Martin Dibelius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dibelius.

Martin Dibelius (Dresde, 14 septembre 1883Heidelberg, 11 novembre 1947 (à 64 ans)) était un théologien protestant allemand qui fut professeur de Nouveau Testament à l'Université de Heidelberg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Martin Dibelius était le fils du pasteur Franz Wilhelm Dibelius et le neveu d'Otto Dibelius, qui lui (aussi théologien) s'impliqua au cours de la Seconde Guerre mondiale dans l'Église confessante.

Martin Dibelius étudia la théologie et la philosophie aux universités de Neuchâtel, Tübingen, Leipzig et Berlin, et enseigna dans cette dernière en 1910. En 1915, il devint professeur de Nouveau Testament à la Faculté de théologie de l'Université de Heidelberg.

Dibelius a surtout laissé sa marque dans l'étude du Nouveau Testament car il est, avec Rudolf Bultmann, à l'origine de la méthodologie de la critique des formes (Formgeschichte) dans l'étude des évangiles synoptiques. Son principal travail dans ce domaine est sa Die Formgeschichte des Evangeliums (Critique des formes des évangiles) (Tübingen, 1919), mais ses autres publications sur la critique de la forme tiennent également une place essentielle.

Vers 1930 a éclaté l'affaire Dehn : le théologien Günther Dehn, pacifiste et professeur de théologie pratique, a critiqué si fortement la guerre et le service militaire qu'il a donné l'impression de considérer les soldats comme des assassins. Dibelius sympathisa dès le départ avec les positions de Dehn, ce qui n'était pas sans risque dans l'Allemagne d'alors. Dans un premier temps seuls trois (puis quatre) autres collègues eurent le courage de se prononcer ouvertement en faveur de Dehn. La plupart des autres théologiens avaient des penchants pour le nazisme. Au bout du compte, Dehn fut démis de ses fonctions et chassé de l'université.

À côté de ses recherches sur le Nouveau Testament, Dibelius s'engagea jusqu'à sa mort pour le mouvement œcuménique.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Die Lade Jahwes. Eine religionsgeschichtliche Untersuchung, diss. Tübingen, 1906
  • Die Geisterwelt im Glauben des Paulus, 1909
  • Die urchristliche Überlieferung von Johannes dem Täufer, 1911
  • Die Formgeschichte des Evangeliums, 1919
  • Geschichtliche und übergeschichtliche Religion im Christentum, 1925
  • Urchristentum und Kultur, 1928
  • Was heißt heute evangelisch?, 1929
  • Jungfrauensohn und Krippenkind. Untersuchung zur Geburtsgeschichte Jesu im Lukasevangelium, 1932
  • Die Botschaft von Jesus Christus. Die alte Üben, der Gemeinde in Geschichte, Sprüchen und Reden wiederhergesteld und verdeutlicht, 1935
  • Jesus 1939
  • Paulus auf dem Areopag, 1939
  • The Sermon on the Mount, New York, 1940

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]