Mahfoud Nahnah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mahfoud Nahnah (arabe : محفوظ نحناح), né le à Blida et décédé le , est un homme politique algérien, fondateur du Mouvement de la société pour la paix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Blida (à 50 km au sud d'Alger la capitale) en 1942, Mahfoud Nahnah devient enseignant d'arabe dans le primaire après l'indépendance du pays en 1962. Puis il étudie la littérature arabe à l'université d'Alger où influencé par les professeurs égyptiens, il rejoint les Frères musulmans. Influencé par les frères, il est convaincu de la nécessité d'établir un lien entre l'arabisme et l'islam en Algérie.

En 1976, il est condamné à quinze ans de prison pour s'être opposé à une charte nationale imposée au peuple algérien par le gouvernement la même année. Chef d'accusation : « avoir scié des poteaux de lignes téléphoniques » Libéré de prison quatre ans plus tard par le Président Chadli Bendjedid, il a fondé avec Mohammed Bouslimani une association de charité, El Islah Oual Irchad (Réformes et conseils). Puis il a créé avec l'aide d'Ahmed Sahnoune la Ligue de prédication islamique. Cette ligue unissait les principales figures du mouvement islamiste algérien, comme Abbassi Madani et Mohamed Saïd. Mais à la création du Front islamique du salut il refuse de rejoindre ce parti.

Le 6 décembre 1990, après la victoire du FIS, il décide de créer un parti politique, le Hamas (renommé par la suite Mouvement de la société pour la paix). Il était méfiant vis-à-vis du FIS qu'il jugeait trop ambitieux et populiste. À l'inverse du FIS, il insiste sur l'importance du changement progressif et des réformes. Il pensait que les militaires algériens n'étaient pas favorables à la démocratisation de l'Algérie.

Après le coup d'État militaire de 1992, il a veillé à ce que son parti reste dans la légalité. Il participe à l’élection présidentielle de 1995, et il arrive deuxième avec environ 3 millions de voix (25 % des suffrages exprimés) selon les résultats officiels, derrière le général Liamine Zeroual qui est élu président de la République. Il voulait se présenter à l’élection présidentielle de 1999, mais sa candidature a été rejetée par le Conseil constitutionnel parce qu'il n'avait pas pu fournir l'attestation de participation à la guerre d'indépendance, délivrée par l'organisation des moujahidines, une organisation satellite du FLN.

Il est mort d'une leucémie le 19 juin 2003 à l'âge de 61 ans. Bouguerra Soltani lui a succédé à la tête du MSP.