophie de Kant. Il y a urgence à aborder certaines questions dans ce contexte nouveau : rapports théologie / philosophie, nature / grâce, foi / connaissance, raison / révélation, etc.[3].

Ni le rationalisme ni le fidéisme (ou fondamentalisme) ne conviennent, puisqu’ils éliminent l’un des deux termes de la relation. Pour Scheeben, raison et foi sont deux lumières qui, bien que provenant d'une seule source (Dieu), doivent être distinguées en ce qui concerne leurs domaines et principes propres. Le christianisme établit entre les deux une « relation de service », mais non de soumission. Ce n'est pas un rapport d'esclaves, la raison jouant un rôle à part entière et irremplaçable. Il utilise ici l'image de la relation entre époux. La raison théologique et la connaissance des mystères de Dieu ne peuvent avoir lieu sans être fécondées par la semence de la foi, tandis que la foi sans la raison ne peut s'épanouir, ni développer et expliquer son contenu. Les deux natures du Christ offrent une analogie pour saisir la relation entre la raison et la foi, entre la philosophie et la théologie[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Nature et grâce, Desclée de Brouwer, 1957 (Natur und Gnade, 1861)
  • Les mystères du christianisme, Desclée de Brouwer, 1947 (Mysterien des Christenthums, 1865-97)
  • Les merveilles de la grâce divine, Desclée de Brouwer, 1940 (Die Herrlichkeiten der göttlichen Gnade, 1863-1908)
  • La dogmatique, Tome 1 à 4, 1877 (Handbuch der katholischen Dogmatik, sept parties, 1873-87).
  • Le Mystère de l'Église et de ses sacrements, Cerf , 1956

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Encyclopédie catholique. (1913). New York, Robert Appleton Company.
  • M.J. Scheeben - Teologo cattolico d'ispirazione tomista. Studi tomisti 33, Citta' del Vaticano 1988.
  • Eugen Paul : Denkweg und Denkform der Theologie von Matthias Joseph Scheeben. München 1970 (mit ausführlicher Bibliographie).
  • Eugen Paul : Matthias Joseph Scheeben (1835-1888). (mit ausführlicher Bibliographie), I: Katholische Theologen Deutschlands im 19. Jahrhundert. Hrsg. von Heinrich Fries und Georg Schwaiger, Band II (München 1975) 386-408.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Joseph Matthias Scheeben sur de.wikipedia
  2. Joseph Matthias Scheeben, article de l'Encyclopédie Catholique de 1913 sur Joseph Matthias Scheeben (texte entré dans le domaine public).
  3. Cf. Eugène Paul, Matthias Joseph Scheeben (1835-1888), 1975

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]