Maï-Maï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maï-Maï (homonymie).
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Mau Mau.
Politique en République démocratique du Congo
Image illustrative de l'article Maï-Maï

Les Maï-Maï, ou parfois Mayi-Mayi, est un terme général décrivant des groupes armés actifs au cours de la Deuxième guerre du Congo en République démocratique du Congo (RDC). La plupart se constituèrent pour résister à l'invasion des forces armées du Rwanda et des groupes rebelles congolais proches du Rwanda (dont essentiellement le RCD), ou parfois dans un but de brigandage. Bien que les Kivus aient été militarisés de longue date, en particulier parmi les minorités Batembo et Bembes, l'instabilité dans la région amena les habitants à constituer les milices Maï-Maï. Que ce soit en tant que groupe unis ou en tant que groupes individuels, les Maï-Maï ne faisaient pas partie de l'accord de Lusaka en 1999 entérinant officiellement un cessez-le-feu et restèrent l'une des principales et des plus incontrôlables forces dans le pays. Le manque de coopération de certains groupes Maï-Maï a plusieurs fois hypothéqué le processus de paix dans le pays[réf. nécessaire].

Les groupes repris sous l'appellation "Maï-Maï" incluent des forces armées dirigées par des seigneurs de guerre, des chefs tribaux traditionnels, des chefs de village, et des leaders politiques locaux. Parce que les Maï-Maï manquaient de cohésion et de visibilité à l'égard du monde extérieur, les différents groupes se retrouvèrent alliés à divers gouvernements réguliers ou forces armées à différents moments. La majorité des Maï-Maï ont cependant été actifs dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, sous contrôle des forces rebelles proches du Rwanda du Rassemblement congolais pour la Démocratie-Goma (RCD-Goma).

Le terme Maï-Maï provient de Maï ou Maji, eau dans les langues bantoues de la région. Il fait référence à la révolte Maji Maji intervenue en 1905-1907 au Tanganyika, dont les combattants étaient protégés par les propriétés magiques de l'eau[réf. nécessaire].

Les Maï-Maï dans le Nord- et le Sud-Kivu[modifier | modifier le code]

L'est de la RDC

Selon un rapport des Nations unies de 2001, de 20 000 à 30 000 Maï-Maï étaient actifs dans les deux provinces du Kivu. Les deux plus importants groupes du Kivu, aussi considérés comme les mieux organisés, sont dirigés par les généraux Bulenda Padiri et Lwengamia Dunia, et même Yermos Lùkole (Madowa-Madowa)[réf. nécessaire]. Ils reçurent de l'aide du gouvernement régulier de Kinshasa, et sont considérés par les autres groupes comme la tête du mouvement Maï-Maï au Kivu. D'autres groupes Maï-Maï plus petits, tels Mudundu 40/Front de Résistance et de Défense du Kivu (FRDKI) et le Mouvement de Lutte contre l'Agression au Zaïre/Forces Unies de Résistance Nationale contre l'Agression de la Républíque Démocratique du Congo (MLAZ/FURNAC), furent considérés comme coopérants avec les militaires rwandais et le RCD-Goma.

Walikale et Masisi au nord de Goma furent les centres des activités des Maï-Maï au Nord-Kivu. Au Sud-Kivu, ils se concentraient dans les régions de Walungu et Bunyakiri au sud du lac Kivu, aux environs d'Uvira et Mwenaga à l'extrémité septentrionale du lac Tanganyika, ainsi qu'à Fizi, et à Shabunda, entre la frontière rwandaise et Kindu.

Les guerriers Maï-Maï se croient invulnérables aux armes à feu. Ils s'aspergent d'une potion magique censée faire couler les balles sur leur corps comme de l'eau ("maï" en swahili)[réf. nécessaire].

Les Maï-Maï en dehors du Kivu[modifier | modifier le code]

Une présence Maï-Maï est aussi a noter au Maniema, en particulier au nord de la Province, dans le territoire de Lubutu [réf. nécessaire]. La province Orientale héberge également de nombreux Maï-Maï, mais ces groupes relèvent plutôt de confrontations ethniques anciennes[réf. nécessaire]. Il existait également des groupes dans le nord du Katanga.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]